spot_img
jeudi 6 octobre 2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Coopération Burkina/ Côte d’Ivoire: Clap de fin pour le 8e TAC


La 8è conférence au Sommet des chefs d’Etat du Traité d’amitié et de coopération entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina, s’est tenue le mercredi 31 juillet 2019 à Ouagadougou. Ce Sommet a connu la présence effective des chefs d’Etat ivoirien et burkinabé, Alassane Ouattara et Roch Marc Christian Kaboré. Ils se sont convenus sur un certain nombre de problématiques, qui mettent à mal la bonne coopération des deux Etats. A l’issue du 8è TAC, le Président, le premier ministre et le ministre d’Etat, de la défense ivoiriens ont tous reçu des distinctions honorifiques de la par des autorités burkinabé.

     

« La conférence au Sommet du Traité d’amitié et de coopération ivoiro-burkinabé tient désormais une place de choix dans l’agenda politique de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso », a affirmé Roch Kaboré, Président du Burkina Faso. Il en veut pour preuve, la tenue de la 8è conférence au Sommet, qui selon lui, traduit l’attachement au renforcement continu des liens de solidarité et d’amitié qui prévalent entre les deux Etats. Le Chef d’Etat burkinabé a aussi affirmé que depuis la signature du Traité d’amitié et de coopération entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso en 2008, ce sont plusieurs accords qui ont vu le jour dans plusieurs domaines d’activités. Cependant, soutient-il, des difficultés subsistent encore, et il a invité les deux parties à travailler à mutualiser leurs efforts et moyens bilatéraux pour venir à bout de ces problèmes, ce qui pour lui, garantirait un appui majeur à leurs partenaires techniques et financiers dans la mobilisation de ressources et de compétences quant à la mise en œuvre des actions. Aujourd’hui, la lutte contre le terrorisme constitue un défi majeur pour le peuple burkinabé, qui, a en à croire les propos du Président Kaboré, paie « un lourd tribut », indiquant dans le même temps, que cette situation a une conséquence négative sur l’économie, la cohésion sociale.

Photo de famille entre les deux délégations, à l’issue des travaux

C’est ainsi que le président du Faso a souligné la volonté de l’ensemble des acteurs à mener de concert la lutte contre le terrorisme. Ainsi justifie t-il « la paix n’a pas de prix et chacun d’eux le sait très bien, sans paix, ni sécurité aucun développement n’est possible ». Par ailleurs, à travers le renforcement des échanges et de la coopération, le Président du Faso voit le TAC comme une base d’amélioration continue des conditions de vie et de séjour des deux populations. A cet égard, il a invité son homologue ivoirien et lui-même, à faire en sorte que chaque session du TAC constitue une nouvelle avancée pour le bonheur des deux peuples.
Elevé à la dignité de grand croix dans l’ordre de l’Etalon du Burkina Faso, le Président ivoirien Alassane Ouattara, a traduit toute sa gratitude au Président Kaboré et au peuple burkinabé. Il a fait savoir que les échanges qui avaient eu lieu à l’occasion du 7è TAC le 26 juillet 2018 à Yamoussoukro, avaient été fructueux, car empreints de « cordialité et de confiance mutuelle ».

Des lenteurs dans les travaux

A ce 8e TAC, Alassane Ouattara s’est encore réjoui de la continuité et de la volonté de renforcer la coopération dans l’intérêt des populations. Il a salué les avancées de certains projets qui avaient été adoptés au 7è TAC à savoir l’amélioration de la fluidité routière, les travaux de certains tronçons de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, l’opérationnalisation du fonds d’amitié et de coopération ivoiro-burkinabé, la participation réciproque des délégations aux foires et salons organisés dans les deux pays et enfin la 2è édition du forum économique ivoiro-burkinabé en marge du présent TAC. Le président ivoirien a souhaité que le forum économique soit encouragé afin que le secteur privé, moteur de la croissance et du développement économique et social joue pleinement sa partition dans le développement des deux pays. En outre, il a également déploré « la lenteur voire le non démarrage de certains chantiers », dont le projet de réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya et son prolongement jusqu’à Tambao et au Niger, la matérialisation de la frontière et le projet relatif à la gestion des ex occupants du Mont péko.
Les activités de clôture

Au terme des activités, le Président du Faso a déclaré qu’ils ont pu faire le tour de toutes les questions inscrites à leurs agendas et donner des orientations et directives pour accélérer la mise en œuvre de leurs projets et programmes communs tout en surmontant les difficultés rencontrées. Et en conclusion de nouveaux accords ont été signés dans les domaines des frontières, de la mobilité des enfants, des mines et carrières. Le forum d’affaires en marge du Sommet, selon Roch Kaboré, a permis aux hommes et femmes d’affaires des deux pays d’affermir leurs relations en faveur des échanges économiques et commerciaux.

Le TAC se fera désormais tous les deux ans

Le président ivoirien, pour sa part a indiqué que le 8è TAC leur a permis de mesurer le niveau d’exécution des engagements pris lors du 7è Sommet du TAC, d’approfondir les acquis, de donner de nouvelles orientations, de corriger les insuffisances et d’examiner de nouveaux domaines de coopération. Il a en outre indiqué qu’il reste des efforts importants à accomplir dans d’autres domaines. C’est pourquoi, invite-t-il, les deux gouvernements à redoubler davantage d’efforts afin de traduire en réalisations concrètes les décisions et recommandations prises lors des Sommets. Le Chef de l’Etat ivoirien a souligné qu’avec son homologue burkinabé, ils ont, d’un commun accord, décidé d’une nouvelle périodicité de leur Sommet, qui se tiendra désormais tous les deux ans pour permettre aux deux chefs de gouvernements et aux ministres des Affaires étrangères de faire un point annuel de l’avancé de leur coopération.
A la fin du Sommet des Chefs d’Etats, le premier ministre, Amadou Gon Coulibaly et le ministre d’Etat, de la Défense, Hamed Bakayoko de la République de Côte d’Ivoire ont reçu chacun des distinctions honorifiques respectivement à la Dignité de grand officier de l’ordre de l’Etalon et Commandeur de l’ordre de l’Etalon du Burkina Faso.


Elisée TAO (Stagiaire)
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img