spot_img
mercredi 28 février 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Sécurité nationale : Le Burkina veut se doter d’une Stratégie nationale de sécurité intérieure

Le Burkina Faso veut se doter d’une strategie nationale de sécurité intérieure. Ce vendredi 9 février 2024, le Secrétaire général du ministère de l’administration territoriale, de la Décentralisation et de la sécurité (MATDS) a officiellement lancé les travaux d’élaboration de la Stratégie nationale de sécurité intérieure (SNSI) 2024-2028. Le processus d’élaboration de ce document-cadre bénéficie de l’appui du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD).

Face à la crise sécuritaire que traverse le pays, les autorités burkinabè ont adopté en mars 2023, une Politique de sécurité nationale (PSN), en vue de doter le pays d’une nouvelle vision stratégique, d’outils et d’instruments à même de permettre aux institutions sécuritaires de faire efficacement face aux menaces récentes, émergentes et à venir. Cette politique, pour son opérationnalisation, devra être soutenue par des stratégies spécifiques et sectorielles ainsi que de nouveaux textes législatifs et règlementaires. Parmi ces documents, figure en bonne place la stratégie de sécurité intérieure dont l’élaboration est en cours.

Sié Edgar Sou, Secrétaire général du MATDS, représentant le Ministre de l’administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité

Selon le Secrétaire général du ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, Sié Edgar Sou, représentant le Ministre en charge de la sécurité, Emile Zerbo, la Stratégie nationale de sécurité intérieure en cours d’élaboration, constituera un référentiel en matière de sécurité intérieure qui permettra aux acteurs de ce domaine, d’appréhender de manière holistique les problématiques en lien avec le défis de l’heure. Et de ses dires, l’atelier de ce vendredi 9 février 2024, vise à informer et à mobiliser toutes les énergies et les parties prenantes afin de disposer d’un document qui constituera une véritable boussole pour les acteurs de la sécurité intérieure.

« La stratégie de sécurité intérieure en élaboration devrait rencontrer l’adhésion de tous et asseoir les bases d’un nouveau départ dans le secteur. De façon spécifique, l’atelier permettra de se familiariser avec la PSN et l’architecture générale de la Sécurité nationale, de valider toutes les étapes du processus notamment la méthodologie à utiliser, le calendrier, les livrables et l’ensemble des ressources nécessaires et d’échanger sur le rôle des membres du comité d’élaboration », a expliqué Sié Edgar Sou. Il a invité l’ensemble des participants à prendre activement part aux travaux en vue de parvenir à un document de qualité.

Henri Mashagiro, représentant le Représentant résident du PNUD au Burkina Faso, Alfredo Teixeira

Le processus d’élaboration de la Stratégie nationale de Sécurité intérieure (SNSI) bénéficie de l’appui du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) à travers le projet « Appui stratégique à la réforme du secteur de la sécurité, Phase II » (RSSII). Pour Henri Mashagiro, représentant à cette cérémonie le Représentant résident du PNUD au Burkina Faso, Alfredo Teixeira, la problématique de la sécurité est devenue difficile à appréhender au regard du contexte national actuel marqué par l’émergence de nouveaux défis liés à l’exacerbation de la crise sécuritaire.

Tout en formulant le vœu que les documents en cours d’élaboration, appréhendent de manière holistique, les problématiques de l’efficacité des institutions de sécurité intérieure, M. Mashagiro a indiqué que la mise en œuvre de cette stratégie, contribuera à l’atteinte de l’Objectif de Developpement Durable (ODD) 16 qui est de « promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable, assurer à tous l’accès à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous » et de l’ODD 5 qui est de « parvenir à l’égalité des sexes et à l’autonomisation de toutes les femmes et les filles ».

Une vue des participants à cet atelier

Ce contexte nouveau commande, selon lui, une réorganisation des forces de sécurité intérieure afin de s’adapter à la menace en présence, tout en prenant en compte leurs missions traditionnelles. « Les missions traditionnelles de ces forces de sécurité intérieure se complexifient davantage dans le contexte actuel où le terrorisme s’est exacerbé pendant que les menaces traditionnelles telles que la délinquance, les trafics en tout genre, la criminalité transfrontalière, la criminalité économique et financière, la cybercriminalité, les crimes et délits contre l’environnement sont toujours présentes et ont même parfois tendance à s’aggraver par moments », a-t-il indiqué. Il s’est donc réjoui de ce que l’élaboration de cette SNSI, permettra de mettre en place un plan en phase avec les défis du moment et dont la mise en œuvre contribuera à l’amélioration de la sécurité des populations et des institutions.

Oumarou KONATE

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img