spot_img
lundi 27 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

SNC 2024 : C’est parti pour une semaine de festivités culturelles

La cérémonie d’ouverture de la 21e édition de la Semaine nationale de la Culture (SNC) s’est ouverte dans la soirée du samedi 27 avril 2024, à Bobo-Dioulasso. Placée sous le thème « Culture, mémoire historique et sursaut patriotique pour un Burkina nouveau », cette édition connaît la participation de plus de 700 000 festivaliers nationaux et internationaux.

C’est par trois coups de gong que le Président de la transition, le Capitaine Ibrahim Traoré, a donné, le samedi 27 avril, le top départ des activités de la SNC 2024.

Une semaine durant, les festivaliers venus des quatre coins du Burkina Faso, du Mali, du Niger et de bien d’autres pays d’Afrique et du monde vont rivaliser d’ardeur dans plusieurs domaines dont la danse traditionnelle, la lutte, la musique traditionnelle instrumentale, le tir à l’arc, le ballet, etc pour espérer remporter la première place.

Plusieurs activités étaient inscrites au programme de cette cérémonie d’ouverture. Défilé des régions et des communautés de masques, spectacle d’ouverture, carnaval et allocutions ont été au menu de cette activité qui a mobilisé plusieurs milliers de personnes.

Les populations n’ont pas voulu se faire conter l’événement

Prononçant le discours d’ouverture au nom du Président de la transition, le ministre d’Etat, ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme, Jean Emmanuel Ouédraogo, a souligné la pertinence du thème de cette édition.

« Ce thème nous interpelle tous et nous invite en effet à jeter un regard rétrospectif sur notre passé commun, en marchant dans le sillage de nos devanciers qui ont su faire preuve de sursaut patriotique en 1947 pour sauver notre pays de la division et du morcellement. C’est cette bravoure de nos ainés qui a permis le rétablissement de notre pays dans ses limites territoriales de 1932 », a-t-il indiqué.

Rimtalba Jean-Emmanuel Ouédraogo, ministre d’Etat, ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme

Ce thème est aussi, des dires du ministre, une invite au peuple burkinabè à faire sien la vaillance et l’héroïsme des différents groupes ethnoculturels qui, « sans concession, ont défendu leurs lignages, leurs villages, leurs communautés et leurs royautés lors des assauts et visées impérialistes des colons ».

Pays invité d’honneur de cette 21e édition, le Niger s’est fait représenter par une forte délégation conduite par son ministre de la Jeunesse, de la Culture, des Arts et des Sports, Abdourahamane Amadou. Ce dernier s’est réjoui de l’honneur fait à son pays, le Niger, par le peuple frère du Burkina Faso. « C’est un privilège de partager ce moment historique, de la célébration de la richesse du patrimoine culturel à l’occasion de la 21e édition de la Semaine nationale de la Culture », a-t-il affirmé.

Le Niger, pas invité d’honneur, est arrivé avec une forte délégation

Il a aussi salué la résilience du Burkina Faso qui, selon lui, malgré les difficultés liées au contexte actuel a réussi le pari de l’organisation d’une telle activité. « Le Burkina Faso incarne l’esprit de résilience; la diversité et la fertilité de votre pays en est un cas unique, un phare de la culture du continent inspirant des jeunes générations à travers le monde », a déclaré Abdourahamane Amadou.

Le parrain de cette édition a, pour sa part, reconnu que la culture est un vecteur de rassemblement des populations autour des valeurs qui fondent le vivre-ensemble et la cohésion sociale. « Le Burkina Faso a une très grande richesse culturelle et je pense que nous pouvons utiliser la culture burkinabè pour sensibiliser les populations en vue d’une cohésion sociale entre nous Burkinabè », a-t-il dit.

Jonace Yaméogo, parrain

Ainsi lancées, les activités de la Semaine nationale de la Culture vont se dérouler jusqu’au 04 mai prochain dans la ville de Sya.

Pour mémoire, la SNC a été créée en 1983. Elle constitue un cadre important pour mettre en avant les arts du spectacle, les arts plastiques, les lettres, l’art culinaire et les sports traditionnels. Ses objectifs incluent la promotion et la valorisation du patrimoine culturel burkinabè, la stimulation de la création artistique et littéraire, ainsi que la création d’un espace d’échanges entre artistes et hommes de culture.

Cliché du spectacle d’ouverture

Oumarou KONATE

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img