spot_img
mercredi 28 février 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Discours du PM : « Des avancées significatives mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt » (Député Esther Bamouni/Kansono)

Le chef du gouvernement, Me Apollinaire Kyelem de Tambela, a prononcé, ce vendredi 1er décembre, son deuxième discours sur la situation de la Nation à l’Assemblée législative de transition (ALT). Le Premier ministre a dressé un bilan des actions du gouvernement de la Transition durant les 6 derniers mois. Concernant la reconquête du territoire national, Me Apollinaire Kyelem de Tambela a annoncé qu’il ne reste que 34,35% du territoire national à conquérir. A l’issue de l’exercice, Minute.bf a recueilli les appréciations de queques membres de l’ALT. Lisez plutôt !

Youssouf Ouédraogo, député à l’ALT

« Les questions ont trouvé des réponses…»

« C’est un discours juste et réaliste. Dans cette déclaration, le Premier ministre a fait le point des actions de son gouvernement. Il y ressort que chaque département ministériel a posé des actions fortes.

Sur le plan sécuritaire, priorité de la Transition, le Premier ministre a annoncé que le taux de libération du territoire national est évalué à 65,65%. C’est en légère hausse par rapport à ce qui avait été donné à la dernière déclaration sur l’état de la nation, le 30 mai 2023. Il faut saluer cela. L’une des causes de notre situation actuelle c’est la mal gouvernance. A ce niveau des réformes sont entreprises, notamment, la réduction du train de vie de l’État, qui en si peu de temps, soit 6 mois, nous a permis d’économiser plus de 20 milliards de FCFA. Cela veut dire que c’est un gouvernement de combat qui arrive à donner satisfaction.

Sur la crise humanitaire et la gestion des Personnes déplacées internes (PDI), on voit que beaucoup d’actions sont menées et à cela s’est ajoutée une grande action qu’on a appelé l’offensive agro-sylvo-pastorale qui va permettre aux Burkinabè de manger à leur faim. Moi-même j’ai été témoin des intrants à prix subventionnés mis à la disposition des producteurs de la région du Nord. Cela va leur permettre de travailler, de combler le manque de la saison pluvieuse et de couvrir les besoins de la population. Tous les aspects ont été abordés. Les questions ont trouvé des réponses. Et globalement nous sommes sortis satisfaits du bilan.

Cependant, si certaines zones sont difficiles d’accès et sous emprise terroriste, c’est parce qu’il n’y a pas de voie d’accès.

J’ai insisté sur ce volet pour que le Gouvernement, dans son offensive pour l’autosuffisance alimentaire, ait un regard sur nos barrages. Il faut en construire de nouveaux, faire une curée et même travailler à ce que les producteurs aient des pluies à fort débit pour répondre à l’autosuffisance alimentaire.

Sur le plan sécuritaire, nous avons souhaité que les zones qui sont libérées soient très vite consolidées et investies par nos populations pour ne pas laisser un vide ».

Marie Angèle Tiendrebeogo/Kalenzaga

« Ce DSN est une photographie de l’action gouvernementale »

« J’ai une appréciation positive de ce discours qui se veut une photographie de l’action gouvernementale des 6 derniers mois. Ça été l’occasion pour le Premier ministre de nous dépeindre la situation, toutes les actions menées par le gouvernement et les actions en cours de réalisation.

Il a également dégagé des perspectives. Tout ne peut pas se faire en un temps record. Il nous a dit ce qui a été fait, ce qui est en train d’être fait et ce qui reste à faire. Les attentes ne peuvent pas toutes être comblées en un temps record. On prend ce qui nous a été servi ».

Dr Alain Diedon Hien, député à l’ALT

« Les chiffres et les statistiques, c’est bien. Mais les populations veulent des aspects où ils retrouvent que leurs conditions de vie sont améliorées… »

Quand on regarde l’exposé du Premier ministre, on pourrait le ranger en deux volets : Le premier volet où il a pris la température en appelant les grands chantiers de la Transition. Il a souligné tout ce qui est en lien avec la sécurisation du territoire. Quand on fait un comeback il y a 6 mois, le taux comparé à aujourd’hui, 65,65%, on fait de grands pas vers la paix. Les victoires du moment sont éclatantes. Elles montrent que si tous les Burkinabè, nous nous mettons main dans la main et nous cessons d’être complices de tous ceux qui nous endeuillent, nous sommes rassurés que les jours et les mois suivants, cette question du terrorisme et de l’insécurité ne sera plus une question d’actualité dans notre pays.

Les autres domaines, il a passé en revue pour nous montrer les efforts faits par le gouvernement. Malgré cela nous avons posé beaucoup de questions. Le Premier ministre a eu l’amabilité de nous apporter les éléments de réponses qui montrent bien que nous avançons et ils ont besoin d’être encouragés.

Le dernier volet c’est la perspective, c’est la refondation de l’État notamment sur la rélecture de notre Constitution. Ce qu’on retient, tous les Burkinabè veulent une nouvelle Constitution écrite par eux-mêmes et qui est assise sur nos us et coutumes, nos valeurs sans être fermée au monde. Et selon le Premier ministre ça sera de la base en haut. Bien-sûr les autres réformes vont suivre notamment celle de la chefferie coutumière.

Nous souhaitons que les autres exercices, le Premier ministre puissent exposer des éléments concrets qui impactent la vie des Burkinabè. Parce que les chiffres et les statistiques, c’est bien, mais les populations veulent des aspects où ils retrouvent que leurs conditions de vie sont améliorées. Par exemple, le retour des PDI.

Esther Bamouni/Kansono

« 6 mois après le dernier DSN, il y a beaucoup d’avancées significatives »

Le Premier ministre est venu nous présenter les actions de son Gouvernement sur les 6 derniers mois. Nous disons de ce qui ressort que 6 mois après le dernier DSN, il y a beaucoup d’avancées significatives.

Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt, il y a beaucoup à faire et nous espérons que les défis du moment seront vaincus. Nous avons espoir qu’à moyen terme nous arriverons à bout du terrorisme.

La gestion de l’environnement avait été omis dans le DSN et aussi la santé mentale, mais nous avons trouvé réponse auprès du PM qui a rassuré que la question de l’environnement est centrale dans les actions du Gouvernement. Pour la santé mentale, le Premier ministre a aussi édifié notre lanterne. Nous lui avons suggéré que beaucoup de personnes sont touchées psychologiquement et après la guerre, il va falloir faire face à tout cela, donc il va falloir commencer dès maintenant. Et nous sommes globalement sortis satisfaites ».

Mathias KAM

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img