mercredi 17 juillet 2024
spot_img

CEDEAO : Les pays de l’AES invités à participer à la formation de la Force en attente

La CEDEAO a invité, le jeudi 27 juin 2024, les pays de l’alliance des Etats du Sahel (AES) à participer à la mise en œuvre d’un plan visant à déployer une « force en attente » de 5000 hommes pour lutter contre l’aggravation des crises sécuritaires dans la région.

Le plan, qui coûtera 2,6 milliards de dollars par an, a été proposé aux chefs d’État lors d’une réunion des responsables de la défense de l’Afrique de l’Ouest à Abuja, la capitale du Nigeria. Selon le ministre nigérian de la défense, Mohammed Badaru, la Force en attente n’aura pas pour principale mission de renverser les coups d’État, mais de lutter contre le terrorisme qui sévit dans la région. Chaque État-membre devra contribuer à hauteur d’un quota déterminé.

Pour sa part, le président de la Commision de la CEDEAO, Oumar Touray, a déclaré que les pays qui se sont retirés de la CEDEAO à savoir le Burkina Faso, le Mali et le Niger, ne sauraient être exclus de cette force régionale dont l’objectif est de bouter le terrorisme hors de l’espace. D’ailleurs, il a indiqué que l’organisation avait invité les responsables de ces pays à assister à la réunion de jeudi et à participer à la formation d’une telle force.

Pour lui, la lutte contre le terrorisme ne saurait se mener sans les Etats qui, du reste, dit-il, sont les plus touchés par le terrorisme. « Le Sahel est la region du Sahara la plus touchée, représentant plus de la moitié de tous les décès dus au terrorisme et 26% des attaques en 2023 (…) Nous ne pouvons pas lutter seuls contre le terrorisme pendant que d’autres ne participent pas », a déclaré M. Touray ajoutant que : « bien que certains pays puissent être sous suspension, ils devraient être autorisés à participer aux réunions liées à la sécurité, c’est pourquoi nous avons invité tous les 15 États membres à assister à cette réunion cruciale. »

La réunion de jeudi est la première occasion pour la CEDEAO de définir publiquement le financement de sa force de réserve, dont on parle depuis longtemps. « Plus que jamais, nous sommes à un moment charnière de l’histoire de notre communauté pour faire face à l’insécurité », a déclaré Omar Alieu Touray, président du bloc régional de la Commission de la CEDEAO, en exhortant les États membres à soutenir la force. Leurs propositions devraient être examinées lors du prochain sommet des chefs d’État de la région.

Lire aussi ➡️ Retour de l’AES dans la CEDEAO : « On ne peut pas être dans des organisations qu’on ne contrôle pas » (Abdoulaye Diop)

Minute.bf

21 Commentaires

  1. AES N EST PLUS DE LA CEDEAO DEPUIS PLUS DE 1O ANS NOS POPULATIONS SONT MASSACRÉS ET VOUS ETES RESTÉS TRANQUILLE

    • Merci tu as tout dis.le moment est passé .
      Le medecin est arrivé trop tard.nous avons fai le boulot presque fini ils n’ont qu’à sécuriser chez eux..

  2. Votre façon de lutter contre le terrorisme que nous avons observé pendant plus de dix ans, ne nous permet pas de vous croire,et vous faire confiance.

  3. Opération séduction, que nos pays de l’ AES ne cèdent pas à la tentation. La CEDEAO est une institution coloniale et satanique, nous ne devons jamais y retourner, ni collaborer avec elle en aucune manière.

  4. il sera très difficile voir impossible que les états de AES puissent participé  » car la confiance est ronpu  » je pense qu’il faut d’abord travaillé a renoué la confiance d’abord  »’

  5. Mira no. no se puede trabajar a e s
    con CEDEAO porque si de algo trabaja con Francia y América creo que hay que trabajar con africano primero

  6. C est les euro atlantistes qui ont détruit la Lybie pour favoriser la montée en puissance des GAT dans le Sahel,tout comme ils avaient détruit l Irak pour favoriser la naissance de Daech.
    Pour venir ensuite s en servir comme prétexte pour nous envahir avec leurs mercenaires doté d un agenda bien connu.
    Les peuples d Afrique en ont marre de cette manipulation honteuse dont le seul but est de mettre la main sur nos ressources.
    La CEDEAO est instrumentalisée,et donc n a plus sa raison d etre

  7. Hum. Il y a pleins de comiques et de naïfs au sein de cette organisation. J’espère que vous avez songé aussi à inviter la SADEC et les autres organisations africaines. En attendant nous n’avons aucun penchant pour les armées de défilés. Merci quand-même pour avoir pensé au voisinage.

