spot_img
mardi 27 septembre 2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Col à la retraite Pierre Bayala: « La lutte contre le terrorisme n’est pas seulement une question militaire »


Tenu du 7 au 8 mai 2019, le panel sur la cohésion sociale et la sécurité nationale au Burkina, initié par ‘’le mouvement je suis Burkinabè’’ a refermé ses portes ce 8 mai 2019 à Ouaga. L’objectif selon le coordonnateur du mouvement M. Abdoul Aziz Bougma, était de permettre aux participants de réfléchir sur les conditions organisationnelles de la jeunesse afin qu’elle s’engage pour un Burkina uni, solidaire et émergent.

La cohésion sociale et sécurité nationale au Burkina Faso, contribution de la jeunesse ». Tel a été le thème du panel initié par le ‘’Mouvement je suis Burkina’’. « L’essentiel a été de faire savoir aux jeunes que le plus important, c’est la nécessité de la cohésion sociale et le rôle central que la jeunesse y joue », a fait savoir Mélégué Traoré, un des communicateurs. En effet a-t-il ajouté, « les composantes de la société burkinabè sont nombreuses mais certainement il y a une qui est déterminante pour le présent et l’avenir. C’est la jeunesse ». Foi de l’ex-président de l’Assemblée nationale, il appartient à la jeunesse de s’organiser afin d’adopter des programmes tendant vers l’innovation. A l’entendre, c’est la raison pour laquelle on compte sur la jeunesse afin qu’elle joue son rôle dans la lutte contre le terrorisme.


S’informer pour prévenir le terrorisme

Parlant de lutte contre le terrorisme, le Colonel Jean Pierre Bayala, 2e communicateur du jour, a fait savoir: « mon rôle dans ce panel était de faire savoir à la jeunesse, l’appui qu’elle peut apporter dans la lutte contre le terrorisme. Ce que je leur ai dit c’est l’essentiel par rapport à l’approche du phénomène du terrorisme. Egalement au rôle et à la place que doit jouer cette jeunesse… Il s’agit pour la jeunesse de jouer son rôle et sa place dans notre pays et sur le plan mondial où cette jeunesse est le fer de lance de toute société qui se veut viable et fiable ».

Intervenant toujours sur le volet lutte anti-terroriste, le Colonel à la retraite a confié que le terrorisme est une guerre dite asymétrique qui ne répond pas aux normes de luttes classiques auxquelles sont formées les forces de défense et de sécurité. « La lutte contre le terrorisme n’est pas seulement une question militaire et ça il faut s’en convaincre. Il ne s’agit pas d’une guerre réactive ou active. Il s’agit d’une guerre préventive. Pour le prévenir, il faut donc être informé. Il faut être averti. Il faut prendre des dispositifs de façon à éviter que la menace ne se concrétise d’où l’implication de la jeunesse ». Au terme du panel, les deux communicateurs, ont montré leur satisfaction car, estiment-ils, leurs messages ont bien été compris par les jeunes au cours des deux jours de débats.


Adam’s Ouédraogo
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img