spot_img
jeudi 6 octobre 2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Burkina : un mouvement lance une pétition pour l’annulation des accords militaires avec la France

Le Mouvement front de défense pour la patrie a, au cours d’une conférence de presse ce vendredi 13 mai 2022 à Ouagadougou, lancé « une pétition » pour l’annulation des accords militaires avec la France.

Le Burkina Faso vit des moments « les plus sombres » de son histoire dû à l’avancée du terrorisme dans le pays. Partant de cet état de fait, le Mouvement front de défense pour la patrie se pose des questions sur la présence des forces étrangères au Burkina Faso. Selon Lassané Sawadogo, coordinateur du mouvement, « la coopération militaire avec la France qui devraient plutôt contribuer à l’éradication du terrorisme est un fiasco, un échec criard ».

« Nos soldats et nos populations tombent sous les yeux d’une puissance impuissante, censée contribuer à l’amélioration de la situation que vit notre pays. L’armée française s’est transformée en un témoin complice de la souffrance de nos populations », a déclaré Lassané Sawadogo.

Ce mouvement qui appelle d’une même voix « le départ immédiat et sans condition de l’armée française et la recherche d’un partenaire fiable comme la Russie », a lancé ce jour, « une pétition sur toute l’étendue du territoire national et international pour l’annulation de nos accords militaires avec la France et la signature d’un partenariat gagnant-gagnant avec la Russie pour sortir notre pays de ce bourbier terroriste ». Cette pétition, ont-ils indiqué, sera en ligne sur une plateforme et de façon directe avec la population dans les rues dans les jours à venir.

Augmentation des primes des militaires

Outre les accords militaires, ce mouvement s’est attaqué aux primes des soldats au front. Lassané Sawadogo et ses camarades ont demandé une augmentation des frais de mission qui sont alloués au soldats au front. Selon eux, les « primes des soldats au front sont dérisoires et sont la preuve que les soldats sont maltraités ».

« Nous proposons : 20 000f/jour contre 3 000f/jour pour les soldats de rang. 25 000f/jour pour les sous-officiers contre 4 000/jour et 30 000f/jour pour les officiers contre 5 000f/jour actuellement. Pour les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), chaque membre doit être rémunéré à hauteur de 200 000f/mois », ont-ils proposé.

De même, pour la prise en charge des femmes des FDS et VDP tombés, ce mouvement a demandé que les familles perçoivent l’entièreté du salaire du soldat tombé jusqu’à ce que la veuve de ce dernier décide de se remarier. Pour les enfants de ce dernier, ils ont proposé que l’État prenne en charge leur scolarité jusqu’à leur majorité.

Les membres de ce mouvement ont terminé leur point de presse en déplorant « l’arrestation arbitraire » de trois (03) des leurs lors de leur dernière marche le 23 avril dernier et qui ont été déposés à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO). Ils ont demandé la libération pure et simple de leurs camarades.

Mathias Kam
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img