spot_img
jeudi 29 septembre 2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Gestion du président du Faso : Une « baisse de confiance des populations » révélée par un sondage

Un sondage d’opinion organisé par le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) donne une moyenne de 4,72/10 au président du Faso pour sa gestion générale du pays. C’est un sondage réalisé auprès d’un échantillon de 3024 citoyens, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus. L’enquête a concerné toutes les actions du président du Faso, ses engagements, la tenue de ses promesses, etc.

Ce sont 1358 hommes et 1666 femmes qui ont donné leur avis sur la gestion actuelle du président du Faso à travers des interiews réalisés par entretien direct dans la langue de leur choix à l’aide de questionnaire électronique développé sur smartphone dans la période du 1er au 10 juin.

Sur la question des menaces terroristes, le niveau de satisfaction de la manière dont cette menace est gérée va de façon descendante. Ainsi, depuis juin 2017 où le niveau de satisfaction était de 54,10%, la manière dont cette question est traitée aujourd’hui, surtout avec la multiplication des attaques armées, a efrité cette confiance plaçant le niveau de satisfaction en juin 2019, c’est-à-dire, deux ans après, à 21,8%.

L’enquête menée auprès des populations a révélé que les Burkinabè dans leur généralité, consentent « renoncer un peu de droit à la liberté de mouvement (couvre-feu, Etat-d’urgence) pour la lutte contre l’insécurité ».

Pour ce qui concerne la gestion de la fronde sociale en ébullition depuis quelques années au Burkina Faso, les populations ont reproché au président du Faso son « manque de fermeté ». Le niveau de satisfaction a donc chuté, passant de 33,70% en juin 2017 à 15,7% en juin 2019.

L’enquête a aussi révélé qu’il y a en general une crise de confiance entre les populations et les institutions du pays que sont la justice, le gouvernement, le parlement, les partis politiques.

Sur l’évolution de la confiance en la capacité des politiques, projets et programmes en cours, contenus dans le Programme national pour le développement économique et sociale (PNDES) à mettre en oeuvre le programme presidentiel, les populations interviewées ont en général estimé que le PNDES avait disparu depuis le départ de l’ex premier ministre Paul Kaba Thieba. Plusieurs personnes disent n’avoir plus entendu parler du PNDES depuis le départ de M. Kaba, à en croire le CGD.

L’appréciation des actions du président du Faso par les populations

Depuis l’arrivée de Roch Marc Christian Kaboré au pouvoir, les populations apprécient la gratuité des soins, la valorisation des produits locaux, l’opération de lutte antiterroriste à l’Est, Otapuanu, le recensement et la fermeture des écoles non conformes.

Par contre, certaines actions « n’ont pas du tout plu » aux populations, à savoir « le manque de fermeté du président, la réduction du nombre des postes aux concours directs, le traitement au cas par cas des revendications des travailleurs, etc.

Au regard de tout ce qui a été relevé plus haut, le niveau de confiance accordée au président par les populations a baissé de juin 2017 à juin 2019 avec une moyenne en chute de 5,2/10 à 4,72/10.

Armand Kinda
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img