spot_img
dimanche 19 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Burkina : L’enseignant-chercheur Moussa Diallo licencié pour abandon de poste

Le conseil des ministres de ce jeudi 25 avril 2024 a fait un rapport relatif à un projet de décret portant licenciement d’un enseignant-chercheur de l’Université Norbert Zongo. Il s’agit de Moussa Diallo, Assistant en philosophie, affecté au Centre universitaire de Manga rattaché à l’Université Norbert Zongo.

Ce dernier, selon le conseil des ministres, est “en situation d’absence irrégulière de son poste de travail depuis le 08 décembre 2023”. “Malgré le communiqué de mise en demeure radiodiffusé, l’intéressé ne s’est pas présenté jusqu’à expiration du délai. L’adoption de ce décret permet le licenciement de la Fonction publique de Monsieur Moussa Diallo, Mle 105 092 R, enseignant-chercheur, pour abandon de poste à compter du 02 mars 2024”, peut-on lire dans le communiqué.

Lire aussi ➡️ Domicile de Moussa Diallo « assiégé par des policiers » : L’Unité d’Action syndicale condamne

En rappel, Moussa Diallo est le secrétaire général de la Confédération générale du Travail du Burkina Faso (CGT-B). Il a échappé à une « tentative d’enlèvement », à son domicile le 29 janvier 2024. Depuis ce jour, il n’a plus donné signe de vie. Un communiqué de mise en demeure avait été produit contre l’intéressé depuis le 1er mars 2024. Mais ce dernier, jusqu’à ce jour, selon le gouvernement, ne s’est pas exécuté.

Lire aussi ➡️ Burkina : Moussa Diallo de la CGT-B mis en demeure de rejoindre son poste

Moussa Diallo n’est pas le seul enseignant-chercheur à être licencié ce jeudi. En effet, un autre rapport relatif à un projet de décret portant licenciement de deux (02) enseignants-chercheurs de l’Université Thomas Sankara a également été pris ce jour par le conseil des ministres. “Ces deux enseignants-chercheurs sont en situation d’abandon de poste constaté par leurs supérieurs hiérarchiques”, justifie le gouvernement. 

Il s’agit en effet, d’une part, de Madame Aminata Boapoundi Toé/Toguyeni, Assistante en Droit international public, précédemment en service à l’Institut universitaire de formations initiale et continue, bénéficiaire d’un renouvellement de sa disponibilité en date du 22 novembre 2022 et qui n’a pas repris service après expiration des délais prescrits. “Cette absence a été constatée par lettre le 18 janvier 2024”, fait savoir le conseil des ministres.

D’autre part, Monsieur Relwendé Appolinaire Nikiema, Assistant en Sciences de l’Économie agricole et des ressources en service au Centre universitaire de Dori rattaché à l’Université Thomas Sankara, qui est en absence irrégulière de son poste de travail depuis le 1er octobre 2022, a également été licencié. En effet, selon le conseil des ministres, “malgré les communiqués de mise en demeure, ces enseignants-chercheurs ne se sont pas présentés pour reprendre service”.

Ainsi, l’adoption de ce décret permet le licenciement de la Fonction publique de Madame Aminata Boapoundi TOE/TOGUYENI, Mle 262 207 S et de Monsieur Relwendé Appolinaire NIKIEMA, Mle 391 933 F, pour abandon de poste à compter du 17 février 2024.

Minute.bf 

1 COMMENTAIRE

  1. Cette décision pose un problème éthique. Un Monsieur que vous avez essayé de kidnapper et vous lui reprocher son absence à l’université. Sa présence est nécessaire lorsqu’un cours est programmé et avec son avis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img