spot_img
lundi 15 avril 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Problèmes fonciers : La CJP-Burkina veut proposer des solutions au cours d’un forum

Du 14 au 16 avril 2021, sous la houlette de la Commission épiscopale, «Justice et Paix » (CJP-Burkina), se tiendra un forum national sur le foncier au Centre national Cardinal Paul Zoungrana. L’annonce a été faite au cours d’une conférence de presse le vendredi 9 avril 2021 à Ouagadougou.

Créée en 2003, la CJP-Burkina est une organisation catholique qui œuvre dans les domaines de la paix, des droits humains, la justice et la cohésion sociale. Dans le sens du renforcement de l’Etat de droit, l’organisation a mis en place un programme triennal dénommé Programme Action pour la Paix et la Justice sociale (PAPJ) décliné sur trois axes dont : « la consolidation de la paix sociale par le développement d’une culture du civisme et de la citoyenneté ; la prévention des conflits violents liés au foncier rural ; la protection des droits des femmes et des jeunes filles victimes d’accusation par allégation de sorcellerie et du mariage forcé. » A ce titre, la CJP-Burkina a mené un certain nombre d’activités.

Entre autres, le Secrétaire général de l’organisation, l’abbé Hermann O. Ouedraogo a cité « la mise en place et la formation de cellules scolaires pour le civisme et la moralité dans six établissements scolaires dans les trois grandes villes du Burkina ; la réinsertion sociale d’un nombre considérable de femmes exclues » mais aussi, dans le domaine du foncier, « la mise en place et la redynamisation de douze commissions foncières villageoises ; le soutien à la sécurisation des terres par l’établissement d’actes  d’état-civil; l’accompagnement à l’obtention d’Attestations de Possession foncière rurale et l’élaboration de charte foncière villageoise. »

Faisant le bilan à mi-chemin de l’ensemble de ces interventions, l’abbé Ouedraogo retient qu’il y a « plusieurs facteurs de cristallisation des mécanismes de gouvernance et de cohésion sociale tant au niveau national que social », citant précisément « l’incivisme, la corruption, l’impunité, l’ignorance des dispositions légales ou réglementaires par les populations, le bradage des terres, la précarité de vie des populations, le sentiment d’injustice dans l’accès aux services et aux ressources. » Mais, de tous ces problèmes, ceux liés au foncier ont plus retenu l’attention de la CJP-Burkina d’où l’organisation du forum sur la question du 14 au 16 avril prochain.

Pour « une prise de conscience individuelle et collective » dans la gestion du foncier

« État de droit et gouvernance foncière : quels engagements de l’Etat et du citoyen pour une société apaisée? », c’est sous ce thème que se déroulera le forum que la CJP-Burkina a placé sous la présidence de Monseigneur Laurent B. Dabiré, président de la Conférence épiscopale Burkina-Niger et sous les co-parrainages du Ministre d’État charge de la réconciliation nationale, Zéphirin Diabre, du ministre en charge de l’urbanisme et de l’habitat, Benewende Stanislas Sankara et celui en charge de l’agriculture, Salifou Ouedraogo. Par ce forum, il agit pour la CJP-Burkina, de « contribuer à une prise de conscience individuelle et collective sur la nécessité d’un sursaut national en vue de solutions concertées, globales et durables à la question foncière. »

Précisément, il s’agira d’« analyser les connexions et implications entre la cohésion sociale, la question foncière et la crise de gouvernance ; mettre en discussion les expériences des acteurs en matière de gestion foncière ; analyser les perspectives et possibilités de faire évoluer le cadre juridique sur le foncier. »

Pour ce faire, ce sont 150 participants qui sont attendus pour l’événement. Le forum sera par ailleurs alimenté par cinq communications autour des thèmes entre autres :  « Le foncier urbain : briser le cercle vicieux ; Foncier et cohésion sociale : prévenir et gérer les conflits ; Quelles perspectives en matière de gestion foncière ? » Aussi, trois travaux de groupes sont attendus sur les thèmes : « L’aménagement urbain; La gestion du foncier rural; Les mécanismes de lutte contre la corruption et prévention des conflits liés au foncier. » 

Tout en fondant l’espoir que les résultats de ce forum contribueront à faire de la terre au Burkina, « une source de paix et de cohésion sociale » et non pas « une bombe à retardement » comme le disent certains, la CJP-Burkina donne rendez-vous le 14 avril prochain pour le démarrage du forum au Centre national Cardinal Paul Zoungrana.

Franck Michaël KOLA

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img