spot_img
jeudi 6 octobre 2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Hausse des prix des transports : Des consensus trouvés entre les transporteurs et le gouvernement 

Le gouvernement, à travers le ministre en charge des transports a rencontré la Faîtière unique des Transporteurs routiers du Burkina (FUTRB), le vendredi 13 mai 2022 à Ouagadougou, pour encadrer la hausse des prix des transports, née de l’augmentation du coût du litre du carburant à 100 FCFA. 

Le jeudi 12 mai 2022, les Burkinabè constataient, comme annoncée par le gouvernement, l’augmentation du prix du litre du carburant à la pompe à hauteur de 100 FCFA. Il n’en fallait pas plus pour que les sociétés de transports revoient à la hausse leurs tarifs. 

« Vous avez remarqué, hier (12 mai ndlr), l’augmentation allait jusqu’à 20%. Nous sommes d’accord qu’il y a eu un manque d’encadrement et nous nous sommes engagés avec le gouvernement à travers notre ministre pour rappeler nos membres à la raison et respecter les conclusions que nous avons obtenues avec l’Etat », a réagi le président de la FUTRB, Issoufou Maïga, à l’issue de le rencontre avec le ministre en charge des transports. 

A la fin de l’entrevue avec le ministre en charge des transports, le président de la faîtière des transporteurs a fait savoir qu’il y a eu des points de consensus, « notamment une augmentation immédiate au niveau des transports passagers. » En clair, sur toute l’étendue du territoire, les prix de transports grimperont de l’ordre de « 500 F CFA de 0 à 200 kilomètres (km) et de 1 000 F CFA à plus de 200 km. » 

En ce qui concerne le transport de marchandises, M. Maïga a relevé que « les discussions sont toujours en cours même si des propositions ont été faites en allant vers une variation de 12,5 et les autres sous-secteurs notamment les clinkers à une variation autour de 4 000 F CFA qui représente autour de 11 %. »

A entendre Issoufou Maïga, sur le cas précis du transport des hydrocarbures, il a été proposé « une variation de 5 F CFA qui représente autour de 13,8 et au niveau du transport du gaz autour de 6 F CFA qui représente à peu près 7 %. » 

La date du 17 mai prochain a été retenue pour statuter sur ces propositions, en concertation avec tous les acteurs du domaine. 

Mais d’ores et déjà, M. Maïga a fait savoir que « les choses sont en train d’aller dans le sens d’un compromis. » 

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img