spot_img
lundi 17 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Ouagadougou : Des habitants de Bonheur-ville s’insurgent contre « l’attribution » de leur réserve à une opératrice économique

Les habitants du secteur 31 de l’arrondissement 7 de Ouagadougou, réunis au sein du Comité de veille citoyenne de Bonheur-ville (CVCB), ont dénoncé, au cours d’un point de presse, ce samedi 6 janvier 2023, « l’attribution » d’une partie de leur réserve administrative à une opératrice économique. Ils invitent les autorités de la transition à se pencher sur la situation pour un solutionnement.

Les faits remontent à 2018, aux dires des riverains du quartier Bonheur-ville. Selon leurs explications, face au manque d’établissement public d’enseignement secondaire dans le secteur, des démarches ont été entreprises auprès des autorités publiques compétentes de l’époque notamment le Ministre de l’Administration Territoriale, afin de pourvoir le quartier d’une infrastructure éducative publique. A la faveur de ces démarches, d’après eux, le projet de construction d’un établissement secondaire d’enseignement a été acquis auprès des engagements nationaux.

« Ainsi, le 23 avril 2018, les habitants ont accueilli avec ferveur sur le site destiné à abriter le projet, le Ministre d’État, Ministre de l’Administration Territoriale et une forte délégation des engagements nationaux pour le lancement des travaux de construction d’un lycée public pour le bonheur de la population. Dans la même semaine, les travaux ont vite commencé par la recherche d’un point pour l’implantation d’un forage d’eau », a expliqué le président du Comité, Issouf Traoré.

Le terrain litigieux

A la grande surprise des habitants, disent-ils, quelques semaines après le démarrage des travaux, le maire de l’arrondissement 07 aurait ordonné l’arrêt des travaux au motif qu’une partie de la réserve destinée à la réalisation du projet a été déclassée et attribuée à une promotrice privé.

Pourtant, aux dires des conférenciers, le site devant abriter le projet de construction du lycée public, d’une superficie de 35 384 m2 référencée parcelle 00 du lot 38 de la section 882 secteur 31 arrd n°07, a été réservé au cours des lotissements de la zone de Saonré en 2004-2005, pour la construction d’infrastructures publics bien déterminée au profit de la population. « La réserve dont il est question a été destinée à la construction d’un établissement public d’enseignement secondaire », a précisé Issouf Traoré ajoutant que l’arrêt des travaux par le maire a entrainé une grogne populaire des bénéficiaires.

Pour éviter le pire, les membres du comité disent avoir entrepris des démarches administratives auprès des autorités compétentes pour résoudre le problème, mais, à les croire, jusqu’à présent, aucune solution n’a été trouvée.
« Nous avions dans un premier temps rencontrer le maire de l’arrondissement 07 puis le maire de la commune de Ouagadougou à l’époque monsieur Armand Roland Pierre Béouindé. A la suite des échanges avec le Maire Béouindé, celui-ci a adressé une correspondance à Madame la Ministre de l’économie des finances et du développement avec ampliation au Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation et au Ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme pour exposer la situation et avoir des pistes de solutions », a dit le président du CVCB.

Issouf Traoré, Président du CVCB

Il a renseigné qu’en reponse à cette correspondance, la ministre de l’économie, des finances et du développement avait recommandé aux autorités communales de régler le problème en « recourant soit au recueil du consentement de l’abandon amiable des droits du titulaire ; soit à la mutation involontaire des droits réels par la procédure de l’expropriation pour cause d’utilité publique après une juste et préalable indemnisation ». Mais rien de cela ne sera fait.

Pis, selon les conférenciers, en janvier 2023, des débuts de travaux ont été constatés sur le site. Ils disent avoir alors adressé des correspondances à la présidente de la délégation spéciale de l’arrondissement pour dénoncer encore la situation.

Dans la même logique, ils affirment avoir aussi adressé une correspondance au Ministre de l’Urbanisme, des Affaires Foncières et de l’Habitat, demandant de prendre des initiatives nécessaires pour rétablir la population du quartier de bonheur Ville dans ses droits. « Mais contre toute attente, pendant que le litige avec l’opératrice économique est pendant, l’administration va procéder par arrêté n°2023-00984/MEFP/SG/DGI/DAF du 01 juin 2023 à l’attribution de la partie Nord de la réserve litigieuse d’une superficie de 16.883 m2 au beau-frère de ladite opératrice économique », ont laissé entendre les riverains qui disent déplorer cette situation.

Des habitants du quartier Bonheurville mobilisés à cette activité

À en croire les conférenciers, certains des leurs ont même été interpellés dans cette affaire. « Le commissariat de police de Ouaga 2000 a interpellé certains leaders et garder à vue. Après, ce fut le procureur de Ouaga 2 qui interpella à son tour deux de nos leaders et les ont déférés à la MACO en juillet 2023. Il s’agit des messieurs NIKIEMA Sayouba, inspecteur de l’enseignement primaire et Traoré Issouf agent GSP. Malgré tout, la population était toujours déterminée à sauver la seule réserve qui lui reste pour le lycée public en procédant par des voies légales », ont-ils fait savoir, invitant les autorités de la transition à se pencher sur leur situation.

Aux dires des conférenciers, leur insistance réside dans le fait qu’ils assistent impuissants à des accidents de circulation dont font l’objet leurs enfants sur la route des écoles dont la plus proche, selon eux, est loin de près de 5 kilomètres. « Nous assistons au quotidien à des accidents de circulation routière parfois mortels de scolaires qui font chaque jour des distances énormes, entre 5 à 10 km, pour trouver le premier lycée ; sans compter les abandons scolaires par manque de moyens », ont-ils déploré. Ils ont appelé les autorités de la transition à prendre en main leur situation « afin de les retablir dans leurs droits ».

Lire aussi ➡️ Problèmes fonciers à Ouagadougou : Le Comité de Veille Citoyenne de Bonheur-Ville écrit au Premier ministre Kyélem

Oumarou KONATE

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img