spot_img
jeudi 29 septembre 2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Situation sécuritaire du Sahel: une «gangrène qui se propage»,, selon le président du Faso

Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a exposé ce soir, devant les sept pays les plus industrialisés du monde, la situation et les enjeux sécuritaires dans l’espace sahélien. Invités par le président français Emmanuel Macron, le chef de l’Etat burkinabè et ses homologues africains Abdel Fattah Al-Sissi d’Egypte, Macky Sall du Sénégal, Paul Kagamé du Rwanda, Cyril Ramaphosa d’Afrique du Sud, ont développé la situation en Libye, et au Sahel, et ont examiné les pistes possibles pour une accélération économique en Afrique, et un partenariat avec le G7.
Sur la question libyenne, c’est le président égyptien qui a dressé le tableau. « Une guerre par procuration », « une descente aux abysses », les termes n’ont pas manqué pour qualifier la situation. La solution, pour les dirigeants du monde, et pour les pays d’Afrique, est politique, et ne saurait être militaire. Dans ce sens, Emmanuel Macron a souhaité que sous l’égide de l’ONU, et de l’Union Africaine, une conférence internationale intensive, puisse se tenir, sur la Libye.
La situation en Libye est la mère des conflits et instabilités en Afrique. Presqu’à l’unanimité, les dirigeants ont convenu que l’Afrique paie un lourd tribut. En exposant la situation au Sahel, un espace de plus de 5 millions de Km2, Roch Marc Christian Kaboré a relevé l’impérieuse nécessité pour la communauté internationale, de venir en appui aux pays du G5 Sahel, et à l’ensemble de la sous-région ouest-africaine. Car le danger va au-delà du simple Sahel, il est devenu mondial. « C’est une gangrène qui se propage », dira-t-il.

Face à cela, Ouagadougou va abriter le 14 septembre prochain, un sommet extraordinaire de la CEDEAO, sur la question.
Pour le président du Faso, il faut un partenariat international conséquent pour lutter contre le terrorisme et assurer le développement. Il a, dans cette optique, salué l’initiative du G7, pour avoir pris en compte la dimension sécuritaire en Afrique, à l’occasion du sommet de Biarritz en France.

Direction de la communication de la présidence du Faso.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img