spot_img
dimanche 23 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Effort de guerre : Le MENAPLN et l’ENI contribuent à plus de 25 millions de FCFA

Le Ministère de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationale (MENAPLN) et l’Amicale des anciens étudiants de l’Ecole nationale des Ingénieurs (ENI) de Bamako (Mali) ont procédé à une remise de chèques pour contribuer à l’effort de guerre à travers le Fonds de Soutien Patriotique (FSP). Ces dons ont été réceptionnés par le ministre en charge des finances, Aboubacar Nacanabo, en présence de la ministre délégué en charge du budget et bien d’autres invités, ce mardi 25 avril 2023 à Ouagadougou.

Le 18 novembre 2022, le président de la Transition, le Capitaine Ibrahim Traoré, lançait un appel à contribution volontaire pour l’effort de guerre. Cela en vue de soutenir les forces combattantes engagées dans la lutte contre l’hydre terroriste et venir en aide aux personnes déplacées internes (PDI) du Burkina Faso. Depuis lors, plusieurs personnes, organisations et associations ont répondu à cet appel en contribuant en espèces, en nature ou en vivres.

Les « éducateurs » participent à hauteur de 20 millions de FCFA

Les acteurs de l’Éducation nationale ne sont pas en marge de l’élan de solidarité pour la reconquête du territoire national. C’est un chèque de 20 millions de FCFA que le MENAPLN a remis au ministre en charge de l’économie et des finances, pour contribuer au financement de l’effort de guerre. C’est « un acte fort » que ces encadreurs viennent de poser, salue le ministre en charge de l’éducation nationale, Jean-André Ouédraogo. « C’est un sacrifice consenti par tous les acteurs de la communauté éducative pour participer à ce combat pour libérer notre pays de l’hydre terroriste. Beaucoup d’acteurs de la communauté éducative se sont sentis concernés par cet élan de solidarité. C’est un acte fort », s’est-il réjoui.

Le MENAPLN a contribué à hauteur de 20 000 000 FCFA a l’effort de guerre

5 millions de FCFA de la part de l’ENI

Du temps où le Burkina Faso ne disposait pas d’institution de formation supérieure en sciences industrielles, les autorités du pays envoyaient former les cadres supérieurs dans les universités et écoles supérieures des pays amis. C’est ainsi qu’entre 1960 et la fin des années 90, l’État burkinabè a formé plus de 200 ingénieurs à l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Bamako, au Mali, dans les disciplines de la Topographie, du Génie civil, du Génie Industriel et de la Géologie.

De retour au bercail, ces anciens étudiants, déjà intégrés dans la société burkinabè, sont également « des citoyens fiers de servir » leur patrie et conscients de leur devoir envers le peuple burkinabè à qui, « ils doivent tout ». Tout chose, selon Martin Diabri, président de l’Amicale des anciens étudiants de l’ENI, qui justifie qu’ils ne peuvent pas rester indifférents, ni inactifs face à la situation de crise existentielle que traverse le Burkina Faso.

Ainsi, « mus par le sens du devoir patriotique, nous avons décidé de répondre à l’appel des plus hautes autorités du pays à travers la mobilisation d’une somme de 5 850 000 FCFA, en guise de contribution au Fonds de Soutien Patriotique », a-t-il souligné, précisant que ladite somme est issue des cotisations libres et volontaires des membres de l’amicale.

L’amicale des anciens étudiants ENI a mobilisé plus de 5 000 000 FCFA pour l’effort de guerre

« Notre message à l’endroit de nos compatriots est le suivant: Nul citoyen intègre ne saurait se mettre en marge lorsque la case familiale est en proie aux flammes. Dans la situation actuelle, aucune contribution n’est insignifiante ni de trop. Le pays a besoin de la contribution de tous ses fils et filles. C’est ensemble que nous vaincrons », a-t-il terminé.

Pour le ministre en charge des finances, Aboubacar Nacanabo, le Gouvernement salue à sa juste valeur cet élan de solidarité agissante en faveur de la sécurisation du territoire national. « L’épreuve que nous traversons tous ensemble aujourd’hui nous invite à en tirer tous les enseignements nécessaires pour aller vers une véritable solidarité nationale. C’est pourquoi, toute contribution, modeste soit-elle, sera la bienvenue afin d’accompagner le Gouvernement dans la réalisation des objectifs prioritaires de la Transition déclinés dans le Plan d’actions pour la stabilisation et le développement (PA-SD) notamment ceux relatifs à la lutte contre le terrorisme, à la restauration de l’intégrité territoriale et à la réponse à la crise humanitaire que traverse le Burkina Faso », a-t-il dit.

Aboubacar Nacanabo a rassuré les donateurs à « personnellement veiller à la bonne gestion » et à la redevabilité vis-à-vis des contributeurs et des bénéficiaires du FSP.

En rappel, selon le ministère en charge des finances, à la date du 19 avril 2023, le compte dédié au Fonds de Soutien Patriotique (FSP) enregistrait des encaissements d’un montant de 9 934 095 779 FCFA.

Mathias Kam
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img