spot_img
dimanche 19 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Burkina/Soutenance de Mémoire : Gérard Béogo analyse l’impact du web-activisme sur le journalisme

« Le journalisme à l’épreuve du web-activisme au Burkina Faso : Lutte de reconnaissance ou de légitimité ? ». Tel fut le thème de recherche analysé par l’étudiant Gérard Béogo pour l’obtention de sa Licence en Sciences de l’information et de la communication, option journalisme numérique. La soutenance publique s’est déroulée le samedi 20 avril 2024 à l’Institut supérieur de la communication et du multimédia (ISCOM) à Ouagadougou.

Gérard Béogo a exploré la relation complexe entre le web-activisme et le journalisme dans le contexte burkinabè, à travers sa thématique de recherche.

Au début de la présentation des résultats de recherche, Gérard Béogo, a rappelé que l’information a, depuis des années, été sous le monopole des professionnels de médias. Dans ses explications, Gérard Béogo a soutenu que l’avènement du numérique a bouleversé les tendances communicationnelles en ayant pour corollaire le fait que tous les citoyens soient désormais actif, producteurs de l’information. Ainsi sont nés les « web-activistes dans le tissu du web », a-t-il constaté.

L’information étant une denrée périssable, Gérard Béogo, a indiqué que la longueur d’avance dont dispose les web-activistes dans la diffusion de l’information pourrait porter préjudice au travail des journalistes. Car le journaliste, précise-t-il, a le devoir de traiter l’information avant de la diffuser. « L’activisme en ligne a exercé une pression significative sur les médias traditionnels, et les journalistes web ressentent aujourd’hui une obligation accrue de rendre compte de manière éthique et équitable », a-t-il déclaré.

Gérard Béogo, a soutenu son Mémoire pour l’obtention de sa Licence en Sciences de l’information et de la communication

Gérard Béogo a également fait cas des dérives du web-activisme constatées ces dernières années au Burkina Faso. Pour lui, ces dérives vont des risques de manipulations à la propagande, jusqu’à l’incitation à la haine.

Comme recommandations, Gérard Béogo a invité les professionnels des organes de régulation, notamment le Conseil supérieur de la communication (CSC) et l’Observatoire burkinabè des médias (OBM), à assainir le paysage médiatique truffé de personnes qui se revendiquent de ce corps de métier, sans pour autant avoir été formées dans le domaine et appartenir à une rédaction. Gérard Béogo préconise aussi que soit contrôlés les contenus diffusés par les web-activistes.

À l’endroit des web-activistes et des journalistes, Gérard Béogo invite à la prudence et à plus de responsabilité dans les publications, en vérifiant toujours l’information avant de la publier.

Le président du jury, Dr Cyriaque Paré, chercheur à l’Institut des sciences des sociétés du CNRST, a salué l’originalité, la pertinence et l’actualité de sa thématique de recherche. Dr Cyriaque Paré à souligné que les commentaires formulés sur le document de l’étudiant ont une dimension pédagogique bénéfique, tant pour l’avenir professionnel de l’étudiant que pour les autres étudiants présents à la soutenance.

Des amendements ont été suggérés pour enrichir davantage la qualité du Mémoire dirigé par Dr Poussi Sawadogo, diplomate et spécialiste des relations internationales.

Le travail de l’impétrant qui a porté sur le thème : « Le journalisme à l’épreuve du web-activisme au Burkina Faso : Lutte de reconnaissance ou de légitimité ? », a été sanctionné d’une note de 13/20.

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img