spot_img
lundi 17 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Burkina : Signature de contrat de cession avec les sociétés Afro Turk Tambao et Inata pour 30 milliards de F CFA 

L’Etat burkinabè représenté par le ministre de l’Energie des Mines et des Carrières, Simon-Pierre Boussim, assisté par le Ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective, Dr Aboubacar Nacanabo, a signé un contrat de cession avec les sociétés Afro Turk Tambao et Afro Turk Inata et, dans la matinée du mardi 25 avril 2023 à Ouagadougou.

Le 1er mars 2023, le gouvernement burkinabè autorisait la cession de ses actifs miniers pour la mine d’or d’Inata et manganèse de Tambao aux sociétés Afro Turk Tambao et Afro Turk Inata. Cela s’est matérialisé ce jour par l’étape de la signature du contrat entre lesdites sociétés et l’Etat burkinabè. Cette étape, explique le ministre en charge des mines, « va permettre à ces sociétés (Afro Turk Tambao et Afro Turk Inata, ndlr) déjà d’être propriétaires de ces actifs miniers et de déposer une demande de permis d’exploitation conformément à la réglementation, notamment le code minier ». À en croire le ministre, c’est seulement après cela qu’ « à l’issue d’une demande conforme, le gouvernement va aviser » et donner un permis d’exploitation. 

En clair, a relevé Simon-Pierre Boussim, « à l’étape actuelle, précise le ministre, les sociétés ne sont pas autorisées à exploiter ». 

En chiffres, le ministre Simon-Pierre Boussim a révélé que « le manganèse de Tambao est cédé pour un montant de 28 milliards de F CFA et mine d’or d’Inata pour un montant de 2 milliards de F CFA soit 30 milliards en tout pour les deux actifs miniers ». 

Ainsi, est-il convaincu de ce que la mise de ces mines en exploitation va profiter à l’économie burkinabè en termes de « recettes budgétaires, recettes pour les collectivités, infrastructures, emploi, etc. » 

Mieux, outre l’apport au développement, l’exploitation de ces mines, de l’appréciation du ministre en charge des mines, va aider à sécuriser la zone du Sahel pour Tamboa et du Nord pour Inata. « Les conditions sécuritaires font partie des conditions d’octroi de ces mines. On demande à ces sociétés de construire des bases pour les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) dans ces sites miniers. C’est une façon de contribuer à la résolution de la crise d’insécurité que nous vivons et nous estimons que ces sociétés ont des compétences pour le faire », a soutenu M. Boussim.

A ce propos, le Balcik Savas, le Président Directeur général (PDG) des sociétés Afro Turk a rassuré que sa société qui appartient à l’Etat turc est vieille de depuis 1938 cumule plusieurs expériences à travers plusieurs pays. 

Qu’à cela ne tienne, le ministre en charge des mines a exhorté Afro Turk Tambao et Afro Turk Inata au respect des termes du contrat. 

Franck Michaël KOLA 

Minute.bf

3 Commentaires

  1. Pour sécuriser la zone vous avez vendu la mine aux Turques. Pour combien d’an d’exploitation ? Qu’elles sont les closes du contrat? Espérons que les closes nous soient également favorable et que le temps d’exploitation n’est pas excessif. En avant pour le partenariat gagnant gagnant mais contre une nouvelle colonisation.

    La Patrie ou la Mort Nous Vaincrons.

    • l’Etat burkinabè avait cédé ses actifs miniers de grande mine d’or de Inata à la société Afro Turc Inata SA et de grande mine de manganèse de Tambao à la société Afro Turc Tambao SA, le 25 avril 2023.

      Mais, souligne le Conseil des ministres dans son compte-rendu : « depuis la cession de ces actifs, les sociétés Afro Turc Inata SA et Afro Turc Tambao SA n’ont procédé à aucun règlement des sommes dues à l’Etat burkinabè, malgré les interpellations et les mises en demeure de 90 jours qui leur ont été adressées, ce qui constitue un manquement de ces sociétés à leurs obligations telles qu’elles résultent de l’article 3 des contrats de cession ».

  2. – Construire les bases militaires et sécuriser la zone
    – Après sécurisation construire au minimum 30 écoles dans un rayon de 40km
    – Payer les enseignants et construire leur résidence
    – Construire au minimum 3 points d’eau potables dans tous les villages alentours,
    – construire des logements sociaux pour les villageois du/des village(s) qui ont été dépouillés de leurs terres.

    … en plus de l’apport au trésor public et aux impôt (50% au minimum)

    C’est comme ça on rentabilise quand on offre sa terre et ses trésors à autrui, le partenaire gagnant gagnant qui permettra à la zone de se développer et éviter de nouveaux cette situation sécuritaire. Les Turcs en savent quelque chose.

    De grâce si pour cette fois-ci vous n’avez pas pris en compte ces closes là dans le contrat pour les contrats d’exploitation des mines dans le future faudra y songer ou revoir les closes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img