spot_img
dimanche 23 juin 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Burkina : « Si la réconciliation nationale peut nous sortir de ce gouffre qu’est le terrorisme, on peut mettre la justice de côté » (Mohamed Auguste Koumsongo)

Mohamed Auguste Koumsongo, député à l’Assemblée législative de la transition (ALT), est membre du mouvement Sauvons le Burkina. Un mouvement qui est plusieurs fois sorti dans la rue pour demander la démission de Roch Marc Christian Kaboré, président d’alors. 5 mois après la chute du président Kaboré par un coup d’Etat du Mouvement patriotique pour la Sauvegarde et la restauration (MPSR), Mohamed Auguste Koumsongo, aujourd’hui député à l’ALT, a accordé un entretien à votre journal www.minute.bf. Au cours de cet entretien d’environ une demi-heure, il est revenu sur la question de la réconciliation nationale, le retour de Blaise Compaoré au Burkina Faso, la lutte contre le terrorisme. Il a également réagi à la sortie de son confrère Dr. Arouna Louré, député à l’ALT.

Minute.bf : Quelle lecture vous faites de la situation nationale ?

Koumsongo Mohamed Auguste (KMA) : Je crois que tout Burkinabè conscient sait qu’actuellement ce n’est pas simple. On doit se donner la main pour pourvoir sortir de ce mal qu’est le terrorisme. Je trouve qu’il faut que le ton soit donné, pour une union sacrée autour de notre armée.

Minute.bf : cela veut dire que le ton n’a pas encore été donné ?

KMA: Oui, vous savez que ce n’est pas tout le monde qui est réceptif. Actuellement on doit beaucoup soutenir notre armée. C’est la seule entité qui peut reconquérir tout le territoire national. Les civils sont sans armes, donc eux ils n’ont que leurs charrettes et leurs ânes pour pourvoir fuir.

Minute.bf : Mais cette même armée a dit qu’elle ne peut pas vaincre ce mal sans les civils ?

KMA : Bien-sûr. Il faut une collaboration franche de la population. Actuellement il y a beaucoup de réticences des populations. Je ne sais pas c’est à quelle fin, mais il faut que tout Burkinabè conscient accepte que le pays est en guerre et qu’on doit tout faire d’abord pour reconquérir notre Nation. On pourra après régler les divergences politiques et autres. Mais actuellement la priorité c’est la Nation.

Minute.bf : Vous parlez de divergences politiques. De quoi s’agit-il concrètement ?

KMA : Vous avez vu l’attroupement chez Roch Marc Christian Kaboré (le jour de la rencontre des anciens présidents, ndlr). Quand je parlais et criais dans la  rue que c’est les ennemis du peuple, les gens croyaient que je m’amusais. Le mot n’est pas fort, j’assume mes propos. On est là à lutter pour une sortie de crise, on vous appelle sur une table pour venir parler de la Nation et toi tu dis qu’il y a dix, quinze personnes qui t’ont empêché d’aller à une réunion. Ce monsieur ne s’est jamais assumé de toute sa vie.

J’emprunte les propos de mon ami Lota Abdoul Karim Baguian qui dit que c’est une punition divine d’avoir eu Roch Marc Christian Kaboré président dans ce pays. Les gens ont peur de le dire mais nous allons le dire sans langue de bois.

« Actuellement on doit beaucoup soutenir notre armée »

Minute.bf : Quelle appréciation faites-vous du retour de Blaise Compaoré au Burkina Faso?

KMA: Si on ne fait pas cette réconciliation nationale tout de suite, ce sont nos petits enfants qui viendront le faire ?

En Côte d’Ivoire il y a eu plus de 3000 morts. Mais aujourd’hui à cette heure,  Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié vont s’asseoir sur la même table pour discuter de l’avenir de la Côte d’Ivoire. Nous n’avons pas eu plus de morts que la Côte d’Ivoire.

