spot_img
mercredi 28 février 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Burkina : Écriture de nouveaux curricula d’enseignement (Premier ministre Kyélem)

Après son exposé sur la situation de la nation, le Premier ministre, Me Apollinaire Kyélem de Tambela répond aux questions des députés de l’Assemblée législative (ALT), cet après-midi du vendredi 1er décembre 2023. Répondant à une question sur les réformes éducatives, il a fait cas de l’écriture de nouveaux curricula d’enseignement. 

« Il y a l’écriture de nouveaux curricula et leur expérimentation dans certaines localités », a fait savoir le chef du gouvernement aux députés de l’ALT, parlant des réformes éducatives. 

À l’entendre, il s’agira de revoir les curricula et de former les enseignants. Ce qui prend du temps, dans la mise en œuvre effective.

Sur le projet de réforme du système éducatif, il a rassuré qu’il s’inscrit dans « le programme d’urgence de la Transition ». Cette réforme, dit-il, « vise une souveraineté éducative ». En clair, a-t-il soutenu : « au lieu de produire des gens qui ne savent faire que de la poésie et plus rien. Même pour faire la poésie, il faut manger. Il faut qu’on inverse le système. C’est un processus qu’il faut mettre en place ».

En outre, le Premier ministre n’a pas manqué d’attirer l’attention des parents d’élèves sur la consommation des drogues en milieu scolaire. « Les élèves qui consomment la drogue, c’est en partie la responsabilité de leurs parents. Pourquoi votre enfant consomme la drogue ? Un enfant bien éduqué même si on lui tend la drogue dehors, il ne prendra pas. Mais si vous n’éduquez pas vos enfants, vous les laissez comme des pintades, ils seront désoeuvrés dehors. La consommation de la drogue, c’est le manque d’éducation des enfants. La première responsabilité vient des parents », a soutenu Apollinaire Kyélem de Tambela. Il poursuit en interrigeant : « un enfant qui a 10 000 F CFA 300 000 F CFA comme argent de poche, il fait quoi avec tout ça ? » 

Toutefois, il a rassuré que L’Etat a mis en place des structures psychosociales pour juguler le phénomène, outre la sensibilisation.

Mathias Kam

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img