spot_img
mardi 28 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Burkina : Des OSC manifestent devant l’ambassade des USA

La Coordination nationale des associations de veille citoyenne patriotique, a réuni ses membres au pied-à-terre de l’ambassade des États-Unis d’Amérique au Burkina Faso, ce vendredi 3 mai 2024 à Ouagadougou. Ces soutiens de la Transition burkinabè sont allés montrer leur « mécontentement » suite au communiqué conjoint de l’administration américaine et celle du Royaume-Uni portant « accusations mensongères d’un prétendu massacre de civils par notre armée rapporté par l’ONG Human Rights Watch ». Ils avaient une lettre à remettre au premier représentant des USA au Burkina Faso, mais ce dernier était absent.

La Coordination des Organisations de la société civile, a exprimé son « ras-le-bol et son mécontentement » envers les USA.

Soumaïla Nana, porte-parole de la coordination demande aux USA de clarifier leur position

En effet, pour Soumaïla Nana, porte-parole de la coordination, dans la lettre adressée à l’ambassadeur des USA, « malgré la volonté du peuple burkinabè sous le leadership du
Capitaine Ibrahim Traoré à réviser les accords bilatéraux pour des principes gagnants-gagnants, les États-Unis sont restés en bons termes avec les autorités de Transition »
. Mais, « c’est avec consternation et étonnement que le peuple souverain du Burkina Faso a vu une déclaration des États-Unis avec le Royaume-Uni accusant notre armée républicaine d’exactions et de massacre sur la base d’une simple déclaration incongrue aux normes judiciaires nationale et internationale de l’ONG Human Right Watch. Le peuple burkinabè demande aux plus hautes autorités des États-Unis de se fier désormais aux rapports du gouvernement de la Transition à qui, le peuple a placé toute sa confiance », a-t-il insisté.

De même, ces OSC ont exhorté les États-Unis de « se départir des manipulation occidentales menées par la France à qui, le peuple burkinabè a perdu confiance et à décidé de rompre plusieurs accords bilatéraux avec elle ».

A cet effet, la Coordination nationale des associations et Mouvements de veille citoyenne, a demandé « que les Etats-Unis clarifient leur position par rapport à la déclaration conjointe avec le Royaume Unis et aussi, vis-à-vis de l’orientation souveraine de la transition salvatrice avec à sa tête des autorités patriotes et une armée digne et professionnelle ».

Lassané Sawadogo mettant en garde contre une autre condamnation

« Nous sommes prêts à nous sacrifier concernant la défense de notre État. Nous ne sommes pas d’accord avec ces condamnations et nous ne les permettons plus désormais. Si tu es chez moi et que tu es contre moi, c’est mieux de sortir de chez moi. Nous voulons des partenaires qui vont nous accompagner et non des partenaires qui nous nous condamner », a conclu Lassané Sawadogo, membres de la Coordination des OSC.

Lire aussi : Burkina : Le Gouvernement dénonce « un rapport affabulatoire de Human Rights Watch »

À noter que les Forces de l’ordre burkinabè, présentent sur les lieux, ont assuré la protection de l’enceinte diplomatique.

Lire aussi : Burkina : Le chargé d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique convoqué, après des « allégations » contre les FDS

Mathias Kam

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img