spot_img
mardi 27 septembre 2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Education : La CNSE se dit victime d’un déni de droit de la part de son ministère de tutelle


Le mardi 20 août 2019, la Coordination nationale des syndicats de l’Education (CNSE) regroupant en son sein 15 organisations syndicales de l’éducation a organisé une conférence de presse, à la Bourse du Travail de Ouagadougou pour expliquer à l’opinion nationale les raisons de la suspension de sa participation aux travaux des secrétariats techniques sur l’ensemble du territoire national.

Décrivant les conditions dans lesquelles le personnel de l’éducation travaille, la CNSE s’est plaint de la question de la gestion des affectations. Il convient de rappeler que le Ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la promotion des Langues nationales (MENAPLN), Stanislas OUARO, dénonçant une forte concentration des enseignants dans les centres urbains, avait signifié que cette année il sera question de redéploiement plutôt que d’affectation. La CNSE invite le ministre à faire le lien entre le nombre des enseignants avec la pléthore d’élèves dans les classes.

A titre illustratif, Souleymane Badiel, le conférencier du jour a rappelé le cas des enseignants décorés par l’Assemblée Nationale qui avaient des effectifs allant jusqu’à 100 élèves par classe et plus récemment le cas des images qui circulaient sur les réseaux sociaux montrant des classes avec des effectifs de 200 élèves à Bobo Dioulasso. M. Badiel estime que le ministre, au lieu de trouver des solutions idoines aux difficultés que rencontrent le personnel de l’éducation, ne fait que « déplacer les problèmes ».

Abordant clairement la décision de suspension des affectations pour convenances personnelles, la CNSE dit faire face à un déni de droit car selon elle, « l’affectation pour convenances personnelles est un droit pour l’agent de la Fonction publique et reconnue par les textes officiels ». Pour Souleymane Badiel, le problème lié à la gestion des personnels au MENAPLN est à chercher ailleurs.

La CNSE revendique, par ailleurs, la prise d’un décret portant critères d’affectation pour nécessité de service car elle estime que plusieurs crises nées dans les structures de l’éducation y trouvent leur source. Sur cette même question, elle a regretté le décret que le MENAPLN a fait adopter au Conseil des Ministres du 25 juillet 2019, décret dont la valeur est limitée à la seule année 2019. A entendre le principal conférencier, ce décret n’est rien d’autre qu’une manière « d’opérer un redéploiement du personnel du ministère et plus grave pour justifier une option de non recrutement du personnel ». Par ailleurs, il déplore aussi le refus de prendre en compte les critères objectifs dégagés par la CNSE dans nombre de secrétariats techniques au niveau provincial  

Pour améliorer la qualité du service éducatif, la CNSE invite le MENAPLN à envisager des solutions correctes à la forte demande d’éducation des populations par la réalisation d’infrastructures éducatives comme cela ressort dans le protocole d’accord gouvernement/CNSE du 27 janvier 2018. Ensuite, pour régler de façon pérenne la question des affectations par nécessité de service, l’adoption d’un texte dans ce sens est un impératif selon la CNSE. Enfin, elle invite le MENAPLN à signer le décret relatif au statut valorisant des personnels largement en retard par rapport au calendrier que lui-même a fixé. Par la même occasion, elle demande à l’ensemble des travailleurs de rester en veille et de se tenir prêt pour la défense des engagements contenus dans le protocole.

Franck Michaël KOLA(Stagiaire)

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img