spot_img
jeudi 6 octobre 2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Éducation : L’ASEB est née pour « mieux défendre les intérêts » du monde de l’enseignement

L’Alliance des syndicats de l’Éducation du Burkina a tenu une conférence de presse le 7 septembre 2019 à Ouagadougou dans le but de se faire connaitre. A cette occasion, elle a invité le gouvernement à tout mettre en oeuvre pour garantir une rentrée paisible.

L’ASEB est un regroupement de 9 structures syndicales, née selon son président, pour mieux « defendre les intérêts matériels et moraux des acteurs du monde de l’enseignement ». Ces neuf structures sont le SYNADESS, SYNAFEB, SYNAPEP-B, SYNAFER, SYNAPOSPB, SYNEFAB, SYNETI, SYNIACCB, et SYNTEF. La création de cette alliance se justifie aussi par le fait que, selon les conférenciers, « la Coordination nationale des Syndicats de l’Education (CNSE) ne répond pas au mieux aux préoccupations des travailleurs de l’éducation ».

Le président de l’ASEB, Koudougou Robert Kaboré a relevé les divergences d’avec la CNSE en affirmant que les militants à la base ne sont pas associés dans la rédaction des plateformes revendicatives prenant à témoin la non prise en compte du « point 21 du protocole d’accord qui concerne la carrière des agents ».

Toujours des divergences avec la CNSE, le Président du mois de l’ASEB dénonce le fait que la coordination se substitue au Gouvernement. La CNSE a « trahi la lutte » car, « demander la construction des écoles, demander des cantines scolaires » est inscrit dans le Plan national de Développement économique et sociale (PNDES), a-t-il ajouté. Pour M. Kaboré, les syndicats doivent laisser les politiques gérer les questions politiques et eux doivent s’occuper de leur question de carrière.

A l’occasion, les conferenciers n’ont pas manqué d’inviter le gouvernement à « l’implication de l’ASEB dans les réflexions et les prises de décisions dans le domaine de l’éducation et de la recherche » et au respect des engagements avec les partenaires sociaux pour faciliter « une rentrée paisible » . Le gouvernement a également été invité à « la relecture du statut valorisant pour éviter de brimer les militants de l’ASEB ». Pour se faire entendre, la plateforme revendicative de l’ASEB sera présentée ultérieurement selon son président.

Franck Michaël KOLA(Stagiaire)
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img