dimanche 14 juillet 2024
spot_img

Burkina : L’épanouissement de la famille et la sécurité au cœur de la 4e Conférence internationale des femmes de destinée

La 4e édition de la Conférence internationale des femmes de destinée (CIFED) a été ouverte ce mardi 25 juin 2024 à Ouagadougou. Cet événement organisé par le Mouvement des femmes de destinée, un des nombreux départements du Centre International d’Évangélisation/Mission Intérieure Africaine (CIE/MIA), est un rendez-vous majeur pour les femmes chrétiennes désirant approfondir leur foi et leur engagement non seulement dans l’église, mais aussi dans la société. Cette édition, qui se tient du 25 au 29 juin 2024, est placée sous le thème : « Conquérante vainqueure, prend possession des territoires de la destinée ». 25 pays prennent part à cette conférence.

Après 2010, 2012 et 2016, 2024 accueille la 4e édition de la Conférence internationale des femmes de destinée (CIFED) du 25 au 29 juin 2024 à Ouagadougou. Cette conférence a pour but de contribuer à l’épanouissement spirituel de la femme dans son milieu familial, dans l’église, dans son milieu social et professionnel; d’impulser, organiser et renforcer l’unité et la participation des femmes à l’œuvre de Dieu.

Pour Dr Hortense Karambiri, présidente du mouvement des femmes de destinée, les femmes du Burkina Faso doivent se lever pour demander à Dieu que cette insécurité s’arrête

Selon la pasteure, Dr Hortense Karambiri, présidente du mouvement des femmes de destinée, cette édition est une action de grâce à Dieu après une pause de 8 années due aux événements sociopolitiques intervenus au Burkina Faso. « Aujourd’hui, quand ces milliers de femmes se retrouvent, c’est que Dieu veut parler à ses filles, Dieu veut emmener ses filles à relever certains défis. Non seulement par rapport au royaume des cieux et au monde de façon générale. Chaque femme doit accomplir sa destinée. Imaginez que tous ces milliers de femmes accomplissent leur destinée. C’est le rêve de Dieu qui sera manifesté. Il y a des domaines que des femmes doivent prendre en charge. Elles excellent dans la prise en charge de certains domaines. Nous avons parlé par exemple de la famille. La femme est le pilier dans une maison. Quand elle est conquise pour la bonne cause de la famille, elle va s’épanouir. La famille étant la cellule de base de la société, quand la famille se porte bien, la nation se porte bien. Le domaine de l’insécurité que notre pays vit aujourd’hui, nous avons parlé de Déborah, cette femme dans la Bible, qui s’est levée pour jouer sa partition. Elle est sortie des sentiers battus pour aller combattre. Aujourd’hui, c’est un sujet d’actualité, que des femmes du Burkina Faso se lèvent avec des entrailles pour demander à Dieu que cette insécurité s’arrête et que certaines situations dans notre nation puissent être résolues », a expliqué Dr Hortense Karambiri.

En outre, la pasteure Hortense Karambiri et son équipe espèrent que ces milliers de femmes venues de vingt-cinq pays d’Afrique, d’Europe et d’Amérique, quand elles vont répartir, qu’elles soient restaurées et qu’elles jouent leur partition afin que la nation puisse le ressentir parce que les femmes sont des actrices du développement.

Au programme de la CIFED, durant les 5 jours, chaque matin de 9h à 13h, deux sessions d’enseignement et chaque après-midi de 15h30 à 17h00, des ateliers autour de thématiques diverses telles que « Les femmes leaders dans l’église », « L’autonomisation des Femmes », « carrière professionnelle et vie ». Chaque soir à partir de 18h30, une réunion publique sera organisée. Dans ce programme, une place sera consacrée à une rencontre d’encouragement et de motivation de la jeune fille et de la jeune femme. Enfin, cette conférence se terminera le dimanche à partir de 18h30 par un grand concert. Un concert pour célébrer Dieu et le magnifier, a indiqué le comité d’organisation du CIFED.

Plusieurs personnalités étaient présentes à l’ouverture de la CIFED

En rappel, le Mouvement des femmes de destinée est un département du Centre International d’Evangélisation/ Mission Intérieure Africaine (CIE/MIA) qui a été mis en place en 2010 et regroupant toutes les femmes des églises locales. Avec à sa tête le Dr Hortense Karambiri épouse du pasteur Mamadou Karambiri, ce mouvement a pour vision de permettre à chaque femme de rentrer pleinement dans sa destinée ou encore de rentrer pleinement dans le plan de Dieu pour sa vie. Ainsi, son objectif est de mobiliser les femmes pour leur pleine participation à l’agrandissement du royaume à travers diverses activités et de participer au développement socio-économique du Burkina Faso.

Mathias Kam
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Articles connexes

Musique : Sofiano de retour avec un nouvel album, « La main de Dieu »

L’artiste musicien, Sofiano alias "le chao" a présenté, le samedi 13 juillet 2024 à Ouagadougou, aux hommes de...

États-Unis : Donald Trump visé par des coups de feu lors d’un meeting

Donald Trump, ancien président des États-Unis et candidat des Républicains pour les prochaines élections, a été évacué de...

Burkina: Oméga Médias signale « l’enlèvement » du journaliste Alain Alain

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook ce samedi 13 juillet 2024, Oméga Médias informe que son...

Première session du CSM : Le président et le vice-président élus

Après leur prestation de serment, les membres du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) se sont réunis en...