spot_img
mercredi 21 février 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Lutte contre le terrorisme : ce que les Ouagavillois pensent du recrutement des volontaires

Quelques jours après le vote de la loi sur le recrutement des volontaires pour la défense de la patrie à l’Assemblée nationale, le 21 janvier 2020, votre organe www.minute.bf a promené son micro pour recueillir l’avis des Ouagavillois sur cet appel du président du Faso, dans le but de lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes. Il faut une mobilisation générale contre cette hydre. Et c’est ce à quoi répond cet appel du président du Faso. Nous vous proposons l’avis de quelques citoyens sur le sujet.

Grégoire Kaboré: « J’attends de voir leur travail sur le terrain avant d’apprécier ».

Grégoire Kaboré

« Le recrutement des volontaire est une bonne chose à mon avis. Il y a des gens qui voulaient devenir des militaires ou des policiers mais faute de diplômes, ils ne pouvaient pas. Je pense que c’est l’occasion pour ces personnes d’apporter leur appui aux Forces de Défense et de Sécurité (FDS) surtout qu’ils ont l’avantage de maitriser le terrain. Personnellement, si on m’appelait à servir, à défendre la nation, je répondrai présent. Toutefois, sur l’efficacité de la collaboration entre les volontaires et les FDS, j’attends de voir leur travail sur le terrain avant d’apprécier ».

Rasmané Kaboré, « Je préconise que l’on puisse approcher les vieux dans les différentes localités afin qu’ils recommandent des personnes dignes de foi dans le processus d’enrôlement »

Rasmané Kaboré

« Tout ce que nous souhaitons, c’est que la paix revienne dans le pays afin qu’on puisse travailler à le développer. Je pense que le recrutement des volontaires est une bonne idée parce que, nous sommes actuellement dépassés par le phénomène du terrorisme. Mais, dans le choix des volontaires, il faut faire beaucoup attention pour ne pas choisir des bandits qui, à la fin provoqueront un autre problème. Il y a des gens, des bandits que, si vous les formez au maniement des armes pourront devenir un autre danger, des braqueurs et des voleurs en devenir. De même, sur le recrutement, je pense qu’il faut prioriser les personnes de 30 à 40 ans plutôt que les jeunes de 18 ans qui, parfois ont du mal même à porter des armes lourdes. Pour gagner cette guerre, il faut pourtant des armes lourdes. Par ailleurs, on peut mettre à contribution les soldats retraités qui ont davantage de l’expérience, parce qu’ayant déjà participé à des théâtres d’opération ».

Gabriel Pitroipa, Calligraphe: « Je pense que la collaboration peut marcher parce qu’au niveau du renseignement, les volontaires étant sur le terrain sont au courant de tout »

Gabriel Pitroipa, Calligraphe

« C’est une bonne décision de recruter des volontaires. Ainsi, les populations pourront mieux s’organiser et chacun va défendre son village. En collaboration avec les FDS, les volontaires pourront les renseigner en les alertant tout de suite s’il y a quelque chose. Seulement, il ne faut pas qu’on les mette en première ligne parce que les quelques jours de formation ne peuvent pas les rendre efficaces sur le terrain de bataille. Sinon, je pense que la collaboration peut marcher parce qu’au niveau du renseignement, les volontaires étant sur le terrain, ils sont au courant de tout. Dans un village, les populations se connaissent. Elles peuvent être au courant qu’un tel est dangereux mais ne savent pas comment alerter les FDS. Les volontaires pourront se charger de transmettre ce genre d’information aux FDS. Mais en même temps, il ne faut pas prendre des gens de moralité douteuse. Il faut que ces derniers puissent être contrôlés par les FDS pour ne pas se muer en milice puisqu’il est dit qu’après il n’y aura pas d’engagement. Sinon dans l’ensemble je pense que c’est une bonne décision ».

Mohamadi Tiendrébéogo, vendeur d’accessoires de voiture: « Je serai prêt à défendre mon pays parce que ça y va de la survie même de notre nation »

Mohamadi Tiendrébéogo, vendeur d’accessoires de voitures

« Le recrutement des volontaire est une bonne idée, une bonne initiative venant du chef de l’Etat. Cette décision peut bien contribuer à anéantir le terrorisme dans notre pays parce que, seuls, les militaires réussiront difficilement à venir à bout de ce mal. Mais, si les fils et filles du pays se mettent ensemble et se donnent à fond, je me dis que ça va aller. Les volontaires pourront surtout contribuer au niveau du renseignement. Aussi, avec la formation qu’ils recevront, ils pourront appuyer les militaires dans la neutralisation des terroristes. Bien vrai qu’ils ne seront pas bien formés comme les militaires parce que les 14 jours de formation ne suffisent pas, mais je pense vraiment qu’ils pourront apporter un véritable soutien aux FDS. Il faut que même la population participe parce que, c’est la patrie avant tout. Tout le monde est concerné par ce problème qui pèse sur notre pays. Je n’ai pas pensé qu’un jour je serai un militaire mais, si le devoir m’appelle, je serai prêt à défendre mon pays parce que ça y va de la survie-même de notre nation. Si par peur, nous laissons notre pays entre les mains des malfrats, ce sont nos enfants et nos petits-enfants qui payeront les pots cassés. Que ce soit en Europe ou partout dans le monde, ce sont ces genres de sacrifices que les gens ont consentis pour que leur pays soit là où ils sont actuellement. Même pour les différentes guerres mondiales, ce sont des gens qui se sont sacrifiés, qui sont morts pour la défense de leurs pays ».

Inoussa Konwougoum, étudiant à l’Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou: « A la fin de la lutte, ces volontaires ne peuvent pas revenir s’asseoir ne sachant que faire. Il faut leur trouver des postes afin qu’ils continuent ce qu’ils ont commencé ».

Inoussa Konwougoum, étudiant à l’Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou

« A mon niveau, je pense que le recrutement des volontaires peut apporter quelque chose à la lutte contre le terrorisme. Si réellement, ces personnes sont déterminées avec un peu de patriotisme, ils pourront donner le meilleur d’eux-mêmes dans cette guerre. Au regard de la situation qui prévaut et les FDS qui font de leur mieux malgré la persistance du mal, les volontaires pourront, avec la rage qu’ils ont, être d’un appui conséquent. On peut également recourir aux Koglwéogo qui ont des tactiques, qui savent déjà comment attraper un voleur. Avec ce qu’ils font déjà, s’ils sont formés, initiés à certaines tactiques, je pense que les Koglwéogo pourront servir.

Autre chose, je pense que c’est une sage décision de ne pas doter les volontaires de tenues, parce que, comme cela, ils pourront se confondre aux populations pour ne pas être pris pour cible. Maintenant, il doit y avoir une marque de reconnaissance entre les volontaires et les FDS.
Mais, il faut retenir qu’un soldat de retour des combats subit des traumatismes. Donc à la fin de la lutte, ces volontaires ne peuvent pas revenir s’asseoir ne sachant que faire. Il faut leur trouver des postes afin qu’ils continuent ce qu’ils ont commencé ».

Franck Michaël KOLA (Stagiaire)
Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img