spot_img
dimanche 19 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Acquisitions de vecteurs aériens : Des citoyens burkinabè félicitent le Capitaine Ibrahim Traoré

Le président de la transition, le Capitaine Ibrahim Traoré, a remis le 08 avril 2024, à l’armée burkinabè, une douzaine de vecteurs aériens constitués essentiellement de Bayraktar TB2 et des Bayraktar Akinci. Ces matériels militaires de pointe, acquis grâce à la contribution à l’effort de paix des populations, devraient contribuer à renforcer les capacités opérationnelles de nos Forces de Défense et de sécurité sur le terrain de la lutte contre le terrorisme. L’arrivée de ces équipements et de ceux prévus dans le cadre du Plan d’équipement stratégique de l’armée burkinabè, permettra, selon le Président de la transition, de propulser le Burkina Faso au rang de puissance militaire en Afrique de l’ouest. Que pensent les citoyens burkinabè de ces nouvelles acquisitions ? Pour avoir leur avis sur la question, Minute.bf a promené son micro ce jeudi 11 Avril 2024 dans la Capitale burkinabè. Lisez plutôt !

Drissa Guiatin, Enseignant des lycées et collèges

« Nous avons foi au Président Ibrahim Traoré et son équipe…»

C’est avec satisfaction que nous avons vu sur les ondes de la télévision nationale, la présentation des nouvelles acquisitions de drones de combat de dernière génération que le chef de l’État, le capitaine Ibrahim Traoré, a remis au ministre de la défense pour renforcer notre armée. Ces nouvelles acquisitions sont pour nous, le symbole de la souveraineté retrouvée, le symbole d’une marche glorieuse vers la libération totale de notre patrie. De plus, cela positionne notre pays parmi les pays les plus équipés militairement dans la sous région comme le chef de l’État l’a lui-même signifié. Chaque jour que nous nous réveillons, nous implorons les mânes de nos ancêtres de donner force et courage aux forces de défense et de sécurité ainsi que les VDP pour libérer notre pays de ce mal qui ronge depuis des années maintenant. Nous croyons fermement à la libération de ce pays et nous avons foi au président Ibrahim Traoré et son équipe.

Basile Nebnoma Farga, Sociologue, Secrétaire général du Collectif national pour la Refondation (CNR)

« Nous sommes le 8e pays au monde et le 3e en Afrique à avoir ces appareils de dernière génération… »

Je suis tout simplement heureux que les impérialistes exploiteurs vont nous craindre désormais. Longtemps on nous a honnis, méprisés. On a insulté le Sahel avec la complicité de nos laquais de l’impérialisme. Depuis les programmes d’Ajustement Structurels (PAS), ils ont destructuré notre armée et nous ont vendu les huiles du développement en nous appauvrissant. Nous voilà sous le joug du terrorisme qu’eux-mêmes ont fabriqué et exécuté. Les PAS avaient pour objectif de nous affaiblir. Il ont réussi cela. Mais ce président est venu avec la théorie que dans ce monde qui est une jungle diplomatique, une Nation qui s’affirme, c’est une Nation qui a une armée. Nous, les Waayiyans, sommes très fiers du président quant à ce plan d’équipements qui n’est qu’à ses 10% mais qui effraie déjà l’ennemi et ses bailleurs.
Le terrorisme, pour moi, est déjà fini, car  »la fin d’un conflit dépend de la confiance qu’on a au gourdin qu’on tient ». C’est ça qui vous rassure, qui vous fortifie et qui anime la pré-victoire. Déjà, nous sommes le 8e pays au monde et le 3e en Afrique à avoir ces appareils de dernière génération. Notre armée est en train de monter en puissance. Pourtant on a traité cette même armée de tous les noms ici. Ce sont des équipements qui réanimeront notre patriotisme.
C’est avec ces équipements que nous mettrons fin a cette guerre impérialiste. Je dis tout simplement Merci au Président et je me réjouis que ces équipements aient été acquis grâce aux différentes contributions des populations. Cela prouve une fois de plus que cette transition est une transition du peuple et que c’est aussi une armée du peuple, une armée qui est républicaine. Sous certains régimes passés, cette contribution allait disparaître sans aucune transparence, dans les angles de la gabegie des élites anti-peuple. Je suis convaincu qu’avec ces drones, la fin de la guerre marquera la fin de la transition. Et nous allons rentrer dans l’autre volet de la révolution qui concerne le Développement à la Burkinabè. Dieu bénisse cette transparence des autorités de la transition. Vive le Burkina Faso . Vive l’AES! Vive le Capitaine Ibrahim Traoré! La patrie ou là mort nous vaincrons!

