spot_img
mercredi 28 septembre 2022

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

spot_img

Burkina : Le Faso Danfani a son label

La cérémonie de dévoilement du Label Faso Dan Fani s’est tenue le mardi 30 avril 2019 à Ouagadougou. 450 métiers à tisser ont été offerts aux groupements et associations des femmes tisseuses.

L’activité commerciale de nos jours connaît une concurrence mondiale très accrue depuis l’arrivée des pays (Chine, Brésil, Inde, Thaïlande…), un accroissement de la concurrence sur les marchés nationaux liés à leur libération et une instabilité de plus en plus forte des cours des produits et un développement exponentiel de la contrefaçon, de la copie de l’imitation, de l’usurpation et de  la concurrence déloyale, a reconnu le ministre en charge du Commerce Harouna Kaboré.

Il a ainsi indiqué que le Gouvernement post-transitionnel du Burkina Faso a choisi de prioriser la dynamisation des secteurs porteurs pour l’économie et l’emploi dont l’Artisanat.

Face à cette situation, il a invité les entreprises indépendamment de leur taille et de leur domaine d’activités à travailler à différencier leurs productions, à améliorer la qualité et à identifier les caractéristiques spécifiques afin de sécuriser les débouchés.

Il souligne que les Petites et moyennes entreprises (PME) d’Afrique plus précisément celles du Burkina Faso rencontrent d’énormes difficultés à faire une  renommée auprès des consommateurs  et à fidéliser une clientèle, à accéder aux magasins de vente de détail, aux marchés locaux et internationaux, et aux réseaux de distribution. « Si des initiatives ne sont pas prises, plusieurs produits burkinabè au niveau national, tant au niveau international seront touchés par cette concurrence rude qui va engendrer d’énormes conséquences économique, sociale et culturelle », a interpellé le ministre Kaboré.

Il dit être convaincu que la réalisation du projet pilote de labellisation des produits du terroir que sont le Faso Dan Fani, le beurre de karité, le chapeau de Saponé et les produits du cuir et peaux de Kaya, permettra de disposer et d’accroître la compétitivité et la valeur marchande des produits sélectionnés.

Le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat rassure que « le gouvernement est et sera toujours du côté » des producteurs locaux pour la promotion et la protection des intérêts collectifs et légitimes du personnel de ces initiatives.

A travers cette initiative également, le gouvernement dit avoir pour ambition de créer et de consolider plus de 30 000 emplois directs et indirects jusqu’en 2020, ce qui va générer un chiffre d’affaire de sept milliard de franc CFA afin de sauvegarder l’identité culturelle.

A cette cérémonie, plusieurs métiers à tisser ont été promis aux tisseuses d’ici à 2020.

Chrystelle M. (Stagiaire)

Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité

spot_img

Publicité

spot_img