spot_img
mardi 25 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Affaire LCL Emmanuel Zoungrana : Les explications du procureur militaire !

En conférence de presse ce samedi 1er juin 2024, le Parquet militaire a fait le point des dossiers d’atteinte à la sûreté de l’État en cours d’instruction devant les juridictions militaires. Il a apporté des éclairages sur le cas du Lieutenant colonel Arsalane Mohamed Zoungrana.

Le lieutenant colonel Zoungrana est mis en cause dans deux affaires, à en croire le procureur militaire près le Tribunal militaire de Ouagadougou, Capitaine Ferdinand Ahmed Sountoura. Il y a d’abord un premier complot contre la sûreté de l’État dont le dossier est clôturé mais pas encore programmé « parce que le concerné a interjeté appel contre l’ordonnance de clôture de ce dossier». Il y a ensuite un second dossier de complot. « Les investigations dans le cadre de ce dossier sont suffisamment avancées et nous attendons que le juge d’instruction nous saisisse bientôt pour prendre nos réquisitions en vue de la clôture de ce dossier», a expliqué le Capitaine Ferdinand Ahmed Sountoura.

Le procureur a également indiqué qu’à la date du 22 mai 2024, la chambre a décidé de lever l’assignation en résidence surveillée du Lieutenant-colonel Zoungrana, et de lui imposer d’autres mesures de contrôle judiciaires. « Il devait se présenter lundi, mercredi, jeudi, vendredi pour prouver qu’il est présent. Ces pièces d’identité ont été confisquées et gardées au greffe de notre tribunal afin de garantir sa représentation», a affirmé le procureur précisant qu’en vertu de ces décisions, le prévenu a effectivement été libéré.

« Nous nous sommes rassurés que la résidence surveillée du Lieutenant colonel Zoungrana a été levée. C’est ce que nous savons de l’affaire du Lieutenant colonel Zoungrana à ce stade. Autres développements, nous suivons l’affaire comme vous et nous sommes conscients que le Lieutenant-colonel Zoungrana va pouvoir garantir sa représentation ici pour répondre des deux faits de complots contre la sûreté de l’État qui lui sont reprochés. Autrement, ça sera comme si nous nous sommes acharnés sur le Lieutenant-colonel Zoungrana alors qu’il n’en était rien. Pourtant nous n’avons aucun intérêt à nous acharner sur quelqu’un lorsqu’il n’y a rien à lui reprocher », a-t-il conclu.

Lire aussi ➡️Burkina : A peine libéré, le Lieutenant-colonel Zoungrana enlevé (famille)

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img