spot_img
mercredi 22 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Ouagadougou : Des trafiquants de billets de banque dans le filet du SRPJ/Centre

Le Service régional de la Police judiciaire du centre (SRPJ/Centre) dont la mission principale est la lutte contre la délinquance et le grand banditisme sous leurs différentes formes, a démantelé, à travers sa quatrième équipe d’enquête, deux réseaux de malfrats intervenant dans les domaines du faux monnayage et divers vols avec agression. Les malfrats et leurs butins ont été présentés à la presse le jeudi 14 novembre 2019 au SRPJ/Centre.

Pour le premier groupe des malfrats, spécialisé dans le faux monnaye, l’affaire remonte à début octobre dernier où les services de la police ont été informés par leurs sources de renseignement, de ce que des individus demeurant au secteur N°05 de la ville de Ouagadougou se livreraient à des pratiques de faux monnayage. C’est ainsi qu’une enquête a été ouverte, permettant d’interpeller D.K. et N.K. en possession de 113 faux billets de 10 000 FCFA. Au cours de l’enquête, des perquisitions ont été menées aux domiciles des concernés où 175 autres faux billets de 10 000 FCFA y ont été retrouvés.

Le Commissaire Sayibou Galbané, Chef du SRPJ/Centre, principal conférencier

Interrogés sur la provenance de ces faux billets, D.K. et N.K. ont dénoncé deux individus habitants un quartier résidentiel de la capitale burkinabè comme étant leurs principaux fournisseurs, a relevé Sayibou Galbané, commissaire de police, Chef du SRPJ/Centre. « Ces derniers sont en fuite et n’ont pas pu être interpellés. Toutefois, les informations se précisent par rapport à leurs localisations et nous pouvons vous rassurer qu’ils seront inévitablement mis aux arrêts et conduits au parquet », a précisé le commissaire Galbané, ajoutant que les vérifications faites à travers le fichier IRAPOL ont relevé que la moto de marque Yamaga Spark 135 sur laquelle roulait N.K. lors de son interpellation a fait l’objet de vol.

Le mode opératoire de ce premier groupe…

Selon le principal conférencier, chaque faux billet de 10 000 est acheté à 1000 FCFA chez le fournisseur et revendu à 3000 FCFA pour être écoulé à travers plusieurs circuits.

Il faut rappeler que ces deux malfrats interpellés par le SRPJ/Centre sont des repris de justice, des anciens pensionnaires de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO). D.K. avait déjà été condamné à 12 mois de prison en 2008 pour des faits de coups et blessures volontaires et N.K. avait quant à lui, écopé de 8 mois d’emprisonnement ferme pour des faits de complicité de stellionat.

Le second groupe, spécialisé dans les vols

Des centaines de faux billets ont été saisis par les services de la police du SRPJ/Centre

Ce groupe spécialisé dans les vols à l’arracher et d’engins à deux roues avait pour quartier général un Kiosque sis au quartier Tanghin de Ouagadougou. Les enquêtes du SRPJ/Centre ont permis l’interpellation de Z.Y dit Tiim et K.I dit commissaire Zambro. A en croire le commissaire Galbané, après interrogation, ces derniers ont avoué être des membres d’un groupe qui a commis plusieurs vols dans la capitale burkinabè. Ils ont donc cité B.A dit cool, O.A dit Lasso, Z.R. dit Maro, O.N.I et K.I. comme étant d’autres membres actifs du groupe. « Les sus nommés ayant appris l’arrestation de leurs équipiers ont pris la fuite en se réfugiant dans les quartiers non lotis de Saaba, Nioko 2 et Kamboinsin avant d’être tous interpellés suite à une longue traque », a confié le chef du SRJP/Centre.

Interrogés à leur tour, les surnommés Cool et Lasso présentés comme les leaders du groupe, ont reconnu les faits et ont, à leur tour, cité G.J., mécanicien de profession ; K.N dit Safarien, K.I., gérant de télécom ; un prénommé Rasmé, commerçant de matériels informatiques à Zabr-Daaga et un surnommé Kombissiri comme leurs principaux receleurs.

Les biens saisis au cours de l’enquête

Les propriétaires des engins volés sont entrés en possession de leurs biens
Les propriétaires des engins volés sont entrés en possession de leurs biens

Le SRPJ/Centre a saisi 21 vélomoteurs de diverses marques, 90 Sticks de canabis, 2 batteries de 220 Ah, un ensemble de bracelet et de boucles d’oreilles en argent, un poste téléviseur de marque Apsonic écran plasma, un convertisseur, 30 téléphones portables de diverses marques, 3 baffles de boomer, un appareil Boomer, un décodeur Canal+ et un décodeur strong.

Les enquêtes se poursuivent selon les conférenciers qui précisent que toutes les personnes interpellées seront conduites devant le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Ouagadougou. Les numéros verts que sont le 17 pour la Police nationale, le 16 pour la Gendarmerie nationale et le 1010 pour le CNVA ont été mis à la disposition des populations pour solliciter leur contribution dans la lutte contre le grand banditisme.

En plus de ces numéros verts, le commissaire Jean Marie Kouraogo a pour sa part reconnu que l’efficacité de la mise en œuvre de la loi 10/2017 portant régime pénitencier au Burkina Faso pose aujourd’hui problème. « Il y a des gens qu’on ne devrait pas incarcérer avec d’autres », a-t-il regretté. « Quand ils rentrent avec le CEP à la MACO, ils ressortent avec le doctorat », enchaine le commissaire Galbané. Ainsi, la récidive étant une situation aggravante, a-t-il invité les populations, surtout les parents, à s’impliquer davantage dans l’éducation et le soutien de leurs enfants.

Armand Kinda

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img