  8. Gardez votre force d’attente, celle-là même qui devrait déstabiliser l’AES.
    Vous prenez les gens pour des idiots?

  9. C’est regrettable que la CEDEAO veut maintenant activer une force conjointe pour lutter contre le terrorisme. Les pays de l’AES mutualisent depuis longtemps leur force pour lutter contre le terrorisme et n’ont plus besoin de la force de la CEDEAO. Hier votre soit disant force de la CEDEAO avait pour objectif de déstabiliser les pays de l’AES , aujourd’hui lutter le terrorisme. Qui est fou. Aucun pays de l’AES ne répondra à cette invitation.

  10. La CEDEAO ne tire pas les leçons. Il faut vivre sans les pays AES qui ont pris leur destin en main. Oui à une force pour lutter contre le terrorisme mais cette force devrait être sollicitée pour renverser les putschs. La CEDEAO serait plus crédible si elle interdisait les tripatouillages constitutionnels et les élections entachées d’irrégularité et de fraudes.

  11. Who is funding this standby force? If the funding is coming from external powers as the funding of ECOWAS itself, then this force will be of no use! It will be a neocolonial force that will defend the interests of those powers more especially if they collaborate with such powers for training and other purposes as it clearly seems to be.

  12. Le ridicule ne tue pas !
    Maintenant vous semblez revenir à de meilleurs sentiments,sauf que là c’est pas dénué de tout intérêt.Surtout quand vous savez que le terrorisme ne concerne pas que les autres seulement.
    Dire que vous ne pouvez pas lutter seuls contre le terrorisme alors que les autres ne font rien c’est être en déphasage avec la réalité.Ceux que vous pensez ne rien faire sont a6un stade tellement élevé de la lutte qu’ils n’ont plus besoin de vous en ce moment.
    Les 3 pays, après toutes les humiliations subies quand ils tentaient de venir exposer les vraies réalités de leurs pays aux différentes assises de la CEDEAO, se sentiraient mal à l’aise de participer à ce forum.
    De toute évidence,c’est un échec,car la confiance n’existe plus entre ces états et la CEDEAO qui, après avoir vainement tenté de les déstabiliser,veut y amener des troupes militaires pour soi-disant lutter contre un supposé terrorisme.
    Il y a là une question à se poser. Les chefs d’Etats de la CEDEAO n’ont-ils pas encore compris que , à leur différence,les autres africains ont assez mûri pour ne pas tomber dans un piège à la con ?
    De toute évidence,le panafricaniste lambda de la CEDEAO Sait que c’est Encore un stratagème des puissances occidentales pour pouvoir toujours avoir une présence dans ces pays.

  13. Déjà les résultats contres les terroristes est probant sur le terrain disait Diop a l’uE
    alors la CDEAO veut profiter mettre le résultat a son compte hum ces valets non plus d’imagination bande d’incapable l’AES

  14. Pauvre OTAN la CEDEAO est une communauté économique non militaire .Revoir alors d autres stratégies mais celle-ci ne concorde pas avec vos plans sataniques et dévastateurs désolé mrs les franmaçons africains

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Articles connexes

Coopération : Le Burkina nomme un Consul général à Paris

Le Conseil des ministres du mercredi 17 juillet 2024 a nommé Eric Zoungrana, en qualité de Consul général...

Burkina : Jean-Alexandre Darga nommé DG de la Police nationale

L'inspecteur général de Police, Jean-Alexandre Darga, a été nommé ce mercredi 17 juillet 2024, Directeur général de la...

Burkina : Compte-rendu du conseil des ministres du 17 juillet 2024

𝐋𝐞 𝐂𝐨𝐧𝐬𝐞𝐢𝐥 𝐝𝐞𝐬 𝐦𝐢𝐧𝐢𝐬𝐭𝐫𝐞𝐬 𝐬’𝐞𝐬𝐭 𝐭𝐞𝐧𝐮 à 𝐎𝐮𝐚𝐠𝐚𝐝𝐨𝐮𝐠𝐨𝐮,𝐥𝐞 𝐦𝐞𝐫𝐜𝐫𝐞𝐝𝐢 𝟏𝟕 𝐣𝐮𝐢𝐥𝐥𝐞𝐭 𝟐𝟎𝟐𝟒, 𝐞𝐧 𝐬é𝐚𝐧𝐜𝐞 𝐨𝐫𝐝𝐢𝐧𝐚𝐢𝐫𝐞, 𝐝𝐞 𝟎𝟗 𝐇...

Burkina : Le gouvernement examine le passif social du Mediateur du Faso

Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim Traoré a présidé, ce mercredi, le Conseil des...