spot_img
samedi 13 avril 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : Le Nigeria exprime « sa tristesse »

Le Nigeria a exprimé dans un communiqué le lundi 29 janvier 2024, « sa tristesse » par rapport à la décision des autorités du Niger, du Burkina Faso et du Mali, de se retirer de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

« Le Nigeria exprime sa tristesse suite à la déclaration de l’autoritė militaire de la République du Niger indiquant que les Républiques du Burkina Faso, du Mali et du Niger ont retiré leur pays de l’adhésion à la Communauté économique des États de lAfrique de I’Ouest (CEDEAO) », a indiqué dans ledit communiqué, la porte-parole du Ministère des affaires étrangères nigerian, Francisca K. Omayuli.

Dans le communiqué, elle rappelle que « depuis un demi-siècle, la CEDEAO œuvre pour promouvoir la paix, la prospérité et la démocratie dans la région ». Et le Nigeria, dit-elle, se tient aux côtés de la CEDEAO « pour mettre I’accent sur une procédure régulière et un engagement commun à protéger et à renforcer les droits et le bien-être de tous les citoyens des Etats membres ».

Mme Francisca K. Omayuli ajoute également que « le Nigéria a toujours travallé sincèrement et de bonne foi pour tendre la main à tous les membres de la famille de la CEDEAO afin de résoudre les difficultés rencontrées ».

Pour la porte de la Diplomatie nigériane, « il est désormais clair que ceux qui cherchent à quitter la Communauté ne partagent pas la même bonne foi ». « Au lieu de cela, des dirigeants non élus adoptent une attitude publique visant à refuser à leur peuple le droit souverain de faire des choix fondamentaux concernant sa liberté de mouvement, sa liberté de commercer et sa libertė de choisir ses propres dirigeants », regrette-t-elle, dans le communiqué, tout en soulignant que le Nigeria reste ouvert à un engagement avec le Burkina Faso, le Mali et le Niger « afin que tous les peuples de la région puissent continuer à bénéficier des avantages économiques et des valeurs démocratiques défendues par la CEDEAO ».

Lire aussi ➡️ Retrait Burkina de la CEDEAO : « Nous quittons, mais nous restons panafricains » (Président Traoré) 

Minute.bf

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img