spot_img
dimanche 25 septembre 2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Grogne sociale : « Le gouvernement doit travailler à faire face à ses propres engagements » (CFOP)

Pour son rendez-vous hebdomadaire, le Chef de File Opposition Politique (CFOP) était face à la presse ce mardi 07 mai 2019. Les principaux conférenciers de ce jour à savoir Adama Séré, président du Rassemblement des écologistes du Faso (RDEBF) et Achille Rawa Ouédraogo, président du Mouvement panafricain du Faso (MPF) ont abordé plusieurs points notamment la nouvelle stratégie adoptée par des groupes terroristes dans leur action entreprise contre le Burkina Faso, la fronde sociale, la remise à plat des rémunérations et la question relative à la circulation des gros camions dans les grandes villes pendant les heures de pointe.

Sur la question de la nouvelle stratégie entreprise par des groupes terroristes contre le Burkina Faso depuis plus de trois ans, l’opposition politique pensent que « les terroristes veulent semer  la graine d’une guerre religieuse, après avoir essayé celui de la division ethnique ». L’opposition « interpelle le gouvernement sur la nécessité d’imaginer et de mettre en œuvre une stratégie plus élaborée, dans la lutte contre les terroristes ». L’opposition invite aussi la population à observer beaucoup plus de vigilance, et à collaborer avec les forces de défense et de sécurité.

Sur la grogne sociale, « la tension est montée d’un cran ces derniers temps», a fait remarquer Achille Rawa Ouédraogo, Président  du Rassemblement des Ecologistes du Faso qui en veut pour preuve la grève dans les départements de l’éducation, de la santé, de la justice, des finances, etc. Pour l’opposition, c’est « la gestion approximative de la crise sociale par le gouvernement sans une vision d’ensemble qui a causé la situation actuelle ». Les  conférenciers pensent que la solution à cette grogne sociale viendra de l’expression de la bonne foi du gouvernement sur la gestion sérieuse des revendications des travailleurs de l’Etat. Aussi, ont-ils appelé le gouvernement à « négocier sincèrement, au lieu de chercher à diviser les travailleurs ». L’opposition estime de ce fait qu’il urge que le gouvernement travaille à faire face à ses propres engagements au risque de saper définitivement la base du dialogue social qu’est la confiance.

Sur la question de la remise à plat des rémunérations, l’opposition a indiqué que le gouvernement, en initiant cette « fameuse conférence, a désavoué une partie des conclusions jugées inutiles et budgétivores par les conférenciers ». Pire, poursuit Achille R. Ouédraogo, le gouvernement continu avec le traitement au cas par cas. « Nous avons affaire à un pouvoir qui ne sait pas ce qu’il veut. Le pouvoir du MPP est passé du tâtonnement à l’impasse », a-t-il soutenu.

La question de la circulation des gros engins pendant les heures de pointe n’a pas été occultée à cette conférence de presse. Pour l’opposition, si les véhicules poids lourds causent  de plus en plus de drames à Ouagadougou et dans d’autres grandes villes du pays, c’est à cause des violations des textes qui régissent les heures de circulation de ces gros engins. « Entre 5 heures et 20 heures, il ne devrait pas y avoir de camions dans les rues de la capitales », a précisé Achille R. Ouédraogo.  L’opposition estime pour sa part que les autorités municipales font preuves de laxismes dans la gestion de cette affaire. Avant les résultats de toute étude telle qu’annoncée par le Maire de Ouagadougou, l’opposition politique demande instamment la prise de mesures préventives pour éviter la survenue de tels actes macabres qui endeuillent quasi-quotidiennement des populations.

Pour finir, c’est avec instance que l’opposition a une fois encore demandé que justice soit rendue aux victimes du drame survenu à Yirgou en début de cette année.

Elisée TAO (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img