mercredi 17 juillet 2024
spot_img

Retrait pays de l’AES : Les présidents Gnassingbé et Faye mandatés par la CEDEAO auprès du Burkina, du Mali et du Niger

La Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a mandaté les présidents Faure Gnassingbé du Togo et Bassirou Diomaye Faye du Sénégal, pour continuer le dialogue avec les pays de l’Alliance des États du Sahel (AES). C’est l’une des décisions du 65e sommet tenu à Abuja dans la République fédérale du Nigeria le 07 juillet 2024, pendant que naissait la confédération des États du Sahel officialisée par le Burkina Faso, le Mali et le Niger lors du premier sommet de l’AES à Niamey.

Ce n’est pas encore totalement fini entre la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et les États membres de l’alliance des Etats du Sahel (AES). En effet, lors de son 65e sommet tenu en terre nigériane, les chefs des États-membres de la CEDEAO ont désigné le président togolais, Faure Gnassingbé, et son homologue sénégalais, Bassirou Diomaye Faye, comme facilitateurs auprès des autorités militaires du Burkina Faso, du Mali et du Niger.

Selon le président de la commission de la CEDEAO, Omar Touray, « cette initiative vise à anticiper et à gérer les conséquences de la création de la nouvelle Confédération des États du Sahel, assurant ainsi la stabilité et la coopération dans la région ».

A l’en croire, la Commission de la CEDEAO a également reçu pour mission de concevoir « un plan d’urgence prospectif », pour explorer toutes les éventualités dans les relations avec les pays membres de l’AES.

Cependant, ajoute-t-il, la volonté du Général Umaro Embaló Sissoco, président de la Guinée-Bissau, de se charger spécifiquement du dossier du Burkina Faso, a été acceptée.

En sus de cela, l’organisation sous-régionale a réitéré ses avertissements concernant les conséquences potentielles de cette scission et a exprimé sa déception quant au manque de progrès dans les engagements avec les autorités des trois pays sahéliens.

Lire aussi ➡️ Retrait des pays de l’AES de la CEDEAO : Les conséquences, selon le président de la Commission

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img

Articles connexes

Coopération : Le Burkina nomme un Consul général à Paris

Le Conseil des ministres du mercredi 17 juillet 2024 a nommé Eric Zoungrana, en qualité de Consul général...

Burkina : Jean-Alexandre Darga nommé DG de la Police nationale

L'inspecteur général de Police, Jean-Alexandre Darga, a été nommé ce mercredi 17 juillet 2024, Directeur général de la...

Burkina : Compte-rendu du conseil des ministres du 17 juillet 2024

𝐋𝐞 𝐂𝐨𝐧𝐬𝐞𝐢𝐥 𝐝𝐞𝐬 𝐦𝐢𝐧𝐢𝐬𝐭𝐫𝐞𝐬 𝐬’𝐞𝐬𝐭 𝐭𝐞𝐧𝐮 à 𝐎𝐮𝐚𝐠𝐚𝐝𝐨𝐮𝐠𝐨𝐮,𝐥𝐞 𝐦𝐞𝐫𝐜𝐫𝐞𝐝𝐢 𝟏𝟕 𝐣𝐮𝐢𝐥𝐥𝐞𝐭 𝟐𝟎𝟐𝟒, 𝐞𝐧 𝐬é𝐚𝐧𝐜𝐞 𝐨𝐫𝐝𝐢𝐧𝐚𝐢𝐫𝐞, 𝐝𝐞 𝟎𝟗 𝐇...

Burkina : Le gouvernement examine le passif social du Mediateur du Faso

Le Président du Faso, Chef de l’Etat, le Capitaine Ibrahim Traoré a présidé, ce mercredi, le Conseil des...