spot_img
mardi 27 septembre 2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Cantines scolaires : 3 millions d’écoliers dans 13000 écoles seront couverts par le projet Beoog-Biiga 3


Un atelier de réflexion sur l’autonomisation et la pérennisation des cantines scolaires au Burkina Faso avec un accent particulier sur le projet Beoog-Biiga financé par le peuple américain a été organisé le jeudi 23 mai 2019 à Ouagadougou. La quarantaine de participants à cet atelier est appelé à se pencher sur les objectifs premiers de la phase 3 du projet consacrés aux actions de pérennisation des acquis du projet des deux dernières phases précédentes jugées satisfaisantes.

2 050 tonnes de rations alimentaires sèches ont été distribuées à 9 524 élèves, en priorité des filles au cours de la phase 2 du projet Beoog-Biiga. Aussi, plus de 37,8 millions de repas ont été servis à déjeuner à 265 414 élèves. 20 bibliothèques communautaires ont également été ouvertes pour les élèves et les communautés. Côté équipement, ce sont 157 039 manuels scolaires et matériels pédagogiques qui ont été fournis aux écoles et aux préscolaires… Dans le domaine de la santé, 204 615 élèves ont été traités aux comprimés vermifuges, en fer et en vitamine A, etc. En somme, la phase 2 du projet a eu d’énormes acquis.

Dans l’optique de pérenniser ces acquis et d’offrir plus de services aux élèves de la région du centre-nord du Burkina Faso, une quarantaine de participants de différentes structures ayant un intérêt particulier et direct avec les cantines scolaires est appelée, un mois après le lancement de la phase 3 du projet le 23 mars dernier, à réfléchir, à travers ce présent atelier, sur l’autonomisation et la pérennisation des cantines scolaires au Burkina Faso.

Les participants seront appelés à « identifier les stratégies les meilleures pour parvenir à l’autonomisation et la pérennisation des cantines scolaires au Burkina Faso », à en croire la conseillère technique du MENAPLN, Bernadette Yameogo, qui a représenté le Ministre de l’éducation nationale et de la promotion des langues nationales (MENAPLN) à l’ouverture de cet atelier. Pour elle,la qualité de l’éducation passe nécessairement par une nutrition saine et équilibrée de l’élève, pivot central de l’action pédagogique.

Ainsi, pense-t-elle qu’une mauvaise nutrition et un mauvais état de santé des enfants scolarisés sont des principaux facteurs sous-jacents aux phénomènes tels que l’absentéisme scolaire, les mauvais résultats en classe, les taux élevés d’abandon et redoublement, et par voie de conséquence, le faible taux de rétention qui influe négativement sur la scolarisation.

Ces deux dernières années scolaires, le gouvernement du Burkina Faso, à partir du budget général de l’Etat, a mis à la disposition des communes environ 20 milliards de FCFA destinés essentiellement à l’acquisition des vivres pour les cantines scolaires au profit d’environ 3,3 millions d’élèves du primaire et du préscolaire pour une période d’environ trois mois de consommation et sur toute l’étendue du territoire national. Malgré ces efforts déployés par le gouvernement et ses partenaires au développement, force est de constater qu’il existe toujours des besoins qui ne seront pas couverts en raison de l’accroissement des effectifs scolaires.

Dans le message du maire de la ville de Ouagadougou livré par Adama Sawadogo, président du Conseil régional du centre-nord, il est ressorti que « contrairement à ce que certains partenaires pensent, la commune de Ouagadougou a plus que jamais besoin des cantines scolaires pour le développement de l’éducation en termes d’accès, de maintien et de qualité des apprentissages ».

C’est dans cette dynamique que s’inscrit la phase 3 du projet qui a pour ambition de toucher 3 millions d’écoliers dans 13 mille écoles au Burkina Faso, à en croire Shannon Cazeau, Chargée des affaires à l’ambassade des Etats-Unis, qui a aussi confié que le projet connaitra des actions dans le domaine de la santé et de la nutrition, en plus du programme scolaire qui a déjà touché plusieurs élèves et établissements.

Pour Carla Brown, représentante résidente du Catholic Relief Services (CRS), l’objectif de l’éducation primaire universelle passe nécessairement par la promotion de la cantine scolaire dans toutes les écoles.  A l’en croire, la troisième phase de ce projet qui pourrait être la dernière sera consacrée aux actions pour la durabilité. L’organisation de cet atelier dont l’objectif est de partager le plan de durabilité du projet avec les participants et d’identifier les difficultés et les limites ainsi que les alternatives possibles pour une cantine scolaire durable au Burkina Faso s’inscrit donc dans cette dynamique. La CRS s’est ainsi engagé à accompagner le MENAPLN dans la mise en œuvre des recommandations qui seront formulées au cours de cet atelier.

Le projet Beoog-Biiga 3 vise à améliorer la qualité des apprentissages, la santé et la fréquentation scolaire à travers les renforcements de capacités des acteurs, la dotation de matériels pédagogiques les cantines scolaires, les relations sèches à emporter, les prix d’excellence aux meilleurs enseignants, la construction/réhabilitation de salles de classes, les sensibilisations, la microfinance communautaire, la distribution de micronutriments et de déparasitant. Le projet s’étendra jusqu’en 2022. Les zones d’intervention sont les écoles primaires et préscolaires des provinces du Bam, du Sanmatenga et du Namentenga de la région du centre-nord.

Armand Kinda

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img