spot_img
vendredi 14 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Troubles à l’Université Joseph Ki-Zerbo: Les responsables de l’UFR/SVT jouent la carte de l’apaisement

La Faculté des Sciences de la vie et de la terre (SVT) de l’Université Joseph Ki-Zerbo est émaillée depuis hier jeudi 13 avril 2023, par une grève de ses étudiants en Master I, promotion 2022-2023, qui a nécessité des jets de gaz lacrymogènes par la Police. Ces étudiants s’opposent à l’application du régime général des études du diplôme de Master. Pour donner leur version des faits, les responsables de l’Unité de formation et de recherche (UFR) en SVT ont animé un point de presse ce vendredi 14 avril 2023 à l’Université. Le directeur de cette UFR, Pr Patrice Zerbo a invité les étudiants à la « raison » et demandé de revenir à la table des négociations.

Cette affaire remonte depuis février 2023. Les nouveaux étudiants recrutés en Master I promotion 2022-2023, 545 au total répartis dans les 4 départements de l’UFR-SVT, ont observé un mouvement d’humeur pour dénoncer le « nouveau » régime général signé depuis 2019 et applicable « cette année 2023 en SVT ».

Lire aussi: Université Joseph Ki-Zerbo : encore une chaude matinée ce 14 avril 2023 entre étudiants et policiers

Ces étudiants, selon le directeur de l’UFR-SVT, Pr Patrice Zerbo, font normalement les cours, les Travaux dirigés et pratiques, mais « ils disent qu’ils ne composent pas ». Ce refus de composition se justifie par la remise en cause des articles 29 et 30 du régime applicable.

Ledit régime stipule à son article 29 que : « Les étudiants inscrits en deuxième année de master, ne peuvent prétendre à la soutenance du mémoire que lorsqu’ils ont validé les deux semestres de la première année du master et l’ensemble des unités d’enseignement des semestres de la deuxième année du Master » et l’article 34 précise que « un semestre est validé, si toutes les unités d’enseignement le composant sont validées individuellement ; par compensation intra semestre si l’étudiant a la moyenne requise entre les différentes unités d’enseignement du semestre, affectées de leurs coefficients. La compensation entre les unités d’enseignement ne peut s’effectuer que si la moyenne obtenue dans chaque unité d’enseignement est supérieure ou égale à 7/20 ».

Pourtant, ce régime est déjà appliqué par les autres UFR de l’Université Joseph Ki-Zerbo, à entendre les conférenciers du jour. Il a été instauré pour « améliorer la qualité de l’enseignement et rehausser la formation », des dires du Pr Patrice Zerbo.

Les responsables de l’UFR SVT s’étonnent de la réaction des étudiants, d’autant plus qu’ils ont « été recrutés sous ce régime et informés au préalable de l’application de ces textes dès leur entrée universitaire ».

« Ils (les étudiants grévistes, ndlr) ne veulent rien comprendre. Ils disent que ces textes ne peuvent pas s’appliquer à l’UFR-SVT. C’est un texte qui est d’obédience nationale. Nous en tant que UFR on ne peut rien faire », a martelé le Pr Zerbo.

Faire intervenir la sécurité pour protéger les franchises universitaires

Concernant les troubles de ces deux jours, elles font suite à la « reprogrammation des évaluations pour les ajournés du M1/S1 2021-2022 sous forme d’examens programmés du 11 au 19 avril 2023 », ont indiqué les conférenciers. Donc « n’ayant pas obtenu gain de cause, la promotion Master 1 2022-2023 a décidé de boycotter toutes les évaluations programmées en Master au sein de l’UFR », a poursuivi le Directeur de l’UFR-SVT, chose qui a créé les échauffourées entre CRS et étudiants.

Mais, ce dernier a rassuré, « qu’il n’y a pas de crises entre l’administration et les étudiants ». Il a appelé les étudiants à la retenue et à la table de discussion pour sortir de la « crise ».

Du reste, le Directeur de l’UFR/SVT a rappelé que les franchises universitaires reconnaissent le droit de manifester tout comme celui de ne pas manifester. « Face aux velléités de perturbations des activités académiques, aux actes de violence, agressions physiques et verbales constatées, la force publique a été requise pour garantir les franchises universitaires », a-t-il conclu.

Mathias Kam et Fatoumata Konaté (Stagiaire)

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img