spot_img
mardi 27 septembre 2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Grève des greffiers : Les proches du ministre de la justice indexés

Le Syndicat des Greffiers du Burkina (SGB) et le Syndicat national des greffiers (SYNAG) ont conjointement organisé une conférence de presse le mercredi 24 avril 2019 à Ouagadougou pour dénoncer les multiples injustices que subissent les greffiers dans l’exercice de leur fonction. Les conférenciers prennent pour responsables les proches du ministre de la justice dans « les modifications unilatérales » de certains textes.

Depuis le vendredi 19 avril dernier, des greffiers sont en mouvement d’humeur pour se faire entendre suite aux différentes « injustices » qu’ils disent subir dans l’exercice de leur fonction.

En conférence de presse le mercredi 24 avril 2019, le Syndicat des greffiers du Burkina et le Syndicat national des greffiers ont tout d’abord précisé qu’ils ne sont pas initiateurs de ce mouvement d’humeur déclenché depuis le vendredi 19 avril dernier par le personnel des greffiers sur toute l’entendue du territoire, même s’ils reconnaissent la légitimité des revendications de leurs camarades.

En effet, selon Abdoul Aziz Kafando, Secrétaire général (SG) du Syndicat des Greffiers, « le malaise est profond au ministère de la justice eu égard au nombre des préoccupations qui trainent sans solutions ». Au nombre de ces préoccupations, a-t-il fait mention de « la modification des projets de texte au détriment du greffier de façon unilatérale par des proches du Ministère avant leur envoie en adoption ».

Sur ce point, les conférenciers ont indiqué que les plus proches collaborateurs du ministre de la justice se mettent souvent au-dessus des commissions et s’arrogent le droit de modifier ce qui a été arrêté d’un commun accord lors des comités de validation et parfois même après le passage des textes au Comité technique de vérification des avant-projets et propositions de loi (COTEVAL).

« Les greffiers en mouvement d’humeur constatent amèrement que ces nouveaux princes intouchables se mettent au-dessus des comités de validation et modifient les textes en fonction de leur desiderata. Avec eux, les textes ont un caractère impersonnel. Ces manœuvres dignes d’un autre âge ont toujours pour but de supprimer certaines dispositions concernant les greffiers», a soutenu Abdoul Aziz Kafando.

Les conférenciers ont également dénoncé l’injustice créée dans le corps du personnel des greffiers dans leur reversement de la loi 013 à la loi 054. En effet, selon les explications données aux hommes des médias, le reversement a eu pour conséquence, « l’entassement de plusieurs promotions dans un même échelon, ce qui a eu pour corollaire, la perte pour certain de plus de 5 échelons  ».

Aussi, les conférenciers ont-ils dénoncé la non application de la loi 054-2012 portant statut du personnel du corps de greffiers. Adoptée depuis le 18 novembre 2012 par l’Assemblée nationale, la loi 054-2012 portant statut du personnel du corps de greffiers ne connait toujours pas une application effective, quelque 7 ans après son adoption.

Ainsi, face aux revendications des greffiers en mouvement d’humeur jugées « légitimes », leurs syndicats de tutelles ont déploré le fait que les autorités, au lieu de régler le problème, aient décidé de passer par des menaces et des intimidations. Ils les tiennent donc pour seules responsables de la dégradation de la situation dans les juridictions du pays.

Les syndicats appellent le gouvernement à « résoudre le problème des greffiers qui n’a que trop duré ».

Armand Kinda

Minute.bf

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img