Daniel Millogo, Etudiant en troisième année d’Histoire et Archéologie à l’Université Joseph KI-ZERBO

« Il faut saluer le peuple qui a compris que c’est à nous de faire cette guerre et non à d’autres personnes…»

Pour ce qui est de l’acquisition des douzes vecteurs aériens, je pense que cet acte est à saluer. Le Capitaine Ibrahim Traoré est un homme de terrain et il sait ce qu’il faut nécessairement pour lutter efficacement contre l’hydre terroriste. Pour cela, nous le félicitons pour cette initiative d’équiper nos hommes engagés sur le front notamment les FDS et VDP. Au delà de ça, il faut saluer le peuple qui a compris que c’est à nous de faire cette guerre et non à d’autres personnes. Pour les acquisitions à venir, nous félicitons d’avance le Président et nous demandons aux populations burkinabè où qu’elles soient, de contribuer d’une manière ou une autre comme ils le peuvent, pour aider nos FDS et VDP dans la reconquête de notre territoire. En tant qu’étudiant, je demande au monde universitaire, de ne pas se mettre en marge de cette guerre qui se mène. Ceux qui luttent pour la souveraineté du pays, ils ne le font pas pour eux-mêmes mais pour nous, la jeune génération. Il faut donc qu’on accompagne cette transition.

Aïcha Bambara, Secrétaire général du Collectif des femmes pour la paix et le Développement

« Les ennemis de l’intérieur et l’extérieur vont mourir de honte… »

C’est une fierté inestimable qu’on ressent à travers ces acquisitions. Nous espérons que dans les brefs délais tous les BIR seront opérationnels et qu’avec les concours des ces nouveaux aéronefs, l’Est et le Centre-Est où la situation commence à se détériorer, seront totalement libérés et soulagés comme les autres régions. A noter que c’est sans financement extérieur et pas à crédit aussi que nous avons acquis ces matériels. Il n’y a donc rien à faire et à dire, ce n’est pas des paroles vaines, ni de la fiction, ni un film. Les preuves sont là! Les ennemis de l’intérieur et l’extérieur vont mourir de honte . Grâce à la contribution de tous à l’effort de guerre, on peut armer et développer un pays. Le sacrifice de tout un chacun à bon escient est réel et bénéfique pour tout le peuple. Vive la révolution du MPSR 2! Vive le Capitaine Ibrahim TRAORÉ. Que Dieu bénisse le Burkina Faso !

Karim GOUMBRI, Citoyen

« Cela témoigne aussi d’une gestion rigoureuse des finances… »

Nous apprécions positivement cette acquisition de nouveaux moyens de combat qui nous démontre une fois de plus la détermination du Président à en finir avec le terrorisme. Cela témoigne aussi d’une gestion rigoureuse des finances permettant d’avoir les ressources nécessaires pour ces commandes. L’utilisation efficiente de ces nouveaux matériels devrait permettre de constater une amélioration significative des résultats sur le terrain dans les mois à venir. Nos drones de combats étaient très limités. Ce qui ne facilitait pas un maillage total du territoire. Oui, il faut le dire! Les pays de l’AES sont en passe d’être la première puissance militaire de l’Afrique de l’Ouest. Dans un passé récent, nous voyions ce qui se passait. Les pays n’étaient pas autorisés à faire la commande de n’importe quelle arme avec n’importe quel pays. C’est ce qui se passe encore dans beaucoup de pays. Il faut constater que nos hommes sont de plus en plus aguerris en termes de combat parce qu’ils font face à l’ennemi et font le combat chaque jour. Contrairement à d’autres pays où l’armée ne fait de combat que lorsqu’il y a une manifestation à couvrir. Tout cela est encourageant. J’invite cependant les autorités à penser à renforcer l’expertise nationale en termes de génie militaire. Il faut penser à la production nationale d’armement qui est aussi l’autre volet de la souveraineté.

Propos recueillis par Oumarou KONATE

Minute.bf

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img