spot_img
jeudi 18 avril 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

A la barre : Il promet des parcelles à 3 amis et les escroque plus d’un million de F CFA

Trois vieillards, la soixantaine d’âge bien bouffée, ont porté plainte contre leur « ami » pour escroquerie. D.O, « enseignant », dit-il, à la retraite, s’est rendue coupable d’usurpation d’identité, d’abus de confiance et d’escroquerie. Il a escroqué plus d’un million de F CFA à trois personnes, qui sont ses amis. Il a été condamné par la chambre du Tribunal de grande instance (TGI) Ouaga 1, le mercredi 13 mars 2024, à 12 mois de prison ferme.

25 000 F CFA de S.A ; 25 000 F CFA de O.B ; 1 million 400 mille F CFA de O.S. Ce sont là les montants escroqués par le prévenu D.O., âgé de 64 ans.

Selon les faits qui remontent à janvier 2024, D.O a fait croire à ses amis S.A, O.B et O.S qu’il fait partie d’une commission d’attribution des parcelles dans le quartier Bassinko à Ouagadougou. Le prévenu a vendu l’illusion à ses « amis » qu’il les offrira des parcelles bon marché.

Pour cela, les victimes devaient s’acquitter d’un paiement variant entre 25 000 et 35 000 FCFA pour être attributaire chacun d’une parcelle. Ce qui fut chose faite par S.A et O.B, qui ont fait le versement à hauteur de 25 000 FCFA, chacun. Trop gourmand, O.S, à lui payer la somme de 1 million 400 mille FCFA pour avoir 7 parcelles. « À votre âge, vous croyez qu’à Ouagadougou on peut avoir 7 parcelles à ce prix ? », s’est étonné la chambre, réprimandant le soixantenaire d’avoir été « naïf ».

Le prévenu D.O a reconnu entièrement les faits à lui reprocher. Il a plaidé coupable. Mais, il n’est pas à sa première comparution. En 2012, cet homme se présentant comme un enseignant, a dilapidé la scolarité d’un élève. Infraction qui lui avait valu une condamnation avec sursis. Devant la chambre, ce mercredi, il avoue avoir, au total, escroqué 11 personnes sur cette fausse histoire d’attribution des parcelles.

Les victimes constituées partie civile ont demandé le remboursement de leur somme.

Le procureur prenant la parole, d’un ton ferme, a fait une observation à l’endroit des victimes. « Si l’escroquerie continue, c’est en partie grâce à vous. Vous facilitez cette infraction. À supposer que le prévenu faisait réellement partie d’une commission d’attribution de parcelles, vous vouliez un arrangement en votre faveur au détriment des autres honnêtes citoyens. Est-ce normal ? Et bien, c’est parce que vous avez voulu créer une injustice pour les autres que vous êtes aujourd’hui victimes. C’est à cause de vous que la corruption existe. Vous avez favorisé la commission de cette infraction », les a-t-il adressé la parole.

Au prévenu D.O, habillé en chemise grise bon marché, pentalon noir et chaussure sebago, forme et taille normales, également, le procureur n’a pas mâché ses mots. Il a reproché à ce soixantenaire son acte qui n’honore ni sa personne, ni son âge, qui plus est un père de famille. L’infraction étant constituée, le procureur a requis que le prévenu D.O soit déclaré coupable des faits d’abus de confiance. En repression, qu’il soit condamné à une peine d’emprisonnement ferme de 1 mois et 200 000 FCFA d’amende assorti de sursis.

Le Tribunal statuant publiquement contradictoirement en matière correctionnelle et en premier ressort, a déclaré D.O coupable des faits d’escroquerie multiple. En répression, les juges l’ont condamné à 6 mois de prison ferme et 500 000 FCFA d’amende ferme. Les juges ont déclaré la constitution de partie civile des victimes recevable. En outre, ils ont condamné le prévenu à rembourser aux victimes l’entièreté de leur souscription, 25 000 FCFA à S.A ; 25 000 FCFA à O.B et 1 million 400 mille FCFA à O.S.

Conformément à la loi en vigueur au Burkina Faso, le prévenu dispose de 15 jours pour faire appel de cette décision de justice.

Mathias Kam

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img