spot_img
mercredi 29 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Régulation des médias : Le Président du CSC échange avec les Organisations professionnelles des Médias

Dans le cadre des rencontres qu’il a initiées avec les organisations professionnelles des médias et de la communication, le Président du Conseil supérieur de la communication, Abdoulazize Bamogo, a eu une séance de travail, dans la matinée du vendredi 03 mars 2023, avec trois structures professionnelles confessionnelles. Il s’agit de l’Union catholique africaine de la presse, section du Burkina (UCAP-B), de l’Union des Journalistes et Communicateurs évangéliques du Burkina (UJCEB) et du Réseau des Journalistes et Communicateurs musulmans du Burkina Faso (REJCOM-BF).

Les délégations de l’UCAP-B et du REJCOM-BF étaient respectivement conduites par leurs présidents Alexandre Le Grand Rouamba et Abdoul Karim Ouédraogo. La présidente de l’UJCEB était, pour sa part, représentée par la Trésorière, Aminata Kaboré.
Après avoir souhaité la bienvenue aux chefs des trois délégations et à leurs suites, le président Bamogo a salué leur dynamisme et traduit ses remerciements pour le soutien manifesté lors des moments difficiles qu’a connus le CSC. Puis il a partagé la vision qu’il entend imprimer tout au long de son mandat et qui se décline autour de deux principaux axes, à savoir, outiller les journalistes professionnels et les engager résolument dans la lutte contre les fake news et les discours de haine. Les échanges se sont poursuivis sous la direction du Chargé de mission Louis Modeste Ouédraogo.
Prenant tour à tour la parole, les chefs de délégation des trois associations se sont félicités de l’organisation de cette séance de travail et émis le vœu de voir se consolider les relations de collaboration avec l’instance de régulation de la communication.
Sur la problématique de l’accès aux sources officielles et le traitement de l’information durant cette période difficile que traverse le pays, ils ont reconnu que le problème est réel et ont proposé que les autorités organisent mieux la communication officielle et œuvrent à rendre disponible l’information que les populations sont en droit d’attendre.
Les responsables des organisations professionnelles confessionnelles ont également suggéré de rendre opérationnelles les dispositions de la loi relative à l’accès aux informations publiques et d’améliorer le fonctionnement du Service d’information du Gouvernement.
Enchaînant avec leur contribution dans la lutte contre la diffusion des fake news et les discours de haine dans les médias nationaux et sur les réseaux sociaux, ils ont réitéré leur engagement à mener le combat. Toutefois, ils estiment que le Gouvernement devra davantage travailler à être plus audible et disponible pour satisfaire la soif d’information des populations. Ils ont proposé l’élaboration de microprogrammes sur ces thématiques en se basant sur les valeurs religieuses défendues par leurs différentes organisations. En outre, ils pensent que l’établissement d’un mailing liste des différents responsables des médias, susceptible de donner des alertes sur les fake news et de fournir la bonne information pourrait être envisagé. Ils ont enfin suggéré la réalisation, au niveau des chaînes publiques, d’émissions « Infos-intox », par exemple, pour déconstruire les fausses nouvelles.
En questions diverses et répondant à une invite du président du CSC, les trois organisations ont convenu de se donner la main pour réaliser ensemble une activité, avec l’accompagnement du CSC, autour du thème : « Dialogue inter-religieux et promotion de la paix au Burkina Faso : contribution des communicateurs et professionnels des médias ».
Avant de clore la réunion, le Chargé de mission Louis Modeste Ouédraogo a remercié les responsables de l’UCAP-B, de l’UJCEB et du REJCOM-BF et leurs suites pour la disponibilité et l’écoute. Il a indiqué qu’au regard de la qualité des échanges et des perspectives énoncées en matière de contribution au retour de la paix, de la cohésion sociale et au renforcement du vivre-ensemble dans notre pays, on peut sans risque de se tromper conclure à l’utilité sociale avérée de ces trois organisations. Il a conclu en les exhortant à « demeurer des partenaires susceptibles de nous conduire vers la réalisation de ces objectifs ».

La Direction de la Communication et des Relations publiques

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img