mardi 23 juillet 2024
spot_img

Manifestation devant l’ambassade de France : Les wayiyan « farouchement fâchés » contre la police

À l’appel de la Coordination nationale des associations de veille citoyenne (CNAVC), plusieurs centaines de soutien à la Transition burkinabè, se sont réunis à Ouagadougou pour exiger la relocalisation de l’ambassade de France. Pendant que les manifestants se dirigeaient du côté Ouest pour rallier une des portes d’entrée de l’ambassade de France, ils ont été repoussés par les Forces de l’ordre, à coups de gaz lacrymogènes. « Une grande déception », dénonce le vice-président de la CNAVC, Zakaria Tagnan.

« Durant toutes nos manifestations, le wayiyan n’a jamais commis de barbarie », a d’emblée relevé Zakaria Tagnan vice-président de la Coordination nationale des associations de veille citoyenne (CNAVC).

En effet, à la manifestation de ce jour, après avoir franchi la barrière de sécurité, pour se diriger vers l’entrée Ouest de l’ambassade de France, les éléments de la Police nationale ont gazé les manifestants par des tirs de gaz lacrymogène. C’était la débandade totale !

Zakaria Tagnan en colère contre la Police pour la répression de la marche

« Nous ne pouvons pas comprendre pourquoi, aujourd’hui, nous devons être gazés. Si c’est une police manipulée, vendue, qu’ils nous le disent, parce que nous ne pouvons pas comprendre pourquoi ils nous gazent. Vous avez vu la garde républicaine nous réprimer ? Pourquoi, ce sont eux (les éléments de la Police nationale, ndlr) qui doivent nous gazer. Nous les traitons d’apatrides au même titre que la France. Nous sommes farouchement fâchés. Ça, ce n’est pas une police républicaine. Une police républicaine doit forcément suivre le rythme de la population. Ils n’ont pas à venir gazer les gens. Nous ne sommes pas des bandits. Nous sommes très déçus », a déploré Zakaria Tagnan.

Le calme revenu, les manifestants ont regagné les lieux. Après négociation avec les militaires postés devant la présidence, des leaders de la CNAVC ont accédé à l’ambassade de France où ils ont, selon eux, « cadenassé » les portes et « peinturé les murs avec des excréments humains ».

« On n’a pas pu voir un représentant de l’ambassade de France. L’ambassade est fermée, mais ce n’était pas cela notre but. Nous voulons juste qu’ils déménagent loin de notre présidence. C’est tout. Nous sommes décidés. Il n’est plus question que l’ambassade de France soit près de notre présidence. Ils peuvent aller où ils veulent, mais qu’ils quittent près de la présidence du Faso », a insisté le vice-président de la CNAVC.

Il faut préciser que pendant les tirs de gaz lacrymogènes, une journaliste s’est évanouie et un manifestant blessé. Tous deux ont été conduits à l’hôpital pour des soins.

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Articles connexes

Burkina : Le Magistrat Boureima Sanga démissionne du SAMAB

Dans une correspondance adressée au Secrétaire général du Syndicat Autonome des Magistrats Burkinabè (SAMAB), dont Minute.bf a pris...

Coopération : La Coordonnatrice résidente du Système des Nations Unies salue « le leadership » du gouvernement burkinabè

Le ministre en charge des affaires étrangères, Karamoko Jean Marie Traoré, a reçu en audience ce mardi 23...

Procès en appel affaire Vincent Dabilgou : L’ancien ministre met en doute certains messages WhatsApp

L'ancien ministre des Transports, Vincent Dabilgou est à la barre, ce mardi 23 juillet 2024 à la Cour...

Coopération : Le président du parlement malien annoncé chez son homologue burkinabè

L'Assemblée législative de transition (ALT) accueille le Président du Conseil National de Transition (CNT) du Mali, le Colonel...