spot_img
mercredi 22 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Burkina : Le Gouvernement déterminé à amenuiser les goulots d’étranglement qui minent l’épanouissement du secteur privé

Le Premier ministre, Me Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambèla, a présidé ce mardi 14 mars à Ouagadougou, la première session ordinaire 2023 du comité de pilotage du cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue Etat/Secteur privé (CODESP). Il s’est agi notamment au cours de cette rencontre, de passer en revue, la mise en oeuvre des recommandations édictées par la dernière session du CODESP, au titre de l’année 2022-2024.

De l’avis du chef du Gouvernement, Me Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambèla, la tenue de cette première session du Comité de pilotage constitue une étape importante dans le processus d’animation des instances 2023 du CODESP.

En effet, a-t-il expliqué, elle devra permettre de faire l’état de mise en œuvre de la tranche annuelle des recommandations et engagements du plan d’actions 2022-2024 adopté lors de la 1ère session 2022, et de donner des orientations pour la suite.

Le premier ministre déclinant les dispositions prises par son gouvernement pour permettre l’épanouissement du secteur privé

C’était également l’occasion d’examiner et d’adopter les projets de plan d’actions 2023-2025 et de rapport d’évaluation des trois premières années d’animation du CODESP.

Le Premier ministre a rappelé que le Comité de pilotage du CODESP a été mis en place avec pour objectif principal, d’accélérer la mise en œuvre des recommandations issues du dialogue Etat/secteur privé au plan national et d’endiguer les préoccupations qui entravent le développement du secteur privé.

Selon lui, son Gouvernement reste déterminé à amenuiser les goulots d’étranglement qui minent l’épanouissement du secteur privé burkinabè, pour faciliter l’émergence d’entreprises performantes, malgré les effets négatifs de la pandémie à coronavirus sur le plan international et le contexte sécuritaire national difficile.

A cet effet, il a cité plusieurs actions fortes entreprises par le Gouvernement, dans le but d’aplanir les effets de l’inflation que connaît actuellement notre pays, avec pour corollaire, le renchérissement du coût des produits de grande consommation, mais aussi pour lutter efficacement contre l’insécurité.

Il s’agit entre autres, de l’opération de recrutement et de formation de 50.000 Volontaires pour la défense de la patrie, de l’intensification des opérations de sécurisation des grands axes routiers et de reconquête du territoire national et du renforcement de la lutte contre la fraude et la concurrence déloyale.

Le ministre Serge Poda annonçant une rencontre ultérieure avec le secteur privé

Le ministre du Développement industriel, du Commerce, de l’Artisanat et des Petites et Moyennes Entreprises, Serge Gnaniodem Poda a révélé, à l’issue des travaux de cette première session du CODESP, que 50,26% des recommandations ont été mises en oeuvre, à la date du 31 décembre 2022.

Il a annoncé que la rencontre annuelle de concertation et de dialogue entre le Gouvernement et les acteurs du secteur privé, se tiendra à Bobo-Dioulasso (à une date ultérieure qui sera précisée), après toutes les autres rencontres sectorielles.

Le vice-président de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF), Mamady Sanoh, a remercié le Gouvernement de la Transition, d’avoir oeuvré pour la poursuite de ce cadre de concertation entre le Gouvernement et le secteur privé. “Nous tenons à ce que l’institutionnalisation de ce cadre de dialogue ne soit jamais remise en cause”, a-t-il souligné.

Le CODESP a été créé par décret, le 15 octobre 2018, en remplacement de la rencontre Gouvernement-Secteur privé, instituée depuis 2001.

L’objectif du CODESP est d’instaurer un dialogue permanent entre l’Etat et le secteur privé, à travers ses organes et ses instances. Il est composé de deux organes: le Comité de pilotage, présidé par le Premier ministre et le Secrétariat, assuré par le ministère en charge du Commerce.

Au titre des instances, on peut citer les rencontres régionales Etat-Secteur privé, organisées chaque année, en une journée, dans les treize régions du Burkina Faso.

Il y a aussi les rencontres sectorielles Etat-Secteur privé qui sont des espaces d’échanges entre les départements ministériels et les acteurs du secteur privé et enfin la rencontre nationale Etat-Secteur privé, qui se tient annuellement, durant deux jours, à Bobo-Dioulasso, sous la présidence du chef du Gouvernement.

DCRP/Primature

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img