spot_img
mardi 27 septembre 2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Agriculture : Deux nouveaux projets pour révolutionner le domaine


La cérémonie de lancement du projet de développement de la Valeur ajoutée des Filières agricoles (VAFA) et du projet d’agriculture contractuelle et transition écologique (PACTE) s’est déroulée le 16 juillet 2019 à Ouagadougou. Cette cérémonie s’est tenue sous la présidence du ministre de l’agriculture et des aménagements hydro-agricoles Salifou Ouédraogo, en présence de son homologue Ambroise Niouga, ministre de l’eau et de l’assainissement en plus des partenaires techniques et financiers. 

La spécificité de ces deux projets est de pouvoir développer l’agriculture contractuelle de sorte à ce que l’on puisse transformer des chaines de valeurs porteuses. C’est l’explication donnée par le ministre en charge de l’agriculture Salifou Ouédraogo à l’entame de son propos à cette cérémonie.

Le Ministère en charge de l’Agriculture a reçu des financements pour la VAFA et le PACTE

Ces deux projets évalués à  32 milliards de franc CFA sont financés par des partenaires tels que l’Union Européenne, l’Agence Française de Développement (AFD) et le royaume du Danemark. Le ministre burkinabè de l’agriculture a assuré que la mise en œuvre de ces projets qui vont concerner deux cent mille bénéficiaires à travers le Burkina, permettront de produire 95 000 tonnes de céréales dont 70 000 tonnes seront contractualisées. Pour être plus explicite, le ministre a fait savoir que cela veut tout simplement dire, qu’aujourd’hui avec ces deux projets, dès qu’il y a  production, des contrats seront déjà engagés avec des acheteurs. « Des contrats qui vont permettre aux producteurs d’écouler facilement leurs produits », souligne le ministre de l’agriculture. « Ces deux projets vont aussi permettre de développer les petites entreprises de transformation des produits locaux », a-t-il ajouté. 

« Aujourd’hui est un grand jour… »

A terme, selon Salifou Ouédraogo, le  projet de développement de la Valeur ajoutée des Filières agricoles (VAFA) et le projet d’agriculture contractuelle et transition écologique (PACTE) doivent permettre de faire en sorte qu’il ait de la valeur ajoutée sur le plan agricole au Burkina Faso. « Aujourd’hui est un grand jour parce que vous avez vu qu’au moins trois entreprises ont bénéficié de financements allant de 50 millions à 100 millions de franc CFA  pour permettre de transformer les produits agricoles, leur donner de la valeur ajoutée et de permettre que les agriculteurs puissent vivre de leur production », s’est-t-il réjoui. Il s’agit d’entreprises de charcuterie, de boucherie professionnelle et bien d’autres entreprises de transformation de matières agricoles

Un projet à portée national

Le ministre a rassuré que les deux projets évoqués ci-dessus vont concerner l’ensemble du territoire national et vont permettre à plus de cent entreprises agricoles de pouvoir booster leur croissance. Il a donc tenu à informer toutes les entreprises et coopératives que ces deux projets vont permettre de lancer des appels à projets où ils pourront faire valoir leurs idées de production, faire valoir leurs innovations pour permettre de booster l’agriculture burkinabè. 

En rappel, ce programme concerne l’ensemble des ministères du secteur de développement rural, à savoir les ministères de l’agriculture ; de l’élevage et des ressources halieutiques ; de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation ; de l’eau et de l’assainissement, etc.

Adam’s Ouédraogo (stagiaire)

Minute.bf 

1 COMMENTAIRE

  1. A chaque fois on gagne des financement la droits des agriculteurs mais pourquoi ne pas accompagné les élèves qui on fait le domaine afin qu’ils mettent en place leur méthode technique recueilli en classe au lieu de laisse vouloir viré dans un autre domaine….Donc moi je trouverai que si l’on gagne un financement faite un tour dans les lycée professionnel Agricole (LpA de Nanoro ,LpA de Bingo etc.)pour plus encouragé le élèves d’avoir pris cettr filière afin de voir le développement de agriculture au Bf…Aussi ces des élèves qui sons près a travail donc faite des recrutements pour les formé une fois de plus et leur octroyé des prêt des Rigueurs afin qu’ils puissent d’auto employé et je sais qu’ils seront contraint d’employé des gens,d’où la réduction du taux de chômage…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img