Pourquoi les Burkinabè refusent le pardon ? Pourquoi les Burkinabè refusent de repartir sur une bonne et nouvelle base ?

Minute.bf : Des Burkinabè demandent avant cela, la vérité, la justice et le pardon. Quel est votre avis ?

KMA: Je ne refuse pas tout cela. La justice en avant oui. Mais ceux qui parlent de justice, qu’ils partent la faire à Diapaga (à l’Est du Burkina, ndlr), à Seytenga (au Nord du Burkina, ndlr). Essayons d’abord de reconquérir notre nation, les divergences et autres on va les régler à l’interne après. Pour le moment, la Nation doit être au centre de tout.

Ceux qui parlent de justice aujourd’hui, il n’y a pas plus sales qu’eux. Si on devait poursuivre tout le monde dans ce pays-là, il n’y a pas beaucoup qui auront le temps de sortir devant leur porte. Mais il y a beaucoup de personnes au Burkina qui n’ont plus honte il y a très longtemps.

Minute.bf: A la différence, eux ils n’ont pas été condamnés par la justice, contrairement à Blaise Compaoré qui a été condamné à la perpétuité. N’est-ce pas une entrave aux décisions de justice et donc, une prime à l’impunité ?

KMA : C’est vrai, une décision de justice s’applique. Mais d’abord c’est parce que vous avez un pays en entier que vous faites la justice. Aujourd’hui ceux qui crient justice, si (je touche du bois) les terroristes rentrent à Ouagadougou, qui va aller défendre un dossier au Palais de justice ? C’est le calme de Ouagadougou qui les fait parler.

Minute.bf : Quelle lecture faites-vous de la sortie de votre collègue député Dr Arouna Louré qui pense à une Transition civile politique au regard de la dégradation de la situation sécuritaire malgré la prise du pouvoir par les militaires ?

KMA : J’ai lu comme les Burkinabè sur les réseaux sociaux sa sortie.

Arouna Louré a des ambitions politiques, je ne vais même pas le cacher.

Nous sommes du même groupe parlementaire OSC à l’Assemblée législative de la transition. Arouna Louré à des ambitions politiques. Mais ce n’est pas la bonne manière d’entrée dans la politique. Je trouve qu’il a des sorties hasardeuses souvent. Si tu n’es pas d’accord avec une entité, tu quittes.

La mise en place de l’Assemblée législative de la transition (ALT) a été faite sous la transition. S’il n’est pas d’accord avec les idéaux et manières de faire qu’il parte. On n’a forcé personne à venir dans l’ALT, chacun avait son métier. Même s’il veut être candidat en 2025, ce n’est pas la manière. Quand il parle de patriotisme des militaires, lui il n’est pas plus patriote qu’un militaire. Sur quoi se base-t-il pour dire cela ? Comment on mesure le degré de patriotisme ?

Quand nous on prenait les gaz lacrymogènes pour dire non à Roch Marc Christian Kaboré, il était où ? Nous allons nous dire les vérités et tout déballer maintenant. Personne n’a crié haut et fort que nous. Quand j’entends aujourd’hui un gars comme Louré qui retourne sa veste c’est compliqué. Cela fait peur. On n’arrive pas à le cerner et c’est dangereux.

Minute.bf : Arouna Louré était aussi sur le terrain pendant les différentes manifestations comme vous. Et il a même été gazé comme tous les manifestants d’ailleurs ?

KMA : Il a combattu le pouvoir Kaboré comment ? Derrière les écrans ?

Montrer moi une vidéo de Monsieur Louré dans la rue ! Demandez-lui où il était lors des marches de protestations du 22 et 27 novembre 2021. S’il veut faire de la politique, qu’il le fasse de la bonne manière. Je ne sais pas qui sont ses parrains mais qu’il sache raison garder.

Minute.bf : Est-ce que vous ne défendez pas vos intérêts personnels à l’Assemblée législative de la transition, plutôt que les intérêts du peuple Burkinabè ?

