spot_img
mardi 25 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Affaire LCL Evrard Somda : Les révélations du parquet militaire

Le parquet militaire près le Tribunal militaire de Ouagadougou a, au cours d’un point de presse ce samedi 1er juin 2024, fait des précisions sur l’arrestation de l’ex chef d’état-major de la Gendarmerie nationale, le Lieutenant-colonel Évrard Somda. Selon le parquet militaire, il est reproché à cet officier supérieur, les faits de « complot contre la sureté de l’État, association de malfaiteurs, violation de consignes et incitation à commettre des actes contraires aux devoirs ou à la discipline ». Quatre autres officiers supérieurs de l’armée sont également mis en cause pour les mêmes faits, d’après les révélations du parquet militaire.

Selon le Magistrat capitaine Ferdinand Ahmed Sountoura, procureur militaire près le Tribunal militaire de Ouagadougou, depuis le 06 octobre 2023, le Lieutenant-colonel Évrard Somda a été mis sous mandat de dépôt et gardé-à-vue. Les faits, le Magistrat Ferdinand Ahmed Sountoura, a fait savoir que LCL Evrard Somda est mis en cause pour « 4 chefs d’accusations en complicité » avec d’autres officiers supérieurs pour déstabiliser la Transition burkinabè.

Quels sont les faits incriminés selon le procureur militaire ?

D’après le parquet militaire, « il ressort de l’enquête préliminaire de ce dossier (débuté le 27 septembre 2023) que Le lieutenant-Colonel Évrard Somda a été approché par les Lieutenants-Colonels Roméo Ouoba et Boubakar Keita pour lui dépeindre la situation de certains officiers de leur promotion et d’autres militaires qui seraient traqués par le régime de la Transition, selon eux et que pour en finir il faut mettre fin au régime en cours par la force. Le lieutenant-Colonel Somda, les réfère au Lieutenant-Colonel Hamza Ouattara à qui il donne instruction de les écouter et de voir ce qu’il peut leur proposer. Les jours et les semaines suivantes plusieurs rencontres se passent dans le bureau du lieutenant-Colonel Hamza Ouattara. Ce dernier rend compte périodiquement de la situation au Lieutenant-Colonel Somda. Du projet des initiateurs, il ressort que pour parvenir à leurs fins, ils comptent sur le soutien de l’Unité Spéciale Intervention de la Gendarmerie Nationale (USIGN), des Forces spéciales, de mutins dans les différentes casernes et sur les OSC opposées à la Transition qui initieront des marches et tous autres mouvements sociaux pour troubler la Transition et donner un fondement à l’action des militaires dissidents. C’est ainsi que le Commandant Aziz Aouba, Commandant des Forces spéciales et le Capitaine Christophe Maïga assurant l’intérim du Commandement de l’USIGN ainsi que le Chef d’escadron Cheick Omar Ouédraogo seront conviés aux réunions périodiques qui se tenaient dans le bureau du lieutenant-Colonel Hamza Ouattara ».

Le parquet militaire expliquant les faits reprochés à Evrard Somda

Toujours selon les conférenciers, l’enquête à parquet étant terminée, le juge d’instruction du cabinet n°1 du Tribunal militaire a été saisi de ce dossier et celui-ci « a mis en examen les cinq officiers mis en cause dans cette affaire pour complot contre la sureté de l’État, association de malfaiteurs, violation de consignes et incitation à commettre des actes contraires aux devoirs ou à la discipline ».

Ils sont sous mandat de dépôt du juge d’instruction depuis le 06 octobre 2023. Mais contre le Lieutenant-Colonel Djassanou Roméo Ouoba, mis en examen dans ce dossier et qui cependant demeure en cavale, le juge a décerné un mandat d’arrêt qui attend toujours exécution.

Le Parquet militaire a rassuré que « l’instruction de ces dossiers se poursuit dans le respect des droits de la défense de toutes ces personnes mises en examen dans le cadre de ces différents dossiers ».

En outre, le Parquet militaire a invité de ce fait l’opinion nationale et internationale à se « départir de toutes les spéculations infondées et inutiles » qui ont cours dans des débats et autres cadres concernant la gestion de ces procédures. II a, en sus, invité les acteurs à user des droits que leur offre le prétoire, seule arène où de vrais juristes s’affrontent contradictoirement.

Minute.bf

4 Commentaires

  1. Je doute des accusations contre Somda .C’est un homme brave, loyal, honnête que j’ai côtoyé lors d’une session de Formation au Ghana au Centre Koffi Anann de Formation sur les actions de Paix et de Sécurité concernant le Stockage et le Traçage des Armes.
    Une personne humble et modeste que j’ai connu. Il ne peut pas être mêlé à une conspiration
    Oui je l’admire

    • Voir quelqu’un pour la première ne veut pas dire que tu le connais parfaitement !! Laisse la juste faire son travail,s’il est déclaré non coupable qu’il soit libéré sinon speculé sur une affaire de justice est insensé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img