spot_img
vendredi 24 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

57e sommet de l’OCI: Le Burkina salue les efforts de l’organisation et plaide pour plus de solidarité au profit des pays de l’AES

Banjul, le 05 mai 2024. Le 57e sommet de l’Organisation de la Coopération Islamique a été marqué toute la journée du 04 mai, par les déclarations des différentes délégations.

Celle du Burkina Faso a été faite par SEM Karamoko Jean Marie Traoré, ministre des Affaires étrangères de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’Extérieur, chef de la délégation du Burkina Faso.

D’emblée, il a relevé que depuis le dernier sommet de l’OCI, la situation au Burkina Faso et dans les deux autres pays de l’Alliance des Etats du Sahel, est caractérisée par le fléau du terrorisme.

Un « cancer » qui a eu le temps de se développer, mais auquel les 3 pays s’attaquent avec courage et honneur, pour offrir à leurs braves populations et à celles de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique toute entière, un cadre de paix.

Le ministre Traoré a insisté sur la noblesse de ce combat qui ne doit souffrir d’aucune manipulation, au regard de ses objectifs et des résultats déjà engrangés en termes de localités reconquises, de populations réinstallées et d’infrastructures réhabilitées.

Il précise également que le combat contre le terrorisme est noble, en ce sens qu’il permet à nos pays de débarrasser le monde de ceux qui travestissent l’Islam, en endeuillant des familles.

SEM Karamoko Jean Marie Traoré a salué la bravoure et l’engagement des forces combattantes maliennes et nigériennes, qui travaillent en bonne intelligence avec celles du Burkina Faso pour la reconquête et l’épanouissement du Sahel.

Venant au thème retenu pour ce sommet de l’OCI, le chef de la diplomatie burkinabè salue sa pertinence, puisqu’il remet à jour la problématique de la solidarité et de l’unité.

Pour lui, ce thème interpelle sur la situation en Palestine, et sur le rôle et la place à accorder aux valeurs qui fondent la Oummah islamique et qui ont motivé la création de l’OCI.

Tout en saluant ce dynamisme de l’OCI, le Burkina Faso par la voix du ministre Traoré, a lancé un appel pressant à cette organisation, afin qu’elle poursuive son œuvre de promotion de la solidarité entre ses Etats membres, en accordant une place de choix aux domaines clés du développement, de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

Tout autant, l’OCI doit selon lui accorder davantage une attention particulière à la promotion des vraies valeurs de l’Islam, y compris le dialogue interreligieux, une arme importante dans la vie des peuples et des nations.

Pour l’heure, le Burkina Faso se félicite du niveau de coopération qu’il entretient avec l’OCI, de même qu’avec ses Etats membres. Une coopération qu’il importe de continuer à renforcer dans les tous les domaines.

Le chef de la diplomatie burkinabè fonde l’espoir que le Programme d’Action de l’OCI en cours de révision, prenne en compte toutes les préoccupations des Etats membres, pour le développement et la prospérité de cette organisation.

À noter que dans sa déclaration, le ministre en charge des Affaires étrangères a indiqué à l’assemblée, l’attachement de Son Excellence le Capitaine Ibrahim Traoré, Président de la Transition, Chef de l’Etat à l’OCI.

Il a adressé les salutations fraternelles et amicales du Capitaine Ibrahim Traoré à Son Excellence Monsieur Adama Barrow , Président de la République de Gambie.

DCRP/MAECR-BE

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img