KMA : Pour ceux qui me connaissent, ils savent qui je suis. Même demain matin, si les militaires quittent le droit chemin moi je vais leur dire la vérité.

« Arouna Louré a des ambitions politiques, je ne vais même pas le cacher »

Minute.bf : Vous pensez qu’actuellement les militaires sont sur le droit chemin ?

KMA: Je ne peux pas le dire. Mais actuellement c’est la seule entité (les militaires, ndlr) capable de nous aider. Moi, de ma place de député à l’ALT, ce que je peux apporter pour la cohésion sociale et la stabilité dans ce pays, je suis prêt. Je ne vais jamais dire que sans ceux-là on ne peut pas être comme ci ou comme cela. Je demande simplement aux Burkinabè de les accompagner car aujourd’hui notre destin est entre leur main.

J’entends les gens demander le départ de Damiba. Des gens demandent qu’il quitte le pouvoir pour laisser la place à un civil. Mais un civil, c’est un perpétuel recommencement. On n’avancera pas, on reculera.

Minute.bf : Mais le constat qui est fait actuellement est qu’après le départ de Roch Kaboré, la situation n’a pas changé. Quel est votre avis ? 

KMA : Mais Roch Kaboré a détruit le pays durant 7 ans. Ce n’est pas en 4 ou 5 mois que quelqu’un peut venir faire quelque chose. Qu’on soit sérieux. Roch Kaboré et son clan ont pourri l’atmosphère au Burkina Faso. Ils ont mis des communautés en palabre au Burkina Faso. Il doit répondre devant les juridictions. C’est le moindre mal pour lui d’être à son domicile. Qu’il sache que lui et ses partisans, le Burkina Faso ne leur appartient pas. Le Burkina appartient à tout Burkinabè. Celui qui se démarque de la Nation, qu’on le mette à l’écart et qu’on avance.

Roch Kaboré n’est pas allé à la réunion des anciens chefs d’État mais les autres se sont rencontrés. Il refuse de s’assumer.

Minute.bf : Arouna Louré a quand même proposé quelque chose au vu de la situation qui ne s’améliore pas. Il parle d’une Transition civile politique. Quelle proposition avez-vous aussi à faire ?

KMA: Il parle de Transition politique civile, moi ce que je pense, on doit d’abord essayer de nettoyer au maximum le mal qui est en train de gangrener actuellement la Nation. Ces visions et calculs politiques, moi je ne suis pas dedans. Je ne suis pas politicien, cela s’est imposé à moi. S’il (Arouna Louré, ndlr) a des ambitions, qu’il quitte l’ALT pour créer son parti pour la conquête du pouvoir et qu’il arrête de déranger les gens.

Minute.bf : Arouna Louré est membre fondateur du Mouvement les Révoltés…

KMA : A part lui sa personne, donnez-moi le nom d’un autre membre de ce mouvement les Révoltés.

Minute.bf : C’est au nom de ce mouvement qu’il est aujourd’hui à l’ALT. Le mouvement regroupe plusieurs personnes…

KMA: D’accord comme vous le dites, ok il n’y a pas de soucis mais qu’il donne un nom à part lui dans les Révoltés.

Minute.bf: Vous avez un appel à l’endroit des Burkinabè ?

KMA : L’appel que je lance aux Burkinabè c’est l’Union sacrée, la cohésion sociale, la réconciliation nationale, la justice. Mais, si la réconciliation nationale peut nous sortir de ce gouffre qu’est le terrorisme, on peut mettre la justice de côté pour finir d’abord avec nos priorités et revenir après à la justice.

Aujourd’hui tous ceux qui peuvent apporter leur pierre à l’édifice de cette Nation, qu’ils le fassent. C’est parce qu’il y a un pays qu’il y a la justice.

Minute.bf : Votre dernier mot ?

KMA : Juste vous dire merci.

Propos recueillis par Mathias Kam

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img