spot_img
mercredi 24 avril 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Burkina : « Les services techniques du ministère [des mines] ne participent pas pour le moment à la coulée de l’or » (Ministre Yacouba Zabré)

Le Ministre de l’énergie, des Mines et des carrières, Yacouba Zabré Gouba était face aux députés de l’Assemblée législative de transition ce vendredi 15 mars 2024 pour répondre à une question du député Mamadou Yaro, sur les dispositions prises par le gouvernement pour rendre efficaces et efficients les contrôles du secteur minier par les administrations qui en ont la charge.

Face aux députés, le ministre a souligné que le secteur minier burkinabè malgré son caractère stratégique, est aujourd’hui confronté à de nombreux défis liés notamment à la sécurisation des sites miniers, l’organisation et l’exploitation minière artisanales et la dégradation de l’environnement. Des dispositions sont donc prises par le gouvernement pour réformer ce secteur et le rendre plus rentable pour le Burkina Faso.

Au titre de ces réformes, il y a, selon le ministre Yacouba Zabré Gouba, la révision du code minier. Il a indiqué que ce code est déjà prêt et sera bientôt transmis à l’Assemblée législative de transition pour adoption. « Le nouveau code minier est fin prêt. Des orientations ont été données par les plus hautes autorités pour que la semaine prochaine, le code puisse être analysé par le gouvernement afin que le projet soit transmis à l’ALT pour adoption », a déclaré le ministre ajoutant que ce code prévoit plus d’une trentaine de réformes dans le domaine des mines et carrières.

S’agissant des dispositifs mis en place par le Ministère pour rendre efficaces et efficients les contrôles du secteur minier, le ministre en charge des mines a fait savoir que les missions de pesée-colisage sont réglementées au Burkina Faso par l’article 3 du décret n°2018-9770/PRES/PM/MMC/MINEFID du 24 octobre 2018. Ce décret fixe les conditions de coulée, de pesée et de colisage de l’or produit industriellement et de contrôle de la quantité et de la qualité de l’or et des autres substances précieuses. La Direction Générale des Mines et de la Géologie (DGMG) et le Bureau des Mines et de la Géologie du Burkina (BUMIGEB) assurent ces missions de contrôle. « Ces opérations ont pour objectifs de s’assurer de la quantité d’or produite par les sociétés minières dans le but de Ia liquidation des royalties et du Fonds Minier de Developpement Local. Les agents vérifient la certification des balances et s’assurent que les quantités d’or pesées correspondent à celles mentionnées dans le procès-verbal avant exportation pour le raffinage à l’extérieur du pays. Une conciliation se fait après le raffinage. Elle est effectuée par la perception spécialisée logée au sein du Ministère de l’Energie, des Mines et des Carrières sur la base des résultats d’analyse de la raffinerie avec les sociétés minières », a expliqué le ministre relevant que la Brigade Nationale Anti-Fraude de I’Or (BNAF) intervient en cas de suspicion de fraude dans le volet mines industrielles.

Une vue des députés

Aux dires du chef du département des Mines et des carrières, l’Administration minière a entrepris des réformes institutionnelles et juridiques pour un meilleur suivi-contrôle de l’activité minière au Burkina Faso. A titre d’exemple d’innovation et de réformes, il a cité la création de six (06) Directions régionales en ce début d’année 2024, avec une volonté de rapprocher l’Administration minière des sociétés pour un meilleur suivi-controle de proximité. Il y a également la mise en place d’une unité de traitement de résidus miniers, la construction d’une raffinerie nationale d’or au Burkina Faso.

M. Gouba a par ailleurs indiqué qu’un dispositif permettant aux services techniques du ministère de contre-expertiser et de contrôler de manière indépendante certains éléments d’informations communiqués par les différentes sociétés minières, existe au Burkina Faso. Cependant, il a affirmé que ce dispositif n’est pas entièrement déroulé notamment dans son volet contrôle de la qualité. « Les services techniques du ministère ne participent pas pour le moment à la coulée de l’or. Mais avec la révision du code minier en cours, ce dispositif sera revu pour permettre aux services de contrôle de jouer pleinement la mission qui leur est assignée. A terme, il s’agira pour les services de contrôle de prendre part aux opérations de coulée d’or et de prélever des échantillons de chaque lingot en vue de confirmer par des analyses, les titres en or et en sous-produits déclarés. Je puis vous assurer que le Service Géologique National dispose des outils nécessaires et des personnes qualifiées pour faire ce travail », a assuré Yacouba Zabré Gouba. Il a ajouté, en outre, que dans deux mois, ces opérations de contrôle vont pouvoir s’effectuer sur le terrain.

Lire aussi ➡️ Burkina : Une société de raffinerie d’or créée

Oumarou KONATE

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img