spot_img
vendredi 14 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Procès Vincent Dabilgou : Pour une question de déontologie, l’avocat du NTD est viré du dossier

La défense de Jean Gabriel Séré a soulevé un problème de déontologie concernant l’avocat qui défend le Nouveau Temps pour la Démocratie (NTD), parti du principal accusé, à l’audience de ce mardi 20 juin 2023. Le conseil du prévenu Séré a demandé que Me Bougoum, avocat du NTD, se déporte de cette affaire, car « déontologiquement, il ne peut pas se constituer contre Jean Gabriel Séré » qu’il défend dans une autre procédure.

Le conseil de M. Seré reproche à Me Bougoum « un conflit d’intérêt ». En effet, Me Bougoum aujourd’hui conseil du parti politique le Nouveau temps pour la démocratie (NTD) présidé par Vincent Dabilgou, est l’avocat de Jean Gabriel Séré dans un autre procès à Ziniaré. Procès toujours en instance au TGI de Ziniaré. Les avocats de Jean Gabriel Séré ont demandé que Me Bougoum « se déporte parce qu’il ne peut pas plaider contre “son client” pour des mêmes affaires portant sur le même parti politique ». Le procès à Ziniaré est une poursuite contre Jean Gabriel Séré (membre du bureau exécutif du NTD, ndlr) pour subornation de témoin dans le cadre des élections de 2020. Et c’est Me Bougoum qui a débuté ce procès pour la défense de Jean Gabriel Séré.

Me Bougoum s’est défendu qu’à Ziniaré, il y était en tant que « stagiaire » pour le cabinet de Me Ambroise Farama. Dans le procès actuel, il affirme y être à son propre compte. « Je n’ai pas fourni une quelconque preuve de l’affaire de Ziniaré ici. Je ne suis pas dans ce dossier pour une question d’honoraire. Si vous pensez que ma présence biaise le débat. Je suis prêt à me déporter. Et je le dis avant que vous vous décidiez : je me déporte du dossier », a-t-il fini par couper court.

Mais après une petite suspension du Tribunal, Me Bougoum est revenu sur ses déclarations après concertation avec « le NTD ». Me Bougoum s’est dédit devant la chambre. À l’en croire, il ne veut pas se déporter « d’abord ». Il entend saisir le bâtonnier. En effet, le bâtonnier est celui qui règle les questions déontologiques du métier d’avocat. Il veille au respect des règles de la profession d’avocat. L’avocat du NTD a demandé une suspension pour aviser le bâtonnier et s’en tenir à sa décision.

Laquelle demande est rejetée par le parquet et le conseil de M. Seré. Pour eux, le Tribunal est compétent pour trancher sur cette affaire.

« Voilà un avocat qui est contre Jean Gabriel Séré dans ce dossier. Le même avocat défend Jean Gabriel Séré, son client, dans une procédure du même parti politique, le NTD. Ça pose problème. Il est de bon ton que le confrère se déporte. Après, pour les procédures disciplinaires on peut saisir le bâtonnier », s’est plaint un des conseils de Jean Gabriel Séré, qui a demandé que le tribunal tranche pour que le procès puisse se poursuivre.

En tout état de cause, selon le conseil de M. Seré, la présence de l’avocat du NTD pose problème et est même « embarrassante », car « aucune garantie n’est donnée que l’avocat ne va pas utiliser les confidences ou les éléments de preuves dont il a connaissance de M. Séré concernant l’affaire de Ziniaré, contre le prévenu dans ce jugement financement occulte du NTD ». Pour le conseil de Vincent Dabilgou, le Tribunal doit se déclarer incompétent et même que « le secret professionnel » ne permet pas à l’avocat d’utiliser les confidences de Jean Gabriel Séré contre lui.

Après une autre suspension, le Tribunal a tranché. Il a pris acte de l’intérêt d’un conflit. En conséquence, « Me Bougoum ne peut assurer la défense du NTD », ont tranché les juges du Tribunal. Le NTD doit se trouver un autre avocat.

L’audience a été suspendue pour reprendre le lundi 26 juin 2023.

Lire aussi ➡️ Procès Vincent Dabilgou : Une affaire de « faux documents » cristallise les débats

Mathias Kam
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img