spot_img
mardi 3 octobre 2023

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Lutte contre le paludisme : Le CES s’invite dans la valorisation des résultats de recherche

« Contribution du vaccin R21/matrix-m et du moustique génétiquement modifié dans la lutte contre le paludisme au Burkina Faso » : c’est autour de cette thématique que le Conseil Économique et Social (CES) a initié une conférence publique, le vendredi 15 septembre 2023 à Ouagadougou, avec des chercheurs et acteurs sanitaires du Burkina Faso. Cette rencontre a été voulue pour poser le débat sur la vulgarisation des résultats de recherche pour optimiser leur utilisation.

Le paludisme est une maladie qui endeuille de nombreuses familles chaque année. À titre de comparaison, selon le programme mondial de lutte contre le paludisme, 11 655 675 cas de paludisme ont été détectés en 2022 au Burkina Faso, avec pour conséquences 4 243 décès. Selon les mêmes données, au Burkina Faso, le paludisme est la première source de consultation hospitalière et de mortalité dont 60% concernent les enfants de moins de 5 ans.

Ces statistiques sont alarmantes sur l’état de vulnérabilité des populations face à cette maladie. C’est pour cela que le Conseil Économique et Social (CES) a réuni les professionnels de la santé et des chercheurs en vue de trouver des palliatifs pour stopper cette spirale négative. Il s’agit de voir la « contribution du vaccin R21/matrix-m et du moustique génétiquement modifié dans la lutte contre le paludisme au Burkina Faso ».

Bonaventure Ouédraogo, président du CES

Bonaventure Ouédraogo, le “Sao Naaba”, président du CES a rappelé dans son mot d’ouverture que cette conférence publique est une activité annuelle du CES dont l’objectif est de promouvoir des espaces d’informations et d’échanges sur des thématiques émergentes et des sujets de grande importance pour le Burkina Faso. Pour lui, c’était normal que « compte tenu du fait que cette maladie est handicapante et cause d’énormes difficultés aux plans économique et sanitaire, d’inviter ces chercheurs pour parler de l’impact de ces deux sujets ». « La perte économique du pays liée au paludisme est de plusieurs milliards de francs F CFA », a déploré le président du CES.

« Les efforts de nos chercheurs ont abouti à des résultats qui font notre fierté et méritent nos attentions et encouragements. En effet, ces efforts ont abouti, à la découverte du vaccin R21/Matrix-M et au lâcher du moustique génétiquement modifié. Ces travaux ont une importance particulière pour nos pays confrontés au paludisme, au regard de l’importance des résultats et de l’espoir qu’ils suscitent », a encouragé Bonaventure Ouédraogo. Ce dernier n’a pas manqué de féliciter les autorités sanitaires du Burkina Faso, à travers l’agence nationale de régulation pharmaceutique, qui a accordé le 20 juin 2023, l’autorisation d’importation, de vente et d’utilisation du vaccin R21/matrix-M sur le territoire national. Le Burkina Faso devient le troisième pays africain (après le Ghana et le Nigeria) et le premier pays francophone à approuver l’utilisation de ce vaccin dont la recherche a été menée principalement au Burkina Faso, a-t-il souligné.

S’agissant du lâcher de moustique génétiquement modifié, la recherche serait encore à un stade précoce bien que les résultats jusqu’ici soient prometteurs, le Sao Naaba, a toutefois salué cette recherche dont la stratégie consiste au contrôle du paludisme par le contrôle du moustique. Il s’agit, selon lui, de réduire la population de moustique vecteur du paludisme afin de limiter la transmission de la maladie.

Vue de l’assistance

Cette conférence publique a été l’occasion pour des chercheurs de faire plusieurs communications. La première communication a porté sur le thème « Connaissance du vaccin R21/Matrix-M et impact dans la lutte contre le paludisme ». Elle a été présentée par le Docteur Hermann Sorgho, de la Direction Régionale du Centre-Ouest de l’Institut de Recherche en Sciences de la Santé (IRSS). La deuxième communication a porté sur le thème : « La contribution du moustique génétiquement modifié pour l’élimination du paludisme au Burkina Faso », présentée par le Docteur Patrick Epopa de l’Institut de Recherche en Science de la Santé (IRSS). Ces communications ont été livrées sous la tutelle du Ministre de la Santé, Dr Robert Lucien Kargougou, du Délégué Général du CNRST et du Directeur de L’IRSS.

« Ces communications nous permettront, j’en suis convaincu, de mieux comprendre les défis de la lutte contre le paludisme, l’importance du vaccin R21/Matrix-M et les avancées de la recherche sur le moustique génétiquement modifié. Elles nous permettront surtout de connaitre et de magnifier la recherche au Burkina Faso, de vulgariser et de valoriser ces résultats auprès de nos concitoyens », s’est convainc le président du CES, en clôture.

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img