mardi 16 juillet 2024
spot_img

Burkina : Le CEGECI lance les travaux de construction de la « Cité de la renaissance » à Bassinko

Le ministère de l’Urbanisme, des Affaires foncières et de l’Habitat, à travers le Centre de gestion des cités (CEGECI) a procédé, ce vendredi 5 juin 2024, au lancement des travaux de construction de la « Cité de la Renaissance » à Bassinko, dans l’arrondissement 8 de la ville de Ouagadougou.

Après les étapes réussies des projets de la Cité de la diaspora à Djiguemtenga, dans la commune rurale de Koubri (quelques kilomètres au sud de Ouaga 2000) et à Soweleni dans la commune de Bama, le ministère de l’Urbanisme, des Affaires foncières et de l’Habitat rebelote avec la « Cité de la renaissance » à Bassinko, dans l’arrondissement 8 de Ouagadougou. Sur le site de la « Cité de Renaissance », seront construits des immeubles de type R+3, R+4 et R+5 le long du rond-point central de Bassinko. Ces immeubles abriteront des appartements, des zones commerciales et des espaces récréatifs.

La maquette de la Cité de la Renaissance à Bassinko

Aussi, il est prévu la construction de trois cents (300) logements économiques de types F2 (une chambre + un salon), F3 (deux chambres + un salon) et F4 (trois chambres + un salon) sous forme de villas pavillonnaires.

La cité sera bâtie sur 75 hectares. Les coûts de cession sont de 14 millions 500 mille F CFA pour les villas de type F2, pour plus de 18 millions 900 mille F CFA pour les F3 et de 28 millions 900 mille F CFA pour les F5.

Pour le ministre de l’Urbanisme, des Affaires foncières et de l’Habitat, Makaïlou Sidibé, « ce projet ambitieux » porté par le Centre de Gestion des Cités (CEGECI), marque une étape cruciale dans l’engagement du gouvernement en faveur du développement urbain et de l’accès au logement pour tous.

Mikaïlou Sidibé, le ministre en charge de l’habitat rassurant que son département va s’assurer de la viabilisation de la cité

« Face à la forte poussée démographique couplée à une forte demande en logements, la politique actuelle de mon département s’est axée sur la réalisation de logements en hauteur afin d’éviter l’étalement urbain. C’est dans cette optique que mon département a créé un vaste programme de construction de logements. La Cité de la Renaissance est un pilier du programme “Burkina Faso deenw kaa soow”, qui vise à construire 50 000 logements à l’horizon 2028 », a-t-il expliqué, dans son allocution prononcée par la Directrice générale de la CEGECI, Gon Tali Martine Ky.

Une cité avec toutes les commodités

Mikaïlou Sidibé a rassuré que pour la viabilisation du site, il y a déjà les réseaux existants à Bassinko et cela devrait suivre. « Des instructions ont été données à la CEGECI de travailler de concert avec les concessionnaires des réseaux que sont la SONABEL et l’ONEA pour que, dès que les logements sont disponibles, la viabilisation puisse suivre. Nous allons suivre cela de près pour que les personnes qui vont habiter cette cité soient dans les villas viabilisées », a-t-il laissé entendre.

Gon Tali Martine Ky déclinant les modalités de paiement

À en croire la Directrice générale de la CEGECI, tous Burkinabè de l’intérieur comme de l’extérieur peuvent prétendre à ces logements. « Les paiements sont étalés sur 5 ans. À la souscription, nous demandons 30% et le reste après. La souscription est déjà ouverte au siège de la CEGECI à Ouagadougou », a-t-elle indiqué. Pour la sécurité de la nouvelle cité, Gon Tali Martine Ky, a rassuré les acquéreurs que toutes les dispositions sont déjà prises pour une vie de quiétude dans la cité.

Mikaïlou Sidibé a, par ailleurs, exhorté les entreprises retenues dans le cadre de ce projet à fournir des infrastructures de qualité, respectant les normes les plus élevées, et à respecter les délais fixés. Il a aussi invité toutes les parties prenantes à travailler main dans la main pour faire de la « Cité de la Renaissance », un modèle de développement urbain, où la qualité de vie et l’inclusion sociale sont au cœur des actions.

Fin 2024 pour la réception des premiers logements

Il convient de préciser que ce lancement a eu lieu en présence du ministre en charge des infrastructures, Adama Luc Sorgho et de l’ambassadeur de la CEGECI, l’artiste musicien Smarty.

Le Centre de Gestion des Cités, il faut le noter, est une société d’Etat de promotion immobilière avec plus de 35 ans d’expérience qui joue un rôle capital dans l’offre de logements sociaux et économiques au profit des Burkinabè de l’intérieur comme ceux de la diaspora. Il a, à son actif, plusieurs réalisations, dont les cités An 2, An 3, An 4, les cités de la diaspora, des centaines d’autres logements dans les chefs-lieux de régions et de provinces.

Mathias Kam

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Articles connexes

Vidéo remettant en cause la qualité de l’engrais NPK : Le Ministère de l’agriculture fait une mise au point

Ceci est une mise au point du Ministère de l'agriculture et des Ressources animales et halieutiques sur une...

Ouagadougou : Un véhicule part en fumée sur l’avenue de la Dignité

Un véhicule de type personnel a pris feu, dans l'après-midi de ce lundi 15 juillet 2024 sur l'avenue...

Coopération Burkina-Canada : L’ambassadeur Lee-Anne Hermann fait le point avec le Chef de l’Etat

(Ouagadougou, 15 juillet 2024). Le Président du Faso, le Capitaine Ibrahim Traoré a reçu en audience ce lundi,...

Lutte antiterroriste : L’offensive des VDP en faveur des droits humains présentée aux journalistes

La Brigade des Volontaires pour la défense de la patrie (BVDP), en collaboration avec la Direction générale des...