spot_img
dimanche 19 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Changement climatique : Les actions environnementales chinoises qui doivent inspirer tous les pays !

La Chine, l’une des plus grandes puissances économiques du monde, avec plus de 1,4 milliards d’habitants, est une nation qui lutte depuis des décennies contre le changement climatique, à travers des reboisements à grande échelle, drapant certaines de ses villes d’un couvert végétal exceptionnel. En séjour en Chine depuis le 9 avril dernier, une équipe de Minute.bf a pu constater le combat écologique que mène le pays de Xi Jinping depuis plusieurs décennies pour lutter contre la désertification et la pollution.

Beijing (Pékin), 16 avril 2024. Nous faisons un tour dans la grande capitale chinoise. Avec une superficie de 16 411 Km2, cette ville de 21,5 millions d’habitants, est en grande partie boisée donnant plus de beauté à la ville située au côté nord de la Chine. A Pékin, tous les espaces qui ne sont pas bitumés sont automatiquement boisés. « Il est même difficile de voir la terre de Beijing, parce que tout est bitumé ou boisé », apprécie un confrère journaliste. Au cours de notre séjour dans cette ville chinoise, nous avons pu constater l’effort arboricole de Beijing, cette stratégie innovante pour préserver l’environnement urbain.

Dans une vision claire de lutter contre la pollution atmosphérique et de promouvoir un environnement urbain sain, les autorités de Beijing ont décidé de s’engager dans une initiative ambitieuse d’effort arboricole. En effet, durant des décennies, le parti communiste a fait de la plantation d’arbres, une cause juste et même un devoir civique pour tous les citoyens chinois. Cette initiative qui vise à augmenter considérablement le couvert végétal de la capitale chinoise est saluée comme un bel exemple qui pourrait inspirer les villes qui entendent aussi s’attaquer aux défis environnementaux majeurs auxquels elles sont confrontées.

Une vue des arbres qui tutoient les gratte-ciel à Beijing

Si Beijing porte aujourd’hui un manteau vert, c’est parce que les Chinois ont décidé de se débarrer de la pollution grave de l’atmosphère qui les étouffait. « Notre ville a connu pendant quelques années, de gros problèmes de pollution d’air. La qualité de l’air était fortement dégradée », se rappelle Chen Liang, journaliste à China.org.cn. C’est ainsi que les Chinois, à l’entendre, ont décidé de mettre fin à cette pollution et de permettre aux populations de respirer l’air sain. « Le gouvernement a vraiment fait des efforts pour améliorer la situation de la ville pour tous les habitants de Beijing. On a mis en place des mesures pour réduire les émissions des carbones des usines et des véhicules qui circulent dans la ville. Au bout d’un an, nous avons eu un bon résultat de tout cela. Le ciel bleu est réapparu dans notre ville de Pékin », a confié tout heureux M. Chen.

Pour joindre l’acte à la parole en terme de réduction d’émission de carbone par les véhicules, les Chinois se tournent de plus en plus vers les voitures électriques. Chaque jour, ce sont 1000 à 1300 véhicules électriques qui sont fabriqués par le centre de production de véhicules électriques « Build Your Dream » située à Changsha. Cette production est fortement consommée par la population locale mais aussi l’Asie du Sud-Ouest. Ces véhicules sont rencontrés en circulation dans toutes les villes du pays.

A travers cette démarche, selon notre interlocuteur, la Chine entend « promouvoir le développement durable et lutter contre les effets néfastes de la pollution et du changement climatique ». Pour ce faire, à chaque mois de mars, le pays organise une journée dédiée au reboisement. « Ce jour-là, les dirigeants chinois et les habitants de la ville s’associent tous pour planter des arbres », nous confie M. Liang. En investissant ainsi dans la végétalisation de la ville, Beijing démontre sa volonté de créer un environnement urbain sain et agréable à vivre pour les générations futures.

Chen Liang, journaliste à China.org.cn, déclinant la politique environnementale de Beijing, partant, de toute la Chine

Au-delà de Beijing, un tour à Changsha, capitale de la province de Hunan, a permis aux journalistes qui y séjournent pour un séminaire, de réaliser que cette politique arboricole ne se limite pas seulement à la capitale chinoise. C’est une politique nationale. Les abords des voiries, sous les échangeurs, aux alentours des habitats ou au cœur même de la ville où les gratte-ciels se tutoient, c’est une ville complètement verdoyante, avec des arbres qui poussent de partout, qui est donnée à voir. Cette initiative est promue dans tout le pays afin de réduire considérablement la pollution due aux gaz à effet de serre. « Les actions ne sont pas seulement menées à Pékin, parce que si les autres villes sont toujours polluées, la qualité de l’air de Pékin ne changera pas », a souligné le journaliste de China.org.cn.

En effet, du constat qui a été fait par l’équipe de Minute.bf à Changsha en termes d’actions pour le développement environnemental, l’on peut donc affirmer que l’effort arboricole de la Chine pourrait servir de modèle inspirant pour d’autres villes ou pays du monde, comme le Burkina Faso, pays sahélien qui est confronté à une avancée fulgurante du désert. Selon les dernières statistiques livrées par le processus de réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+) en 2022, le Burkina Faso perd environ 247 145 hectares de forêt chaque année. Selon cette organisation, le pays a perdu, entre 1992 et 2014, plus de 47% de ses forêts, soit près de la moitié de celle-ci, en seulement 22 ans.

Pour Hamidou Dicko, journaliste au journal Le Quotidien, un média burkinabè, cette initiative chinoise doit fortement inspirer le Burkina Faso.

Il l’affirme dans cette vidéo ci-dessous …

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img