spot_img
lundi 27 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Burkina : « Le Capitaine Ibrahim Traoré a des acquis visibles et palpables sur tous les plans » (Lassané Sawadogo)

Un Meeting de soutien à la Transition a eu lieu, le samedi 11 mai 2024, au stade Issoufou Joseph Conombo, à Ouagadougou. À l’initiative de la Coordination nationale des associations de veille citoyenne (CNVC), cette manifestation qui a drainé du monde avait pour but de demander une prolongation de la transition burkinabè, dirigée par le Capitaine Ibrahim Traoré.

En application des dispositions relatives à la révision de la Charte de la transition, notamment l’article 19 qui souligne que l’initiative de la révision de la charte « appartient concurremment au Président de la Transition et au tiers des membres de l’Assemblée législative de transition », l’organe législatif de la transition a validé le vendredi 26 avril 2024, à Ouagadougou, la proposition de loi portant accord de l’Assemblée législative de transition pour l’organisation des assises nationales.

Des leaders de la CNCV, organisateurs du meeting du 11 mai 2024, avec Ghislain Dabiré porte-parole de la CNCV au centre

Lesdites assises doivent être organisées au moins un mois avant le 1er juillet 2024, date prevue pour la fin de la Transition. Pour les soutiens de la Transition, il n’y a qu’un seul choix à faire aux assises prochaines. Il s’agit de « valider la prolongation » de la Transition dirigée par le Capitaine Ibrahim Traoré. C’est ce qu’a laissé entendre Ghislain Dabiré, porte-parole de la Coordination nationale des associations de veille citoyenne (CNVC), dans la déclaration lue devant les manifestants. « Les assises nationales prochaines doivent permettre aux Burkinabè de matérialiser, et d’officialiser leur volonté : rien que la prolongation de la transition en cours, celle du peuple », a-t-il soutenu avec véhémence.

Lassané Sawadogo, membre de la CNCV, a, pour sa part, soutenu que cette demande de prolongation de la Transition est faite pour permettre au Capitaine Traoré et son gouvernement de poursuivre leur programme d’initiative présidentielle afin que tous les Burkinabè soient « témoins de leurs courage et vision ».

« Le Capitaine Ibrahim Traoré a des acquis visibles et palpables sur tous les plans, dans sa gouvernance. Nous voyons des réalisations qui se font sur le terrain. Sur le plan sécuritaire, par exemple, c’est le lieu de reconnaître que notre armée n’avait jamais été aussi équipée comme elle l’est présentement. De la réorganisation du dispositif militaire en passant par l’équipement progressif de nos forces combattantes, les autorités de la transition ont pu révolutionner l’approche militaire dans la lutte contre les groupes armées terroristes (GAT). Cette montée en puissance de l’armée burkinabè se démontre incontestablement aujourd’hui par la réinstallation de plusieurs villages autrefois sous occupation des ennemis et la réouverture de plusieurs établissements scolaires, ainsi que par la réduction drastique de la capacité de nuisance des individus égarés (terroristes, ndlr). Sur le plan alimentaire, l’offensive agricole et l’initiative présidentielle pour l’autosuffisance alimentaire lancées par la transition ont permis le labour gratuit de plus de 64 000 hectares en 2023. Aussi, avec l’aménagement de plus de 10 648 hectares de plus sur le site agricole de Bagré et ailleurs également, l’acquisition d’un nombre important de tracteurs de labour, de semences et d’intrants agricoles pour la campagne agricole 2024, le Burkina Faso fonce tout droit vers l’autosuffisance alimentaire », a longuement défendu Lassané Sawadogo. Sur le volet diplomatique, ce dernier a salué la fermeté du gouvernement burkinabè face à « tous les États impérialistes ».

Pour Lassané Sawadogo, aux assises prochaines il n’y a qu’un seul choix à faire : la prolongation de la transition

« Si nous trouvons que ces assises ne vont pas nous apporter gain de cause, nous demanderons purement et simplement sa supression et la prolongation de la Transition », a prévenu Lassané Sawadogo.

C’est pourquoi, le CNCV a lancé un appel « solennel et historique » à tous les Burkinabè d’ici et de la diaspora, à tous les partenaires du Burkina Faso, à tous les peuples amis du peuple burkinabè, à « œuvrer dans l’accompagnement de cette volonté du peuple qui demeure la même, celle de toujours porter le capitaine Ibrahim Traoré comme leader incontestable pour la reconquête du territoire et de la refondation totale de la nation burkinabè ». La CNCV a aussi demandé à tout le peuple de faire « barrage aux manipulateurs, aux opportunistes qui ne pensent qu’aux élections pour piller notre nation ».

Lire aussi : Burkina/Meeting des soutiens de la Transition : Divergences de vues sur la tenue des assises nationales

Mathias Kam et Oumarou Konaté

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img