spot_img
mercredi 5 octobre 2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Lutte contre le terrorisme: « La France n’intervient que lorsqu’il y a une demande des autorités » (PM Dabiré)

Dans son grand oral le 21 juillet 2019, le premier ministre (PM) Christophe Marie Joseph Dabiré est revenu sur plusieurs questions d’actualité que sont la lutte contre le terrorisme, l’intervention de l’armée française dans cette lutte, la remise à plat des salaires des fonctionnaires, le décès des 11 personnes le 15 juillet dans les locaux de l’Unité anti-drogue de la police à Ouagadougou, etc.

Sur la question de la remise à plat des salaires des agents de l’Etat, Christophe Marie Joseph Dabiré a indiqué que « tous les travailleurs sont concernés ». Il confie, en ce qui concerne ce dossier, que les partenaires sociaux ont trouvé qu’il y a des choses à revoir sur le document technique. « Nous sommes à ce stade », a-t-il fait savoir. A la question des journalistes de savoir si le corps de la magistrature est aussi concerné, le Premier ministre a été clair: « Tous les travailleurs sont concernés par le système de remise à plat ».

« Nous connaissons qui sont ceux qui nous attaquent… »

La question d’équipement des forces de defense et de sécurité a été jusque-là posée dans la lutte contre le terrorisme. Mais à écouter le premier ministre, cette question a été réglée. Les FDS aujourd’hui sont bien disposées à lutter contre le terrorisme, assure Christophe Joseph Marie Dabiré qui confie qu’il y a des cantonnements qui permettent aujourd’hui aux FDS de faire face à la situation. « Nous connaissons qui sont ceux qui nous attaquent, qu’est-ce qu’ils veulent et nous disons que nous n’allons pas céder à leur “chantage” ».

Opération Doofu

Cette deuxième operation lancée par l’armée dans le nord et le sahel après Otapuanu dans l’Est du pays peine à rassurer les populations concernées du point de vue résultats sur le terrain tant les attaques perdurent malgré la presence des FDS. Mais au stade actuel des faits, assure le premier ministre, « le bilan de l’opération Doofu est positif (et) il y a des motifs de satisfaction ».

Lire: Affaire charbon fin révélée par la presse : « …cela ne suffirait pas à prendre des mesures contre le ministre des mines », (PM. Dabiré)

Il reconnait tout de meme que le péril terroriste est toujours présent. En ce sens, Christophe Marie Joseph Dabiré precise que cette lutte est de longue haleine et devrait permettre au Burkina Faso de « repousser ce péril terroriste le plus loin possible de ses frontières.».

« Je ne crois pas qu’il y a une part de duplicité de la France ( dans la lutte contre le terrorisme) »


Le Premier ministre burkinabè, Christophe Dabiré intervenant sur les polémiques liées à la présence des forces françaises au Burkina affirme qu’ « il n’y a pas une part de duplicité de la France » dans la lutte contre le terrorisme. « Nous avons une coopération efficace avec la France. La France nous appuie. Je ne crois pas qu’il y a une part de duplicité de la France ( dans la lutte contre le terrorisme) », a-t-il soutenu, notant que « la France n’intervient que lorsqu’il y a une demande des autorités ». Elle intervient, a-t-il poursuivi, sur la base des accords.

Minute.bf

Armand Kinda

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img