spot_img
dimanche 19 mai 2024

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Burkina : « Les élections ne sont pas la panacée à tous les problèmes » (Blaise Kientega)

À quelques mois de la fin de la transition au Burkina Faso, les soutiens du Capitaine Ibrahim Traoré appellent à une prolongation du délai initialement imparti pour l’organisation des élections. C’est le cas du Mouvement « Jeunesse Réveille-toi ». Ce samedi 13 avril 2024, ce mouvement a organisé un panel à Ouagadougou, sous le thème : « Un Burkina Faso uni et prospère : Continuité de la transition pour un Burkina Faso émergent ».

A travers cette thématique, les jeunes étudiants et élèves qui composent cette structure disent vouloir poser le débat sur la nécessité d’une continuité de la transition pour un Burkina Faso émergent. Comme panelistes, trois personnalités ont été conviées. Il s’agit notamment du Journaliste et sociologue, Blaise Kientega, de l’activiste Hassane Bationo et du Labidi Naaba.

Dans sa communication, Blaise Kientega a appelé la jeunesse Burkinabè à s’inscrire dans une communication qui met en avant l’intérêt de la Nation. Pour lui, il ne peut y avoir de neutralité en situation de crise. À ce sujet, il a déploré le fait que certains journalistes et communicateurs soient impliqués dans des activités qui selon lui, servent la cause de l’ennemi. « C’est triste quand je vois certains acteurs au niveau de la presse tenir des propos et être impliqués dans des activités qui ne nous honorent pas. Chaque acteur au niveau des médias, doit avoir conscience du combat historique que nos trois Etats sont en train de mener », a-t-il soutenu.

Une vue des panelistes

Il a invité les jeunes fortement mobilisés pour la circonstance, au discernement et à la vigilance dans le contexte actuel. De ses dires, certaines communications tendent à semer le doute dans l’esprit du peuple pour le détourner de l’essentiel qui est la reconquête du territoire national. « Au niveau de la communication, vous devez être vigilants. Quand vous voyez quelqu’un parler, vous devez vous demander si c’est un marmailleur ou non. Si vous voyez un acteur s’exprimer, cherchez à voir sa biographie. Où il a travaillé, d’où il vient et vous saurez qui il est. Vous les jeunes, vous ne devez pas vous laisser manipuler », a exhorté le communicateur du jour.

Abordant la question de l’organisation des élections, Blaise Kientega a fait savoir que le contexte actuel du pays ne permet pas une telle entreprise. De son avis, il sied que les Burkinabè mettent de côté la question des élections pour se recentrer sur la lutte pour le retour de la paix dans le pays. « Nous traversons une crise qui touche les fondamentaux de nos Etats. Donc si aujourd’hui il y a un certain nombre d’efforts qui sont en train d’être faits par les pouvoirs de transition, il appartient aux forces vives, mais également à l’ensemble des Burkinabè de regarder aussi bien les efforts qui sont consentis par les gouvernants mais également les perspectives en termes de refondation de nos Etats. Parce qu’il faut le dire tout net: on n’avait pas d’Etat. Et c’est ce qui a permis qu’on assiste à des armées délabrées, désorganisées. Donc il appartient à la jeunesse qui représente 75% de la population, de s’impliquer à tous les niveaux. Sinon, pour moi, les élections ne sont pas la panacée à tous les problèmes, même si on sait que tôt ou tard, on aboutira à un Etat stable qui permettra d’aller au processus électoral », a-t-il indiqué.

Les jeunes fortement mobilisés pour ce panel

Du reste, il a soutenu que la situation sécuritaire s’est beaucoup améliorée depuis l’avènement au pouvoir du Capitaine Ibrahim Traoré. Toute chose qui, dit-il, augure des lendemains meilleurs pour le Burkina Faso. « Le pays des hommes intègres était presque humilié quand le Capitaine Ibrahim Traoré arrivait au pouvoir. Si vous vous souvenez, certains analystes français ont même dit que nous avions une armée en papier, que Roch Kaboré était un président passoire. Depuis une année, le Capitaine Ibrahim Traoré, dans sa façon de gérer, a fait des efforts. Il a réussi à reconstruire notre armée pour faire face à la menace, seulement en une année. Nous sommes dans un phase décisive de notre pays et chacun doit être conscient de cela », a-t-il affirmé appelant l’ensemble des citoyens burkinabè à se mobiliser autour de la transition dans la lutte pour la reconquête de l’intégrité du territoire national.

Oumarou KONATE

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img