spot_img
jeudi 18 avril 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Situation sécuritaire : « Une partie de notre territoire échappe (…) au contrôle de nos FDS » (Augustin Loada)

Le mardi 12 novembre 2019, au cours d’une conférence de presse, à Ouagadougou, le Mouvement patriotique pour le Salut (MPS) avec à sa tête, son président, Augustin Loada, a porté une analyse sur la situation sécuritaire que vit le Burkina Faso actuellement. Si dans l’ensemble la situation sécuritaire n’est pas reluisante, le MPS demeure convaincu qu’un Burkina meilleur est possible si les filles et fils de la nation se serrent les coudes.

« Notre patrie est en danger…une partie, sans cesse croissante, de notre territoire échappe désormais au contrôle de nos Forces de Défense et de Sécurité (FDS) », a regretté le professeur Loada. Face à cette insécurité, ce dernier a pointé du doigt « l’irresponsabilité de certains de nos gouvernants ».

En effet, « des facteurs structurels comme le développement de la corruption dans les institutions étatiques et non-étatiques et dans la société burkinabè, le chômage et le manque d’opportunités économiques pour les jeunes, la pauvreté, la distribution inéquitable des ressources de l’Etat, les insuffisances de la couverture du territoire national en services publics, les insuffisances de la gouvernance du secteur de la défense et de la sécurité ne peuvent que faciliter l’expansion du terrorisme », a-t-il laissé entendre.

« Bilan catastrophique » des autorités actuelles

En outre, les signaux étaient au rouge après la transition, à en croire M. Loada. Ainsi, le régime issu des élections avait la lourde responsabilité de régler cette situation mais le professeur Loada a déploré le comportement des nouvelles autorités, concentrées sur « la jouissance de leur naam (pouvoir en mooré), éteignant du coup la lampe de l’espérance allumée par l’insurrection ».

« Face à un bilan aussi catastrophique, alors que des milliers de Burkinabè souffrent, des hauts dignitaires continuent à manger, à boire et à danser comme si de rien n’était », s’est indigné le président du MPS, invitant la population à sanctionner le pouvoir en place pour les échéances électorales à venir.

 S’unir pour faire barrage au terrorisme

Pour faire face à l’insécurité, le MPS a appelé à la réconciliation et  à l’unité nationale pour contrer l’avancée des terroristes. Pour cela, le parti dit ne pas s’opposer au retour des exilés politiques sans pour autant occulter la justice.

Mais sur l’enrôlement des volontaires, le MPS s’interroge sur la vision du pouvoir actuel, le statut juridique des volontaires, les garanties prises pour qu’ils ne fassent pas l’objet d’instrumentalisation partisane. Le professeur dit attendre des précisions pour mieux apprécier la question.

 « Un autre Burkina est possible », est convaincu le professeur Loada qui pense qu’il faut « des leaders transformateurs », leaders dont regorge le Burkina dans toutes ses couches sociales. « Notre mal se trouve dans le leadership car comme le dit l’adage, un troupeau de moutons conduit par un lion est plus vaillant qu’un troupeau de lions conduit par un mouton », conclut-il.

Lire aussi: Insécurité au Burkina: « la troupe est à l’image du chef » (Augustin Loada)

Franck Michaël KOLA (Stagiaire)

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img