spot_img
samedi 13 avril 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Procès Adama Siguiré : « Nous voulons donner l’opportunité à ces personnes de nous dire où, quand et comment nous avons reçu de l’argent pour déstabiliser la transition » (Me Prosper Farama)

Le procès de l’affaire opposant la Confédération générale du Travail du Burkina Faso (CGTB) à l’écrivain Adama Siguiré a été renvoyé au 29 janvier prochain, pour une bonne administration de la justice.

« Au niveau de la juridiction, il y a une organisation par rapport à la nature des dossiers qui passent. Et, à cette date en principe, les dossiers de Flagrant délit (FD) sont prioritaires par rapport aux dossiers de Citations directes (CD), c’est-à-dire le type de dossier qui nous a amené à cette audience. Donc, les juges ont souhaité que le dossier puisse être renvoyé à une audience de citation directe. Nous avons souhaité que ce soit le 29 janvier à venir », a confié à la presse, au sortir de l’audience, Me Prosper Farama, l’un des avocats de la CGT-B.

Il a en outre laissé entendre que ce dossier est simple de par sa nature, « contrairement à ce qu’on veut faire croire sur les réseaux sociaux ». « Moi j’ai lu sur les réseaux sociaux qu’en vérité ce procès avait pour but d’abattre la transition et que ce n’était pas la personne de Monsieur Siguiré qui était visée. Il faut dire que pour nous, quand nos clients nous saisissent, leur discours est très simple. Nos clients nous disent qu’ils avaient voulu organiser une manifestation et que des gens ont écrit des choses qui étaient des critiques. Même si nous ne les partageons pas, nous avons accepté parce que nous sommes dans un Etat de droit et chacun est libre de critiquer. Par contre, d’autres ont écrit des choses qui sont très graves. Ils nous ont accusés des faits bien précis, notamment en disant que nous avons pris de l’argent avec des gens de l’impérialisme pour déstabiliser la transition dans le cadre d’un complot. Certains ne l’ont même pas dit une seule fois, ils l’ont répété. Visiblement, certains Burkinabè ont cru à ce qu’ils disaient. Nous, nous sommes partisans de la justice. Dans cette logique, nous saisissons la justice parce que nous voulons donner l’opportunité à ces personnes de venir s’expliquer, de venir nous dire où, quand et comment nous avons reçu de l’argent de qui que ce soit pour déstabiliser la transition. Parce qu’autrement, un État sans justice, c’est la jungle. Et nous nous n’en voulons pas », a-t-il dit.

Plus de détails dans cette vidéo ⤵️

Les avocats de la défense, quant à eux, ont indiqué s’être inscrits dans la logique du renvoi en vue de mieux se préparer afin d’assurer la défense de leur client, Adama Siguiré. « Nous ne disons pas que nous ne sommes pas prêts. Mais pour un dossier aussi important, on ne se lève pas du jour au lendemain. Il y a des choses à prendre en compte. Il faut se préparer. Sinon rien ne cloche, on veut juste pouvoir s’organiser et se préparer », a fait savoir l’un des avocats de Monsieur Siguiré qui se dit cependant « serein » quant à l’issue de ce procès.

Oumarou KONATE

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img